RSS
RSS



 

Je suis le couteau, je suis la plaie fr Brooklyn

 :: Chicago :: West Side :: Streets & Metros Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 12 Juin - 22:49
Sanjay Lewis
Criminels
avatar
Messages : 145
Dolls : 75
Mon age : 19 Ans
Mon Job : Escort Boy
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Les Rues
Date d'inscription : 09/06/2017
Age du Joueur : 18


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Indisponible
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t139-sanjay-s-phone


Je suis le couteau, je suis la plaie

Sanjay s'essuya la lèvre inférieure, encore ensanglantée .  Il essaya de se relever, sans grands succès hélas. Il se contorsionna pour vérifier à quel point ses cotes avaient également bien pris aujourd'hui. Le jeune homme grimaça en se laissant de nouveau tomber contre le murs. On l'avait bien amoché. A ce qu'il avait compris son agresseur était un dealer de drogue concurrent d'un de ses propres potes. Jay' servait très régulièrement de passeur pour lui, afin de justifier les nuits où il créchait dans son appart . Et à l'évidence celui ci l'avait impliqué dans un vol de client, et ça dans son milieu on aimait pas trop cela . Il y avait , parait-il , une espèce de code d'honneur qui consistait à ne pas marcher sur plates bandes des autres, la belle affaire ! C'est ce qu'il avait vaguement compris quand les coups pleuvaient sur lui sous le simple prétexte qu'il avait rendu service, enfin qu'il avait effectué sa partie de l'accord tacite entre lui et son « ami ». Oui, Sanjay n'était pas du genre à considérer facilement les gens comme des amis. La vie lui avait prouvé que les relations humaines étaient le bien plus souvent régis par la loi de l'offre et la demande . Il avait donc décidé d'en demander le moins possible.

Alors ce qu'il était sur le point de faire, lui était presque aussi douloureux que ses blessures... enfin presque parce que ouais il avait un mal de chien à la moindre inspiration. Son portable fonctionnait encore, lui retirant la bonne excuse parfaite pour ne pas chercher de l'aide. Comment un mec sans domicile fixe avait il eu un iphone flambant neuf ? La réponse était tout simplement dans son catalogue de femmes riches souvent mariée qui se faisaient un plaisir de le combler de cadeau contre ses faveurs sexuelles . Sanjay n'aimait pas le sexe mais il faisait bien le job à l'évidence , assez pour avoir assez de clientes. Il ne se rappelait toutefois pas à qui exactement devoir ce cadeau là. Mais qu'à cela ne tienne il lui servirait à appeler Brooklyn . Le gigolo fut bien content de tomber sur son répondeur, moins d'effusion possible . « Yo... J'ai ... besoin de toi ! Je suis derrière le grand magasin à l’intersection de la 9 éme et la 10 éme … Et viens seule, pas besoin de prendre tout le régiment avec toi. »  Il raccrocha, sans même savoir si elle était en plein service et quand elle pourrait recevoir son message. Au pire il resterait là un bon moment, il faisait pas mauvais et sa vie était loin d'être en danger .

Il était amoché c'était certain mais rien qui le ferait crever dans ce coin ci. Sanjay avait survécut à deux overdoses ça n'allait pas pour être buté juste pour une bagarre à poings nus. Et puis sans vraiment être capable de mettre la raclé à quelqu'un, il était assez agile et surtout rapide. Cela lui permettait en général de fatiguer l'autre et de l’assommer avec un seul bon coup nerveux, assez pour se casser après en tout cas. Mais cette fois, Sanjay en avait peut être un peu trop dans le sang pour être assez réactif. Et il avait donc terminé ainsi, à devoir aussi annuler son entrevue avec la quarantenaire qui l'aurait hébergé pour la nuit, son mari étant partie en voyage d'affaire. Perte de capitale beauté, et perte de tune : la poisse totale...
AVENGEDINCHAINS


They say home is where the heart is but my heart is wild and free So am I homeless Or just heartless? 
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Juin - 22:07
Brooklyn Clarke
C.P.D
avatar
Messages : 950
Dolls : 960
Mon age : 35 ans
Mon Job : Sergent au 13th district
état Civil : C'est compliqué
Mon Adresse : North Side.
Date d'inscription : 22/05/2017
Age du Joueur : 24


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t117-brooke-i-purify-sin

Brooke & Sanjay
Building something
 

Je suis le couteau, je suis la plaie




E
n règle générale, à cette heure aussi indue je suis chez moi en jogging avec du pop-corn maison et une bière devant Netflix. Mais pas ce soir. Ce soir je suis au treize à remplir de la paperasse. Normalement j'ai encore trois jours pour la faire, mais j'ai l'occasion de partir en week-end plus tôt si je la fais maintenant donc je ne vais certainement pas m'en priver. Je suis assise derrière mon bureau depuis je ne sais pas combien d'heures, mais un bruit de pas me surprend. Je me frotte les yeux, j'ai à peine avancé depuis plusieurs heures, je me suis endormie sur les papiers. Je renifle un coup, signe de manque d'héroïne. Je ne suis pas assez folle pour en garder au bureau. Je m'apprête à aller chez ma mère. J'attrape mes clefs de voiture et consulte mon téléphone. Il est deux heures du matin et j'ai un appel en absence avec un nouveau message. Du jeune Lewis. Je n'aurais jamais cru qu'il garderait mon numéro. J'écoute le message. Il a l'air mal en point, sa respiration est saccadée et il peine à articuler ses mots. Mon fixe attendra. Je farfouille dans le tiroir et change de trousseau de clef. Au lieu de rouler avec ma voiture de patrouille habituelle je vais prendre ma Nissan, personnelle. Inutile d'attirer l'attention, c'est déjà un miracle que Sanjay m'ait appelée. Je fais un tour par le congélateur de la cuisine et en sort un sac de petits pois congelés puis je descends au parking. La circulation à cette heure de la nuit est quasi-inexistante, pour mon plus gros bonheur. J'éteignis la radio de ma voiture en entendant l'appel pour des violences domestiques au Southside. Ce soir je ne suis pas flic, ce soir je viens en aide à un pauvre gamin qui n'a personne pour l'aider. On m'est venu en aide pour me sortir de la rue quand j'étais ado, la moindre des choses c'est de rendre la pareille. Tout le monde n'est pas chanceux. J'en suis la preuve, Sanjay aussi. C'est un brave gamin, que je devrais arrêter pour prostitution et sollicitation, mais je n'en ferai rien. Arthur a été clément avec moi, je le suis avec Sanjay. C'est à moi de lui offrir le choix, de lui montrer qu'il y autre chose à faire quand on a dix-neuf ans. Je suis sûre qu'il pourrait accomplir de grandes choses en allant à l'université. Arthur pourrait tirer des ficelles pour lui trouver une bourse. Ou trouver lui-même les cent soixante mille boules nécessaires. A l'aise.

