RSS
RSS



 

[Roulette Surprise] Un jour sans fin Ft. Shandra & Raylan

 :: Chicago :: Downtown "Loops" :: Streets & Metros Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 14 Sep 2017 - 17:15
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Un jour sans fin

J'observais la jeune femme un brun amusé par la connerie que je venais de lui sortir, certes mon intention était bonne à la base, mais en observant ses jambes je pus remarquer que même si elle voulait aller se reposer chez elle, ça lui serait un peu compliqué étant donné les tremblements de ses jambes. Pour le coup je n'avais pas vraiment joué au flic exemplaire et malin, bon d'accord je ne jouais jamais à incarner ce genre de flic, mais tout de même j'avais juré de protéger la population et de la servir, hors avec de tels tremblements ça aurait été un grave manquement à mon serment, pire c'était à la limite de la non-assistance à personne en danger.

Rien qu'à cette idée je frissonnai en pensant à Brooke et Arthur m'observant pendant des heures avec désapprobation pendant que je rédigeais mon rapport. Certes j'avais l'habitude, mais je me sentais mal à l'aise à chaque fois, comme si cette situation révélait une certaine hostilité à mon égard, franchement je ne comprends vraiment pas pourquoi. Bref, elle me tendis la carte de ce qui semblait être sa boulangerie avec au dos son numéro de mobile, je récupérai cette dernière, observant un peu l'emplacement de son temple du gâteau.


« Mais c'est que c'est juste à quelques rues de chez moi ça...miss Reyes, vous venez peut-être de vous faire un client régulier... »

Surtout qu'étant donné la façon dont j'avais tendance à me nourrir ça n'allait très certainement pas me faire de mal de manger de façon à peu près normale de temps en temps, ne serait-ce que pour faire taire une certaine chieuse anciennement ma belle-sœur et un peu trop proche de moi aujourd'hui pour que je puisse définir avec exactitude ce qu'elle était pour moi désormais. Sans compter que tout le monde avait tendance à tirer la grimace en me voyant manger. Comme si j'étais le seul à aimer trempé les tranches de fromages pour sandwichs dans la mayonnaise ou la moutarde pour les ingurgiter, bande de rabats-joie.

« Je préfère vous prévenir quand même, j'ai tendance à vite devenir accro aux douceurs... »

Bon, dans mon cas les douceurs c'était l'alcool ou encore une certaine plante verte apaisante, quoi que la plante je pouvais m'en passer sans trop de difficultés vous me direz. Je finis par m'asseoir à côté d'elle, après tout quitte à discuter pour passer le temps, autant se mettre le plus à l'aise possible, surtout que j'avais fini par lui dire que j'étais réellement suicidaire et pourquoi, alors je voyais mal ce qu'elle pourrait découvrir de plus intime sur moi de toutes façons.

« Vous savez que vous êtes la première femme dans cette ville qui m'offre un gâteau plutôt que de me donner une gifle ou des noms d'oiseaux ? Ma mâchoire vous en remercie d'ailleurs... »

J'avais envie de m'en allumer une autre, mais tout bien réfléchi, je n'étais pas super chaud à lui faire subir un nouvel assaut de fumée nocive, elle m'avait quand-même sauvé la vie, ça n'aurait pas été franchement très correct de ma part de menacer les sienne d'un cancer. Surtout que même si je l'ignorais à l'époque, nous avions une connaissance commune, une certaine tête à claques qui s'était déjà retrouvé sous mes ordres dans l'armée, ne vous en faîtes pas si vous ne voyez pas de qui je parle, ça viendra plus tard les copains.