Je me gare en créneau, quinze millions de manœuvres plus tard, près du métro. J'ouvre le coffre de ma voiture et attrape un petit sac en toile noir avec la langue des Stones dessus. C'est en réalité mon kit d'urgence non officiel. Clairement aller au Med n'était pas une option pour Sanjay, il fallait donc trouver quelque chose. Au pire j'appelle ma connaissance médecin urgentiste, mais ça m'ennuierait de solliciter cette faveur tout de suite, je préférerai la garder pour quelque chose de vraiment important. Sanjay fait des conneries mais pas au point de finir au bord de la mort. Mon badge autour du coup, mon arme à la ceinture, mon sac à l'épaule et mon téléphone en main je m'aventure dans le quartier. Des sans-abris, des retraités, des jeunes, un deal de cannabis en cours, mais ma préoccupation n'est pas là. Je fini par trouver Lewis,étalé par terre, sa tête a l'air d'avoir doublé de volume. Je m'approche de lui, il est à peine conscient. Je pose les poings sur mes hanches et prend un air sévère.

"Prends-en de la graine de quelqu'un qui connaît le métier : la lèvre coupée c'est un tue-l'amour puissance quinze millions pour la version orale, et vu les tarifs et la tendance actuels c'est un sacré manque à gagner pour toi."

Je le relève et l'adosse contre le mur de briques froid. Le ramener dans ma voiture dans cet état serait trop voyant, on verra quand il ira mieux. Je sors le sachet de petits pois et le colle sur sa lèvre, sa grimace me fait esquisser un sourire. Il me fait tellement penser à moi au même âge. Combien de fois Arthur m'a trouvée amochée par un client ? Je sors une petite bouteille d'eau du sac et lui donne, tout en m'asseyant à ses côtés.

"J'ai toute la nuit tu sais. Donc tu causes quand tu veux. Mais pour ton info, le jour se lève à cinq heures environ et j'ai des collègues du seize qui patrouillent à cet endroit tous les jours. C'toi qui voit."

Genoux remontés sur la poitrine serrés par mes bras, je laisse ma tête aller contre le froid des briques. Il finira par parler. C'est un garçon très intelligent, il sait ce qui est bon pour lui.












I'm on a road of broken dreams, and I need to know why, seek the truth through lies to be my guide. I'm in a world of doubt and trust. Can't deny, I lost my way here in this quest, can't lie. I can't believe what's happening, I don't know what to say. I cant believe I left to see this day. And I've tried so hard to hold on, but I keep on falling. And no matter how hard I run, I just keep returning. And I'm back to where I started from.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 1:50
Sanjay Lewis
Criminels
avatar
Messages : 145
Dolls : 75
Mon age : 19 Ans
Mon Job : Escort Boy
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Les Rues
Date d'inscription : 09/06/2017
Age du Joueur : 18


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Indisponible
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t139-sanjay-s-phone


Je suis le couteau, je suis la plaie
Le temps passait à toute vitesse et bien que les bruits de la ville lui parvenait, il avait un chance : peu était les gens qui s'aventurait dans les ruelles sombres de Chicago sans y être obligé ou y être expressément invité. Il y avait bien eu cette femme avec sa petite fille qui avait cru trouver un raccourci pour rejoindre leur voiture après la fermeture du grand magasin. Étrangement en voyant un corps quasiment inerte, uniquement capable de lever un sourcil mauvais sur les inopportuns  , elles avaient longé le mur opposé. Il y bien cette interrogation « Il est mort maman ?» , question innocente et justifiée par le manque de réaction de Sanjay . Toutefois la réponse de l'adulte provoqua un rictus de la part du jeune homme « Allez avance, le regarde pas, c'est pas nos affaires » Tellement typique. Ce qui dérangeait dans le paysage de leur petites vies tranquilles, les américains en général avaient tendance à juste vouloir les écarter de leurs visions.  C'était ainsi que dés 15 ans il s'était fondu à la perfection dans les rues de Chicago. Personne ne bronchait à voir un adolescent crevait de froid sous un porche, ou bien les yeux exorbités sur le point de faire une crise de manque, en train de se retenir de vomir au détour d'une rue.  Non on était au troisième millénaire, et le rêve américain n’admettait pas la moindre contrariété, surtout pas de ce genre.

Non pas que Sanjay n'aimait pas l’anonymat que son statut lui donnait. Depuis qu'il était trop vieux pour intéresser les services de protection de l'enfance, il avait enfin la tranquillité de se promener dans le rue en ayant l'air aussi désargenté qu'il le souhaitait, et de pouvoir  passer ses nuits au web café du coin ou même dans un cinéma sans craindre d'être emmené manu militari dans un centre.  La seule fois où il avait fini dans un centre c'était la fois de sa première overdose, preuve que ça lui avait pas porté bonheur. En sortant de l'hosto où il l'avait collé, il avait surtout profité de l’intérêt de la petite infirmière quadragénaire pour trouver son plan de carrière tout tracée et un endroit où crécher quelques semaines. Bref, n'être repéré que dans les bars par des futures clientes c'était en général ce qu'il cherchait... mais le jeune homme était assez complexe, et un peu hypocrite sur ce coup là aussi, et le désintérêt de la mère de famille pour le fait qu'il soit en vie ou pas le dégouttait tout de même. Être invisible ok, mais se rendait elle compte qu'elle inculquer à sa gamine des valeurs toutes sauf chrétiennes. Il n'était personne pour parler d'éducation ou de valeurs d'entraide, clairement pas qualifié. Par contre se moquer de l'imposture des gens, ça, il s'en donnait tout les droits , il était le meilleur à ce jeu .

Après qu'elles se soient dépêchés de prendre la poudre d’escampette, Sanjay ferma les yeux. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles comme on disait non ? Elle n'avait peut être pas eu le message ou s'en foutait totalement . Cela devait être ça. Plus le temps passait plus Sanjay avait l'impression d'avoir mérité les coups. Oui il avait été particulièrement con d'avoir appelé à l'aide la fliquette, tellement qu'ils se donnerait lui même un autre coup de poing dans la gueule s'il n'avait pas peur d'esquinter encore plus son beau visage. Bon au moins on avait pas toucher à ses cheveux …  C'était sur ce constat presque rassurant qu'il finit dans une semi inconscience. Il entendait les bruits , l'agitation nocturne qui commençait à régner dans ce coin de la ville , mais n'avait pas la force de s'y attarder.

Et ce fut à cet instant, qu'une brunette débarquait comme si de rien n'était . Comme si elle passait juste par là . Sanjay, même sachant qu'elle lui venait en aide, ou plutôt justement car il savait qu'elle lui venait en aide aurait put se montrer sarcastique. Juste histoire de lui faire regretter d'avoir répondu à son élan de faiblesse. Mais elle avait un certain talent pour le prendre à contre pied quand il avait voulu lui reprocher de ne pas s'être pressé, si bien qu'il se tut. Sans doute était ce pour ça, qu'il l'avait appelé elle et pas une autre. Encore une fois, elle le surprit dés son arrivée. Malgré son air de maîtresse d'école, ses paroles le font rire, ou plutôt grimacer puisque c'était ce à quoi ça devait avoir l'air.

- Merci pour le conseil, tu aurais fait la plus maternelle des proxénètes si tu avais voulu … Mais contrairement à toi , ça va j'ai pas besoin d'ouvrir grand la bouche comme un trou noir pour faire ce que j'ai à faire... Au pire, ça me donnera un coté petit loubard qui peux plaire.

Sanjay se laissa porter par Brooklyn, même pas étonné d’à quel point elle avait de la poigne. De toute façon c'était un tel poids mort qu'il n'opposait aucune résistance. Toujours contre le mur, il la laissa lui offrir de bien curieux, efficaces mais douloureux premiers soins.  Puis bien loin de l’assommer de question, au contraire, la flic lui laisse le temps. Le temps de se décider si oui ou non , il lui raconterai les circonstances qui l'ont mené là . Pourquoi le lui cacher ? Elle savait qu'il se droguait parfois un peu plus que d'autre , qu'il se prostituait et qu'il n'était pas le type le plus sociable de la planète.. Qu'est ce qui pourrait entacher plus sa réputation franchement ? Maintenant le paquet froid sur ses lèvres, il ouvrit la bouche.

- Juste un mec qui m'accuse de lui avoir piquer un client... sauf que je fais que la livrer la drogue. Mais je comprends mieux pourquoi mon connard de pote sort pas beaucoup en ce moment du coup c'est moi qui ai pris... Et j'ai pas réussi à éviter...J'en ai sans doute trop pris ce matin.Et vu comme j'ai mal là, je pense que pour dormir va falloir que je me fasse double ration .

Le petit stick d'herbe serait clairement insuffisant pour effacer la douleur de ses cotes. Et même si respirer lui était proche du supplice, étrangement tirer sur une clope bien dosée était la seule chose qu'il voulait . Il toucha du doigt sa lèvre pour vérifier qu'elle était toujours ensanglantée puis sa main finit sa course dans ses cheveux.

- T'as pas un nœud s'il te plaît ?

Quiconque connaissait le jeune homme savait que ses cheveux étaient proches d'une obsession pour lui . Son capital beauté en sommes.

AVENGEDINCHAINS


They say home is where the heart is but my heart is wild and free So am I homeless Or just heartless? 
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Juil - 23:02
Brooklyn Clarke
C.P.D
avatar
Messages : 950
Dolls : 960
Mon age : 35 ans
Mon Job : Sergent au 13th district
état Civil : C'est compliqué
Mon Adresse : North Side.
Date d'inscription : 22/05/2017
Age du Joueur : 24


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t117-brooke-i-purify-sin

Brooke & Sanjay
Building something
 

Je suis le couteau, je suis la plaie




I
l me fait kiffer ce gosse. Son sens de la répartie même dans une situation merdique comme celle-ci me fait penser à moi, plus jeune. Je suis sûre que ce gamin peut sortir de la rue. Pas forcément finir flic comme moi, mais il est capable de grandes choses. Je suis bien placée pour le savoir : quand on choisit la prostitution c'est qu'on n'a pas le choix. Enfin non, pas exactement. On n'a que ce choix parce qu'on ne nous montre pas d'alternative. C'est aussi pour ça que les jeunes rejoignent les gangs de plus en plus tôt : besoin de défendre sa famille, son quartier, voire sa propre vie, il n'y a que cette solution. On m'a proposé l'anti-gang mais j'ai refusé, j'ai choisi ce taf pour tenter de changer des vies et si j'étais à l'anti-gang mes proches auraient des cibles permanentes sur le dos et je serai obligée de céder à leurs demandes et de devenir ripou, exactement comme soixante pour cent des flics de Chicago, comme Arthur. Je suis au courant de ses manigances, du moins je me doute, et il refuse de me mettre au parfum, au cas où, pour que je puisse plaider l'innocence. Mais là n'est pas la question. Les erreurs qu'a faites Arthur seront celles que je ne ferai pas avec Sanjay. La différence c'est que quand Art m'a trouvée j'étais mineure, là Sanjay est majeur, les conséquences sont plus graves. Mais j'ai fait un serment de servir et protéger. Justement, ce sont les jeunes en difficulté comme le jeune homme que je dois servir et protéger.

"Sollicitation, prostitution, possession avec intention de revendre et récidive. Je vais pas te dire combien de temps tu peux passer à Cook County avec ça, mais comme t'es pas une menace pour ma ville tu risques rien de moi ha ha !"