« Alors dîtes-moi, qu'est-ce qui a permis le miracle d'une boulangère à Chicago ? Je veux dire, qu'est-ce qui vous a permis de venir ici ? Je sais que c'est plutôt difficile de quitter le Mexique... »
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep 2017 - 12:44
Shandra Reyes
Citoyens
avatar
Messages : 176
Dolls : 255
Mon age : 26 ans
Mon Job : Propriétaire et gérante de la pâtisserie "Chez Esperanza"
état Civil : Célibataire, mais très amoureuse...
Mon Adresse : Officieusement South Side / Officiellement West Side
Date d'inscription : 09/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t172-shandra-s-phone
Un jour sans finShandra & RaylanLe meurtre. Le sang. Les cris. Voilà quelque chose qui vous frappe et vous fait retourner en arrière. Bien des années en arrière. A une époque où ce genre de quotidien aussi bien effrayant que tout naturel. Le genre de vie que sa famille a fui tout en laissant Shandra derrière sous prétexte de gagner assez pour une vie plus convenable. Cependant, selon Shandra, on ne laisse personne en arrière qu'importe les difficultés. Et c'est justement cela qui a brisé doucement la gamine qu'elle était. Tous ceux qui l'ont laissé ont fait naître chez elle, une certaine colère et une rancune sans limite. Dans l'esprit d'une enfant même si elle sourit au jour le jour tentant de penser aux belles choses qui l'entourent malgré l'enfer, Shandra n'a pas pu échapper à sa propre colère et à son envie de la faire parler. Oh, elle n'a pas été un véritable cadeau pour ses grands-parents. Elle a été difficile quelque temps. Hargneuse et se laissant difficilement approcher. La jeune femme a dû passer par des moments d'apprentissage, le genre qui vous fait reprendre confiance peu à peu aux êtres qui vous sont le plus proche. Il y a beaucoup de chose que cet abandon a détruit dans le cœur de la pâtissière. Et pourtant, aujourd'hui, elle sait vivre avec ses propres démons. Pas toujours clair et par moment, elle pète littéralement un plomb et c'est une confrontation constante qui lui fait tenir tête face à cet âne bâté de Dante. Rien que de penser à ce genre de chose, à l'impuissance et à l'incapacité de se contrôler, les tremblements redoublent, mais pas une force mentale ou plutôt une claque monumentale dans sa tête, Shandra reprend peu à peu le contrôle.

Assise contre la carcasse trouée de cette voiture de police. Encore une fois, Shandra pense que l'un et l'autre ont échappé à la mort. A croire que la Faucheuse n'est pas prête encore à la supporter et vue ce que lui raconte l'inspecteur à ses côtés et sa façon d'être, lui aussi doit être à peine supportable. Même pour la mort, vous savez celle que l'on imagine drapé d'une cape noire, si vieille qu'on a l'impression qu'elle va tomber en lambeaux et dont la capuche cache cette face blanchâtre et squelettique. Charmeuse le jour de la fête des morts, mais loin d'être attirante en dehors de cette fameuse journée. Si Shandra devait choisir une entité pour venir la chercher, elle préférerait bien plus La Muerte.

« Mais c'est que c'est juste à quelques rues de chez moi ça...miss Reyes, vous venez peut-être de vous faire un client régulier... »

La jeune femme relève son regard vers le flic assis tout à côté, il a l'air tellement détendu malgré ces pensées bien sombres et étrangement assez logique pour la jeune femme. Un sourire léger se dessine alors, sur le visage de Shandra, amusée par l'intonation de la voix de ce dernier.

« Et bien… J'en suis ravie, mais j'espère surtout que mes pâtisseries vous plairont. La plupart sont des recettes de ma grand-mère… »

Un peu de nostalgie et de mélancolie prennent vie sur les traits de son visage. C'est parfois compliqué de se rappeler des personnes qui ont eu un impact conséquent dans notre vie et pourtant, dans un sens, ça nous soulage de ne pas les oublier.

« Je préfère vous prévenir quand même, j'ai tendance à vite devenir accro aux douceurs... »

« Et bien vous savez… Je ne pense pas que ça serait un problème en soit… Je vous rassure. » Fit-elle avec un brin d'ironie.

« Vous savez que vous êtes la première femme dans cette ville qui m'offre un gâteau plutôt que de me donner une gifle ou des noms d'oiseaux ? Ma mâchoire vous en remercie d'ailleurs... »

Cette fois-ci, elle ne put empêcher un rire de traverser la frontière de ses lèvres. « J'ai déjà vu pire… Au moins vous avez le mérite de faire rire. Néanmoins, je ne voudrai pas être votre ennemi. Et puis, j'aime quand on fait preuve de répondant et d'ironie. Généralement, c'est le genre de personne capable de me supporter parce que je peux être véritablement hargneuse et chiante. »

Shandra n'a jamais vraiment apprécié les personnes fades et qui se cachent, les timides cela peut passer encore, mais les autres, généralement, ils sont loin d'être honnêtes. Shandra a pu largement y être confronté, elle a eu pas mal de sale coup avec des soit-disant amis qui étaient… Comment dire… Différente d'être, totalement opposé à sa personnalité. Alors, d'une décision radicale, elle a préféré être seule et ne s'occuper que de son avenir.