Petit ton humoristique pour détendre l'atmosphère. C'est pas en remplissant Cook County de gens comme lui que le taux de criminalité va baisser dans la ville, et c'est pas officiellement honnête de le laisser courir les rues, mais le district attorney a d'autres choses plus pressantes sur le feu qu'un prostitué de seconde zone qui ne sert qu'à assouvir les désirs frustrés que les grands de ce monde sont pas foutus de faire à leurs femmes. Sanjay commence à s'ouvrir et à m'expliquer la situation. Classique. Il a aussi besoin de son fix le gars. Comme moi. Je pense qu'on peut partager, reste à savoir comment je lance le truc. Il me demande un nœud pour ses cheveux, évidemment. Il est coquet ce garçon. En costard il gagnerait tellement plus à faire un métier plus honnête. Je cherche dans mon sac à main en exploration pour ma petite trousse de soin, comme je l'appelle. Cette petite trousse a plusieurs poches, dont une remplie de petits sachets de poivres du Macdo, histoire de tromper le nez des chiens très compétents. Je sors un élastique blanc de ma petite trousse ainsi qu'un petit sachet hermétique noir opaque. D'une main habile et discrète je le glisse vers Sanjay. Tandis qu'il s'attache les cheveux le manque se fait cruellement ressentir de mon côté, surtout à la vue du précieux sachet. Il y a moins de dix grammes, mais pour deux ça suffit largement.

"Ah mais... c'est quoi ça ?"
Dis-je en pointant du doigt le précieux sésame.

Vu son état il allait le prendre comme un oubli de sa part, après tout, qui livre de la drogue et regarde ce qu'il y a à l'intérieur ? Il ne pouvait pas savoir que ça vient de moi. Et j'ai l'excuse toute prête. Il va pas me balancer toute façon, il sait ce qu'il lui arrivera si c'est le cas, donc je suis tranquille. Dans toute la ville je pense être sa seule alliée, celle qui lui veut du bien, qui veut vraiment le sortir de cette situation. En revanche, je ne sais pas s'il sait que je consomme aussi. Il doit bien s'en douter, de toute façon, il a l'habitude et un œil averti reconnaît une personne en manque.














I'm on a road of broken dreams, and I need to know why, seek the truth through lies to be my guide. I'm in a world of doubt and trust. Can't deny, I lost my way here in this quest, can't lie. I can't believe what's happening, I don't know what to say. I cant believe I left to see this day. And I've tried so hard to hold on, but I keep on falling. And no matter how hard I run, I just keep returning. And I'm back to where I started from.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Juil - 2:25
Sanjay Lewis
Criminels
avatar
Messages : 145
Dolls : 75
Mon age : 19 Ans
Mon Job : Escort Boy
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Les Rues
Date d'inscription : 09/06/2017
Age du Joueur : 18


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Indisponible
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t139-sanjay-s-phone


Je suis le couteau, je suis la plaie

Les chefs d'accusation qu'elle lui citait aurait du lui faire peur, et même s'il comptait bien les désavouer, ils étaient tous vrais. Pour continuer d'avoir les faveurs de ses potes, et de ses éventuels hébergeur, il leur avait rendu des services... et pour continuer il a vendu ses faveurs pour mettre un peu d'argent de coté. Argent qui partait en règle général en petit en cas en poudre ou en herbe. On lui avait pourtant offert de beaux costumes pour parader, le dernier iphone pour pouvoir le contacter à toute heure du jour ou de la nuit dès que l'envie s'en faisait sentir. Alors oui aux yeux des puristes il mériterait bien un petit tour en prison. Mais pour quoi faire ? De nouveaux contacts, de nouveaux vendeurs ou alors de grosses brutes qui croiront qu'avec ses cheveux longs il ferait l'affaire ? Ils seraient sans doute bien étonné. Donc non ,il n'avait pas survécut à toute cette merde pour finir en prison et y découvrir de nouvelles merdes . Il fut bien content d'être certain d'avoir un flic dans la poche, s'il pouvait le dire comme ça .  Pas qu'il l'avait cherché, au contraire mais elle était pas comme les autres, elle n'essayait pas de le changer même si parfois il avait l'impression qu'elle attendait tout de même qu'il change de route... pas certain qu'il y soit prêt mais si au moins il pouvait être sur qu'il pouvait l'appeler en cas de merde, ça serait déjà ça de pris sur tout le reste.

-Hé mais c'est pas moi qui sollicite d'abords, je ne fais que répondre à la loi de l'offre et la demande... on me demande et on m'offre !

Sanjay ne pouvait pas vraiment dire que la douleur s'était enfuie, au contraire chaque respiration restait un rappel cruel des coups qu'il s'était pris, Il allait avoir besoin de pas mal de repos pour s'en remettre et surtout pas mal de petite dose à intervalle régulier. Le jeune homme s'était promis de ne plus exagérer , de ne plus s’assommer totalement ou même de goûter les nouvelles drogues qui débarquaient à chaque coin de Chicago de plus en plus coupé à tout un tas de truc chimique... mais parfois, certaine journée, son corps consommait plus d'herbe que de pain et certain soir c'était quelque chose d'un peu plus lourd dont il avait besoin. Quelque chose qui lui ferait oublié que le lendemain serait la même chose. Pas qu'il éprouvait un dégoût pour sa vie, mais il éprouvait sommes toute plus de haine qu'il ne le croyait pour tout ceux dont l'existence c'étaient déroulé sans encombre : papa, maman, chien, belle maison, bonnes études. Rien de ce que Jay avait vu de près ou de loin avec sa maternelle. Cette fois ci ce n'était pourtant pas ses idées noires qu'il voulait étouffer mais bien ses cotes et leur incapacités à se faire oublier. Quand elle lui tends l’élastique et qu'il regroupe ses cheveux en chignon sur son crane, il grimace tout le long de l'opération. Si bien qu'il ne voit pas le manège de la jeune femme. Ce n'est pas pour autant qu'il ne le devine pas. Il sait reconnaître les sachets qu'il deale , noirs eux aussi mais avec une petite fleur de Sakura  Cela aurait pu permettre aux flics de tracer les deals bien évidement mais également aux acheteurs de reconnaître la provenance de ce qu'ils allaient prendre. Pourquoi une fleur de Sakura ? Un fan de Naruto ou de Card Captor ? Sanjay avait préféré resté dans l'ignorance. Tout comme il l'avait feint à chaque fois qu'il avait vu que quelque chose clochait dans le regard de Brooklyn. Ce n'est pas comme si il allait la juger. Il avait garder le silence. Il savait déjà son passé de prostituée, comme lui ,mais voilà, c'était son passé. Un flic qui consomme encore c'est une autre affaire et ça pouvait détruire une carrière c'était certain. Elle se décida à jouer la Mary Poppins en sortant ce genre de cadeau. Il savait que ce n'était pas que pour lui, qu'elle en avait besoin également mais qu'elle prenait le risque de partager avec lui.

- En tant que flic tu ne saurais même pas le reconnaître ? Ils prennent vraiment n'importe qui hein.

Essayant tant bien que mal de sourire, il ouvrit le sachet il glissa le petit doigt pour goutter la cam. Il y avait pas à dire les flics avaient tout de même accès aux meilleurs produits

- Tu m'en voudras pas si je me fait tout le sachet je suppose ,tu ne vas pas m’arrêter pour me droguer tu me la déjà dit et … je vois pas pourquoi tu aurais quelque chose à re dire puisque c'est à moi, non ?


Par réflexe il se mordit les lèvres avant de se rappeler qu'il avait mal. Et bien ça c'était dieu qui l'avait punis de jouer avec le manque de Brookyln .

- Sérieusement... on partage ? T'inquiètes je dirais rien... personne ne me croirait de toute façon.
AVENGEDINCHAINS


They say home is where the heart is but my heart is wild and free So am I homeless Or just heartless? 
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Juil - 20:25
Brooklyn Clarke
C.P.D
avatar
Messages : 950
Dolls : 960
Mon age : 35 ans
Mon Job : Sergent au 13th district
état Civil : C'est compliqué
Mon Adresse : North Side.
Date d'inscription : 22/05/2017
Age du Joueur : 24


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t117-brooke-i-purify-sin

Brooke & Sanjay
Building something
 

Je suis le couteau, je suis la plaie




D
écidément, il aurait dû faire orateur. C'est pas étonnant de le retrouver dans un tel état s'il parle à ses employeurs de la même façon, le monde de la rue est régit selon la loi de la jungle.

"Aux yeux de la loi ça reste de la sollicitation mon gars. C'est pas moi qui les écrites hein, les lois. J'ai juste choisi de les faire appliquer. Autrement que derrière un bureau à blablater pour déformer la vérité et influencer les gens."

Petite pique visant directement les avocats, ces vautours sans merci qui tournent autour de leurs proies, prêts à défendre les pires criminels et à ruiner la vie des gens innocents. Sanjay serait une proie rêvée pour eux, facile à manipuler, et surtout, qui ne tiendrait pas quinze minutes en prison avec sa belle gueule et sa langue acerbe. C'est aussi pour ça que je le protège. Tout comme Art l'a fait avec moi. Quand on est dans la merde, il faut parfois savoir accepter la main qui nous est tendue. Ce que Sanjay a du mal à faire. Il a sa fierté aussi, je comprends parfaitement. Accepter que nous avons besoin d'aide est très difficile. Mais j'y suis arrivée, il y arrivera aussi. Je sais qu'il ne rentrera jamais dans la police, mais je sais aussi que je peux le sortir de cette situation.

"Tu sais, y'a des métiers très honnêtes où tu rentres chez toi en un seul morceau et sans un bleu. T'as jamais essayé ?"

Petite pique dirigée vers lui. Je sais qu'il n'a pas de chez lui à proprement parler. J'ai souvent envisagé de l'accueillir chez moi, mais ce n'est pas la meilleure idée. Savoir qu'il loge chez un flic peut nuire à sa réputation de la rue, et lui enlèverait toutes ses clientes et tous ses employeurs. Sanjay a des tendances destructrices, je l'ai bien remarqué. Et quand on a des tendances destructrices et que tout va mal, le glock de la flic qui t'héberge devient ton meilleur ami. Sans compter mes différentes planques de poudre illégale. Si des chiens viennent fouiller chez moi je peux dire adieu à ma carrière et à ma liberté. Même Arthur ne me défendra pas cette fois. C'est pour ça que je ne réponds pas à sa petite pique. Ma respiration saccadée et mon reniflement continu sont pourtant de grands indicateurs de mon manque. Sanjay ne peut pas être passé à côté. Le voir goûter le produit, excellent par ailleurs, et ne pas réagir, demandait toute la patience dont j'étais capable. Il a parfaitement compris mon manège, malgré ma discrétion. Ce gamin est intelligent. Le sachet ouvert est là, il n'attend que moi. Je passe ma manche sur mon visage pour essuyer les petites gouttes de transpiration sur mon front. L'invitation de Sanjay est inespérée. De plus, je sais que je peux lui faire confiance. Je suis la seule qui se dresse entre lui et la prison. Sans attendre je sors de mon sac un miroir pliable et une carte de fidélité d'une boutique quelconque, que je lui tends.

"Tu proposes. A toi l'honneur. Je vais juste être obligée de passer derrière toi pour vérifier que tu prends de la qualité et que tu fais ça correctement. C'est trop bête, zut alors."

Personne ne le croirait s'il racontait ça, c'est à moitié-vrai. Arthur le croirait sans hésiter. Sanjay sait pour mon passé de pute mais ne sait pas pour mon passé de droguée. On aurait pu penser qu'à force de voir mon père et ma mère se piquer et après avoir vu ma mère faire quarante mille overdoses j'aurais été dégoûtée du produit. Mais non. Le réconfort est relativement unique.

"D'après mes estimations il y a plus ou moins dix grammes. Très exactement même. Tu sais calculer je suppose."

J'allonge mes jambes pour m'asseoir plus confortablement. Allez Sanjay grouille, mon cerveau est en ébullition face à trop d'impatience.