« Alors dîtes-moi, qu'est-ce qui a permis le miracle d'une boulangère à Chicago ? Je veux dire, qu'est-ce qui vous a permis de venir ici ? Je sais que c'est plutôt difficile de quitter le Mexique... »

« Pâtissière… Pas boulangère. » Fit-elle en tournant son visage vers lui. « J'ai voulu intégrer une bonne école ici aux Etats-Unis… Le rêve, cela aurait la France, c'est quand même là que les meilleurs pâtissiers se trouvent… Mais… Ma famille était ici et avant que mes grands-parents ne meurent, j'avais promis de ne pas rester loin et de respecter le terme la famille. » Elle regarde devant elle, ce pauvre cadavre froid et sans aucune once de vie à présent. « Mais bon… Les réunions c'est pas notre truc. Mes parents ont dû repartir au Mexique et ma sœur et moi, on est ici… On fait notre vie chacun de notre côté. » Elle repose son regard sur Raylan. « Et puis, le destin d'une fille à Cancùn, loin des plages paradisiaques et des rues touristiques,  c'est loin d'être tranquille. J'ai vécu dans des quartiers bien pire que ceux qu'on trouve ici. Un mort chaque jour. Des cris tout au long de la journée. Des flics plus corrompus pour la plupart. Les gens faisaient leur propre loi, protégeait leur quartier comme il le pouvait. Les gangs qui nous attendaient à la fin des cours pour tenter de nous attirer. » Son air devient de plus en plus grave. « Vous savez ce que doivent faire les filles pour entrer dans un gang… Elles tirent au dés et le nombre obtenu… Ce sont les hommes qui doivent vous violer. Si vous vous laissez faire vous considérez comme une moins que rien dans le cas contraire vous êtes respecté, mais votre vie n'est plus la même. Je le sais parce que j'ai connu une fille dans cette situation. Elle est morte aujourd'hui. » Elle pose sa tête sur le métal froid de la voiture. « Une autre… La fille d'une voisine a été quant à elle… Agressée sexuellement par trois policiers… Plus ça avançait et plus je voulais partir sans même savoir que mon grand-père suait matin et soir pour économiser assez pour réaliser mon rêve de pâtissière. Si j'en suis là c'est grâce à eux… Et je suis tellement hargneuse que même la Faucheuse n'est pas prête à supporter. J'ai trop subi, trop vu et trop entendu pour baisser les bras même dans ce genre de situation. »

Il s'était confié alors, c'était plus que normale qu'elle en fasse de même n'est-ce pas ? Et puis le côté paumé du flic lui rappelle grandement le sien.

« Et encore… C'est qu'une petite partie de ma vie… Je pourrais faire un véritable roman avec ce que je sais… Pire qu'une tragédie grecque. » Termina-t-elle en riant.


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Sep 2017 - 19:17
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Un jour sans fin

Etais-je réellement fan de pâtisseries moi ? J'étais quand même quelqu'un qui appréciait beaucoup tout ce qui était salé, faut dire que je n'avais jamais vraiment essayé de me mettre au sucré. Oh il y avait bien quelques gâteaux faits par Jessica ou encore ma tante, mais si je les aimais, on va dire que ce n'était pas vraiment pour leurs tambouilles. D'un autre côté dans une pâtisserie il devait y en avoir pas mal, de trucs différents, j'allais quand même bien trouver quelque chose qui allait me plaire. Ben quoi ? Oui je pense à mon estomac après deux morts et si ça vous arrive, vous devriez faire la même chose. Vous savez si les forces spéciales m'ont appris un truc, c'est que la pression liée au danger ou à la mort est tout, sauf ce qui va vous tenir saint d'esprit ou encore en vie dans ce genre de cas.

Lorsque j'étais à l'armée, on avait l'habitude de blaguer avant chaque mission, le but était de faire rire tout le commando, faire comme si tout allait bien se passer quelques minutes, comme si nous n'allions pas risquer nos vies dans quelques instants, comme si nous étions dans une situation la plus normale qui soit, somme au bar, au restaurant ou encore à la petite table qui nous servait à jouer au poker. Penser à la mort ne sauve pas de la mort, en revanche un soupçon de vie, quelques instants seulement, c'est ce qui peut faire toute la différence et croyez-moi c'est exactement pareil avec la folie.

J'avais donc décidé de dialoguer parfaitement normalement avec Shandra, d'ailleurs ne lui dîtes pas que je l'appelle autrement que miss Reyes lorsque je raconte sur elle, c'est une femme après tout et j'ignore parfaitement comment elle pourrait prendre le fait que je n'ose pas l’appeler par son prénom en face d'elle et pourtant le faire à l'écrit. J'avais visiblement réussis à la mettre relativement à son aise malgré les deux cadavres non loin de nous, c'était déjà ça de gagner, j'avais même réussi à la faire rire, un bref instant, mais hey toute victoire était bonne à prendre lorsque l'on avait un objectif non ?

Et le miens à cet instant était de lui faire penser à autre chose, après tout si on devait attendre la cavalerie ensembles, autant que ce soit dans la bonne humeur, enfin du moins qu'on essaye quoi. Visiblement j'avais sous-estimé grandement la dureté de son passé, pourquoi avais-je supposé qu'elle était partie du Mexique enfant moi ? La réponse à ma dernière question, bien que franchement intéressante pour tout dire, n'était peut-être pas le sujet idéal pour qu'elle puisse rester de bonne humeur, tout du moins pas en l'état en tout cas.


« Et bien vous avez eu une vie plutôt remplie déjà...je pense pouvoir dire que vous avez du courage...mais par contre...la France ? Sans déconner ?...Non, vous auriez fait l'erreur de viser Paris, comme le font tous les étrangers avec New-York...souvenez-vous de ça miss Reyes, pour voir un pays et apprendre quelque chose de sa culture, il ne faut jamais se fier à sa capitale...lorsque j'étais à l'armée, j'avais un collègue qui me le répétait souvent, cuisinier aujourd'hui, il me semble qu'il habite en France à présent, Bodeau je crois ou un truc du genre...mais comme il disait ça surtout pour la bouffe, je pense que c'est quelque chose qui s'applique à votre cas...les recettes de grand-mère ou de régions sont ce qu'il y a de meilleur au niveau cullinaire, vous avez bien fait de choisir une région aussi vaste et d'y perpétrer les traditions de votre grand-mère, enfin ce n'est que mon avis...et puis il paraît que les français collectionnent les femmes donc, vous avez évité le drame d'une peine de cœur... »

Bon d'accord c'est vrai que je n'y connaissais absolument rien aux français, mais les archétypes étaient basés sur des personnes ayant déjà existé non ? Comme celui de l'américain obèse avec un steak plus grand que son cul dans l'assiette et de la graisse tout autour de la bouche. Bordel c'est marrant comme les autres retenaient toujours le pire quand-même.

« Sinon vous devriez attendre votre retraite pour écrire votre roman, si vous voulez être pour vos petits-enfants ce que vos grands-parents ont été pour vous, un petit pécule ça aide...par contre si vous pensez à mettre le jour d'aujourd'hui dedans, évitez au moins les détails, pas sur que ça plaise aux gens... »
Berth©️
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Oct 2017 - 14:55
Shandra Reyes
Citoyens
avatar
Messages : 176
Dolls : 255
Mon age : 26 ans
Mon Job : Propriétaire et gérante de la pâtisserie "Chez Esperanza"
état Civil : Célibataire, mais très amoureuse...
Mon Adresse : Officieusement South Side / Officiellement West Side
Date d'inscription : 09/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t172-shandra-s-phone
Un jour sans finShandra & Raylan« Et bien vous avez eu une vie plutôt remplie déjà...je pense pouvoir dire que vous avez du courage...mais par contre...la France ? Sans déconner ?...Non, vous auriez fait l'erreur de viser Paris, comme le font tous les étrangers avec New-York...souvenez-vous de ça miss Reyes, pour voir un pays et apprendre quelque chose de sa culture, il ne faut jamais se fier à sa capitale...lorsque j'étais à l'armée, j'avais un collègue qui me le répétait souvent, cuisinier aujourd'hui, il me semble qu'il habite en France à présent, Bodeau je crois ou un truc du genre...mais comme il disait ça surtout pour la bouffe, je pense que c'est quelque chose qui s'applique à votre cas...les recettes de grand-mère ou de régions sont ce qu'il y a de meilleur au niveau cullinaire, vous avez bien fait de choisir une région aussi vaste et d'y perpétrer les traditions de votre grand-mère, enfin ce n'est que mon avis...et puis il paraît que les français collectionnent les femmes donc, vous avez évité le drame d'une peine de cœur... »

Un léger sourire se dessine sur les lèvres de la jeune femme au fur et à mesure que le flic s'exprimait et échangeait des banalités alors, que deux corps jonchaient encore le sol de la rue, que cela soit devant ou derrière eux. Néanmoins, parler permettait à Shandra de viser autre chose que la noirceur et le sang qui recouvrait odieusement le béton. Elle s'empêcha de soupirer quand son cerveau se rappelle de ce qu'il s'est passé. Ce n'est pas un spectacle qu'elle oubliera de sitôt. Malgré l'habitude, la réception des émotions restent toujours la même. Après tout, nous ne sommes que des humains tandis que le monde se robotise de plus en plus avec les nouvelles technologiques qui prennent vie ici et là.