I'm on a road of broken dreams, and I need to know why, seek the truth through lies to be my guide. I'm in a world of doubt and trust. Can't deny, I lost my way here in this quest, can't lie. I can't believe what's happening, I don't know what to say. I cant believe I left to see this day. And I've tried so hard to hold on, but I keep on falling. And no matter how hard I run, I just keep returning. And I'm back to where I started from.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Juil - 14:38
Sanjay Lewis
Criminels
avatar
Messages : 145
Dolls : 75
Mon age : 19 Ans
Mon Job : Escort Boy
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Les Rues
Date d'inscription : 09/06/2017
Age du Joueur : 18


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Indisponible
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t139-sanjay-s-phone


Je suis le couteau, je suis la plaie


Son rappel de la loi, Sanjay l'entendait bien mais comme elle, il ne l'avait pas écrite sinon il aurait été le premier à y glisser quelques petites circonstances atténuantes pour le sortir de la machine judiciaire si on l'y poussait . Cela ne serait pas Brooklyn qui le ferait certes, mais malheureusement pour le jeune homme il n'était pas tous comme elle et un jour soit un flic, soit un autre dealer , soit un mari jaloux à juste titre finirait bien par lui mettre une balle entre les deux yeux... Ceux qui le connaissait bien lui prédisait une mort plus originale, trop de substances dans le nez et dans les veines et il irait croire qu'il peut voler et irait sauter d'un building... Cela plaisait plutôt bien au principal intéressé, tant que ce n'était pas le nez ans sa gerbe ça pouvait le faire ce genre de trip. Quitte à vivre en hauteur , c'est mieux que de se pendre.

Il sourit quand elle lui parle de métier honnête, de rentrer chez soi même, tout simplement. Des luxes qu'il n'avait pas. Il pourrait tenter d'économiser et se trouver une piaule, même miteuse juste pour pouvoir cesser de se dire sdf... Mais avec son travail ne pas être réparable avait ses avantages. On l'appelait quand on en avait besoin, le laisser tranquille le cas échéant et avoir un appart pour quoi faire ? Faire comme elle le disait et se ranger ? Il avait peu de qualité, et le peu qu'il voyait il ne se voyait pas en faire un métier honorable.

- Nope, jamais... pas eu l'occasion et pas eu envie non plus. J'ai pas envie d'aller bosser au macdo du coin pour une misère alors que certaines femmes veuillent me payer pour les baiser vite fait bien fait … J'ai pas l'intention de changer pour le moment et je ne suis pas sure qu'un jour je le voudrais. J’espère que ça te déçoit pas ?

Il espérait bien que personne n'attende rien de lui. Sanjay, même s'il portait un prénom qui signifiait Triomphant,  ne se pensait pas capable de faire de grandes choses et ça lui allait. Avec son passif, avec ses activités, survivre jusqu'à ses 20 ans serait déjà assez énorme. Il continua alors.

-Si je crève d'un mauvais coup,d'une troisième overdose ou que sais je, je vois pas pourquoi je devrais perdre mon précieux temps à me former à un taf que j'aurais pas envie de faire. CQFD.

Brooklyn avait trouvé sa voie, sa vocation en devenant flic, Sanjay n'était pas certain un jour de trouver la lumière presque miraculeuse qui éclairerait son triste chemin afin de trouver ce qu'il le ferait palpiter jusqu'à la fin de ses jours. Et tampis alors. Car dans l'immédiat ce qu'il lui plaisait c'était ce que contenait ce petit sachet de poudre blanche. Au moins le gigolo pouvait accuser le fait qu'il se soit fait défoncer la tronche il y avait quelques heures pour que celle ci semble à l'envers. Excuse  que n'avait pas la flic pour justifier la sueur qui perlait à son front, sa mâchoire serrée et tout le reste de son corps qui tremblait presque. Peut être était elle même plus attaquée que Sanjay, plus accro. Quelle ironie hein ? Pourtant ce soir il n'y avait pas à se poser la question car Jay' en avait besoin autant qu'elle.

Prenant le parfait nécessaire à coke, Sanjay commença à séparer la drogue pour former 4 parfaites et équilibrés bandes blanches qui n'attendaient qu'à être sniffer .

- Ouais t’inquiètes je sais faire les choses bien, même si je n'ai peut être pas autant d'expérience que toi hein ? C'est pour supporter de vendre ton cul que tu as commencé ou c'était encore avant ?

Sa propre curiosité l'étonnait, c'était en règle générale quelque chose qu'il s'interdisait. C'était un peu donner l'autorisation à l'autre de lui poser des questions à son tour, une façon de donner le bâton pour se faire battre. Bouchant sa narine gauche, il prit soin de prendre un rail entier de sa narine droite. L'effet fut quasiment instantané tandis qu'il jetait sa tête en arrière en tendant sa dose à Brooklyn

- Putain comme c'est bon...

AVENGEDINCHAINS


They say home is where the heart is but my heart is wild and free So am I homeless Or just heartless? 
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Juil - 16:40
Brooklyn Clarke
C.P.D
avatar
Messages : 950
Dolls : 960
Mon age : 35 ans
Mon Job : Sergent au 13th district
état Civil : C'est compliqué
Mon Adresse : North Side.
Date d'inscription : 22/05/2017
Age du Joueur : 24


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t117-brooke-i-purify-sin

Brooke & Sanjay
Building something
 

Je suis le couteau, je suis la plaie




T
rois overdoses ? Le chiffre me choquait. Il a seulement dix-neuf ans. C'est tellement triste. J'ai toujours réussi à éviter l'overdose quand j'usais. Quand j'use. Arrêter est tellement plus dur que ce qu'on croit. En tous cas c'est pas aujourd'hui que je vais arrêter. Sanjay a définitivement la manière en tous cas. Il sait le faire à la perfection. Les bandes blanches étaient parfaitement bien équilibrées. Dix grammes ça paraît énorme, mais au final, pas tant que ça. Je le regarde prendre son fixe avec envie. Je répondrais à sa question quand ma tête arrêtera de tourner. J'attrape délicatement le nécessaire de Sanjay et me bouche la narine droite, pour inspirer très fort de la narine gauche.

"Putain ça fait du bien, comme tu dis."

La poudre remonta directement au cerveau, mon mal de tête disparu tout de suite, ainsi que mon tournis. Comment quelque chose d'aussi mauvais pour le corps pouvait faire autant de bien au corps. Qui un jour s'est dit, en premier, ben tiens on va inspirer de la poudre blanche par le nez et en faire un commerce ? Je lui redonne le nécessaire pour qu'il prenne sa deuxième bande.

"En fait j'ai essayé pour tenter de comprendre pourquoi ma mère préférait ce truc à moi. Si j'ai décidé de vendre mon cul c'était en premier lieu pour pouvoir m'en payer, histoire de pas taxer chez ma mère, elle m'aurait tuée si je touchais à sa came. Égoïste jusqu'au bout. Elle ne sait d'ailleurs pas que je consomme. Dans sa tête vu que je suis flic je suis irréprochable et meilleure qu'elle. Pour ça que j'aime pas aller chez elle, y'en a partout. On dirait pas comme ça mais j'essaye d'arrêter."

Crédibilité zéro. Et pourtant c'est vrai. Avant j'étais à plusieurs rails par jour, maintenant j'en prends seulement quand le manque se fait grave sentir. Comme là. Je suis tranquille pour quasiment deux jours. Un peu moins. Et dix grammes suffisent. La balance utilisée pour la pesée à la confiscation est à plus ou moins vingt grammes, insignifiants pour dénoncer du vol parmi les agents, suffisant pour me permettre d'avoir mon fixe gratuitement. Tout le monde y gagne. Et quand je dois faire mon test d'urine bi-annuel, je donne celui de la gamine de ma voisine. La première fois que je lui ai demandé elle était étonnée, puis elle bien vu que j'essaye de bien faire. Elle a réussi à s'en sortir, de la drogue, donc elle comprend bien que j'essaye. Je fais de mon mieux. Mais je ne peux pas aller à une aide officielle au risque que cela se sache au boulot, et surtout au risque que ça endommage ma carrière, prometteuse d'après plusieurs supérieurs. C'est surtout le concours de sergent qui m'a fait replonger. J'avais tellement peur de le rater que j'ai pris juste un rail, un tout petit, pour me donner du courage. Mais quand on recommence après avoir arrêté, on ne s'arrête plus.

"J'imagine ce que tu dois penser de moi. Fais ce que je dis pas ce que je fais. Comment je peux faire mon taf dans un tel état etc. Je sais que tu te poses la question. Mais au moins tu juges pas. Le pire c'est le jugement."

Je le regarde prendre le deuxième. Quand je l'aurais pris moi aussi, il n'y aura plus aucune trace de notre méfait. Je renifle et me frotte le nez qui me chatouille. Sanjay a l'air d'aller mieux, par rapport à tout à l'heure. J'ai honoré mon serment : j'ai servi et protégé. C'est pas précisé comment.

"Rentrer chez soi a quand même ses bons côtés. Tu es protégé. Et surtout, tu contrôles tout. Tout ce qui se passe chez toi, c'est toi qui décide. J'ai jamais eu de contrôle dans la rue. Être une femme et se prostituer est différent que chez un homme. Le type qui décide d'aller plus loin ou de la jouer Fifty Shades Of Grey, quand t'es une gamine de quatorze ans toute maigre, t'as juste à subir quoi. T'as cette chance que j'avais pas. De contrôler un minimum tes actes. "













I'm on a road of broken dreams, and I need to know why, seek the truth through lies to be my guide. I'm in a world of doubt and trust. Can't deny, I lost my way here in this quest, can't lie. I can't believe what's happening, I don't know what to say. I cant believe I left to see this day. And I've tried so hard to hold on, but I keep on falling. And no matter how hard I run, I just keep returning. And I'm back to where I started from.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Lun 31 Juil - 20:34
Sanjay Lewis
Criminels
avatar
Messages : 145
Dolls : 75
Mon age : 19 Ans
Mon Job : Escort Boy
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Les Rues
Date d'inscription : 09/06/2017
Age du Joueur : 18


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Indisponible
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t139-sanjay-s-phone


Je suis le couteau, je suis la plaie

Certain fuyait quand il croisait un flic, Sanjay lui se retrouvait en train de partager un rail de coke, au calme avec un représentant des forces de l'ordre. De toute façon il n'aurait pas pu courir et puis ce n'était « Que Brooklyn ». Pour lui c'était presque un compliment hein, ça la détachait de tout ses casses couilles en uniforme qui ne s’intéressaient qu'à leurs quottas, leurs primes et leurs petites vies bien rangé. A l'évidence la fliquette, elle avait un quotidien plus difficile qu'il n'aurait pu le croire. Son passé dans la prostitution était une chose,ponctionnait dans la drogue pour ne pas faire de crise de manque en plein milieu d'un commissariat en était une autre. Ses raisons le firent doucement sourire. Les siennes étaient presque leurs opposés.

- C'est marrant, moi c'est le contraire. Si j'avais du suivre les pas de ma mère je serais un alcoolique qui puerait de la gueule avec sa bouteille de whisky . Donc si j'ai commencé la came c'était plus pour goûter, faire comme les copains et oublier qu'elle en avait toujours eu rien à foutre de moi. Elle te surestime peut être mais au moins elle te considère. Prends ton rail avant d'aller la voir et ça serait bon... parce que partie comme c'est partie , je suis de toute façon pas certain que tu puisse t’arrêter de si tôt. Y'aura toujours des trafics qui vont te passer sous le nez et qui te chatouillerons les narines. Donc pour arrêter il te faudrait de l'aide .

Il leva les mains en l'air pour être sur qu'elle ne prendrait pas ça pour une proposition. Sanjay serait bien incapable de secourir quelqu'un, pour cela il faudrait pouvoir s'aider  soi même ou bien juste le vouloir . Il essayait juste d'éviter d'être en mauvaise posture devant ses clientes, pour le reste de toute façon il n'arriverait jamais à dormir sans un peu de marijuana et pareil pour se lever.

- Tu sais je préfère en effet pas te juger, sinon qu'est ce que tu penserais d'un mec dans mon état, avec le taf que je fais qui n'a qu'une flic à appeler au secours.  Je crois que ça démontre pas mal à quel point je suis une bille dans les relations humaines et donc inapte à les comprendre .

Une petite moue de gamin prit en faute passa sur son visage bien vite rattraper par celui du jeune homme qui allait pouvoir profiter d'un second round. Sanjay inspira donc un autre bon coup le reste de la poudre , laissant les dernières traces pour Brooklyn.  Les deux doses grassement offertes lui avait au moins permis d'oublier la douleur de ses côtes. Même si cela ne les avaient pas miraculeusement guéris et qu'elles se rappelleraient à son bon souvenir demain, pour lors il pourrait  sortir de cette ruelle et c'était déjà bien et cela même sans maison à rejoindre.

- Je sais que quelque part je suis bien mieux lotie que tu ne l'as jamais été. Mes clientes sont des femmes riches et pas des vieux mecs dégueulasses. On m’offre des fringues, des montres et je le fais dans des supers bons hôtels si ce n'est pas carrément dans le lit conjugal . Quand à Fifty Shades, tu serais étonnée de savoir l'influence que ça a eu sur mon taf. J'ai mis plus de fessées que de doigts depuis quelques mois. Au final ça m'arrange bien, moins de contact il y a mieux je m'en porte !Mais toi aussi tu t'es fait tabassée alors j'ai du mal à comprendre leurs intérêts pour le fouet .

Les preuves de leurs vilains petits défauts disparurent et Jay décida qu'il était temps de voir s'il arrivait à se lever . Prenant appuie sur ses coudes il arriva tant bien que mal à se porter sur ses jambes , grimaçant seulement quand il essaya de faire entrer un peu d'air dans son nez après la cocaïne.

- Je peux abuser et te demander de me lâcher dans mon quartier ? Comme tu l'as dis plus tôt y'a risque de patrouille et tu sais quoi ? Tes collègues sont nettement moins cool que toi et j'ai pas envie de passer ma journée de demain à leur mentir en disant que je me suis pris la porte automatique du magasin dans la tronche et que je suis juste un gentil citoyen malchanceux.

AVENGEDINCHAINS


They say home is where the heart is but my heart is wild and free So am I homeless Or just heartless? 
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Aoû - 2:20
Chicago Outfit
Maître Du Jeu
avatar
Messages : 633
Dolls : Mj
Mon age : 247 ans
Mon Job : M.J
état Civil : Maître du jeu
Mon Adresse : Chicago
Date d'inscription : 23/01/2014
Age du Joueur : 247


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t143-suggestions-des-mem
annuler:
 


Top Site !


oBS oBS PRD bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Aoû - 23:52
Brooklyn Clarke
C.P.D
avatar
Messages : 950
Dolls : 960
Mon age : 35 ans
Mon Job : Sergent au 13th district
état Civil : C'est compliqué
Mon Adresse : North Side.
Date d'inscription : 22/05/2017
Age du Joueur : 24


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t117-brooke-i-purify-sin

Brooke & Sanjay
Building something
 

Je suis le couteau, je suis la plaie




O
n a l'air bien intelligents tous les deux à snifer de la coke en pleine nuit dans la rue. Si tous mes collègues me voyaient dans cet état je finirai en priso pour les dix prochaines années. Cinq au mieux pour le petit Sanjay. Et le voilà qui me donne des conseils sur ma droguée de mère. C'est le monde à l'envers. Mais il a raison, sur tous les points. J'ai besoin d'aide.

"Le problème d'aller demander de l'aide, de la vraie, c'est que ça va apparaître sur mon dossier pour mon arrêt. Et j'ai une relation particulière avec mon chef qui fait que s'il apprend que je consomme je peux simplement faire une croix sur ma carrière et postuler direct chez Starbucks."

Il faudrait que je le fasse en congés. Mais les congés au CPD ne sont pas fréquents. Et ce n'est pas en deux semaines que se fait la désintox. Donc je suis coincée pour le moment. J'arrive déjà à tenir deux jours sans symptômes de manque, c'est déjà pas mal à mes yeux. Au final, Sanjay est plus heureux que moi. Okay je ne suis plus dans la rue à chercher un toit pour la nuit toutes les nuits, mais je reste dans la contrainte. J'ai choisi un métier qui impose plein de contraintes et qui est constamment sous l'oeil accusateur des médias et de la hiérarchie, sans compter mes quelques (nombreux) ennemis qui guettent le moment où je vais faire un faux-pas pour l'exploiter et m'écraser bien dans la boue avec leurs talons. Je ne sais pourquoi, mais j'ai envie de me confier à Sanjay, je sais que je peux lui faire confiance. Alors que j'ai le double de son âge, ou presque.

"Tu sais, les relations humaines sont foutues. Quand je vois la priorité des gens quand on leur annonce le décès d'un proche, tu te dis qu'en fait ta vie vaut mieux que la leur. Tous ces gens qui perdent un cousin ou une mère, ils préfèrent se battre pour des droits de succession et d'héritage plutôt que profiter de l'occasion pour parler et passer des moments ensemble."

J'attrapais ma deuxième dose, dans l'autre narine, pas de jalouse, et Sanjay ne se fit pas prier pour tout ranger. Toute trace de notre méfait avait disparu. Histoire de bien m'achever, il me confirme que la situation est différente pour les hommes et pour les femmes. Sans surprise. Je ne parlerai pas de tout ce que j'ai subit du temps où j'étais pute, en tous cas vu que j'étais consentante, en tous cas au début, aucun policier ou planning familial digne de ce nom ne me croirait si je criais au viol. Heureusement, maintenant je sais comment me défendre. Maintenant je sais comment terrifier un homme trop entreprenant. Je suivais Sanjay du regard quand il se leva. Je fis de même en reniflant, pour bien faire pénétrer le produit. Je titubais un peu à cause des courbatures aux jambes quand on reste trop longtemps en position dite du tailleur. Il me fit rire de bon cœur avec son petit baratin spécial flic. Il est bien naïf malgré son exceptionnelle maturité.

"Ils en ont vu d'autres tu sais, les gens comme toi ils les repèrent à dix miles à la ronde, donc même en mentant t'as aucune chance de t'en sortir à moins de dix ans ferme, cinq si bon comportement. Donne-moi juste l'adresse de ta crèche actuelle et je te dépose juste devant, j'ai pris ma Nissan personnelle non marquée. Le girophare est amovible et actuellement dans la boîte à gants donc ta discrétion est assurée."

Sans un mot il m'accompagna jusqu'à ma voiture. Nous nous installons. Je vois dans mon rétro une voiture de patrouille se garer quelques centaines de mètres plus loin.

"Ton timing est impeccable, tu as du nez mon cher."

Je démarre et m'enfonce dans les rues de Chicago pour déposer mon passager.











I'm on a road of broken dreams, and I need to know why, seek the truth through lies to be my guide. I'm in a world of doubt and trust. Can't deny, I lost my way here in this quest, can't lie. I can't believe what's happening, I don't know what to say. I cant believe I left to see this day. And I've tried so hard to hold on, but I keep on falling. And no matter how hard I run, I just keep returning. And I'm back to where I started from.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago Outfit :: Chicago :: West Side :: Streets & Metros-