« La France reste le centre de la pâtisserie, on y trouve les meilleures écoles vous savez ? Et puis… J'ai toujours rêvé d'y aller… Un rêve en commun que nous avions avec grand-mère. » Quelque chose que son grand-père n'a jamais pu se permettre, payer des vacances dans ce pays. Shandra imagine qu'à présent, que certainement, leurs âmes sont capables de voyager ici et là sans être retenu par des chaînes invisibles. Mais, des chaînes assez réelles qui représentent le prix de chaque chose de nos jours. Tout est une question de prix et la bonne époque où les gens vivaient de leur propre culture est à présent révolu.

« Et bien… Je me suis rendue compte que les meilleurs recettes, restent celui de nos grands-mères parce qu'il y a un parfum d'enfance dans ces derniers, mais je rajoute une part de moi, quelque chose de plus moderne dans la présentation et dans les goûts aussi… Tout dépend de ma créativité du jour. »

A la fin, Shandra finit par rire quand il mentionna le côté don juan des français. Ce n'était pas totalement faux, mais il faut avouer que c'est partout pareil. Et puis que cela soit ici ou ailleurs, Shandra n'a eu que des histoires désastreuses et qui n'ont mené à rien et il ne faut pas oublier que son cœur est marqué par une présence sicilienne qui la hante depuis son adolescence. Sur ce point d'ailleurs, on ne peut pas dire que cela ait avancé d'un iota. Risible et parfaitement ridicule, elle qui se dit si forte et si indépendante, elle reste droguée à un seul homme capable de lui faire toutes les misères du monde.

« Ici ou ailleurs… Les hommes se ressemblent tous… » Fit-elle dans un long soupire blasé. « Et puis, je ne cherche pas spécialement cela. Par moment, les hommes que j'ai pu fréquenter n'ont pas vraiment été heureux de mon investissement dans mon travail… J'aime ce que je fais et je suis tellement ancré dedant et dans mes responsabilités que cela les a fait fuir. J'ignore encore pourquoi d'ailleurs… » Bizarre de pouvoir se confier ainsi au premier venu. Sans doute que côtoyer la mort le même jour rapproche grandement les gens. Plus qu'on ne pourrait le dire d'ailleurs.

« Sinon vous devriez attendre votre retraite pour écrire votre roman, si vous voulez être pour vos petits-enfants ce que vos grands-parents ont été pour vous, un petit pécule ça aide...par contre si vous pensez à mettre le jour d'aujourd'hui dedans, évitez au moins les détails, pas sur que ça plaise aux gens... »

« J'y penserai monsieur l'inspecteur… Mais avouez que ça mettrait un peu plus de piment et d'action encore… Oui, je sais mon histoire est déjà pas mal épicé, mais j'adore quand c'est bien relevé, je n'y peux rien. Mon grand-père disait toujours, la vie, c'est comme un plat, s'il n'est pas un minimum relevé, il restera inintéressant et sans aucune saveur. » Elle finit par le regarder. « Mais dites-moi, une préférence pour la pâtisserie ? Comme ça quand vous viendrez, vous aurez celle que vous préférez… Une saveur que vous aimez et j'en ferais un quelque chose avec votre nom à la clé peut-être… » Elle était un peu taquine pour ces derniers mots, mais à peu sérieuse tout de même. Il fallait bien honorer cette création pour la personne qui le lui a inspiré non ?

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Oct 2017 - 15:51
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Un jour sans fin

C'était plutôt étonnant comme la jeune femme semblait mature pour son âge, enfin celui qu'elle semblait avoir, de toutes façons je n'allais très certainement pas aborder le sujet pour en être certain, je savais que le poids ou l'âge des femmes était tabou et je préférais avoir à faire face à une fusillade plutôt qu'à une femme vexée ou en colère. Je sais je suis paradoxal quand même comme bonhomme, ça ne m'empêchait pas de vexer sans cesse les femmes les plus proches de moi, mais j'y peux rien moi, c'était pour leur bien, enfin c'était ce que je me disais.

Franchement lorsque j'avais le même âge je ne pensais qu'aux femmes et aux combats que j'allais mener le lendemain, mais sa petite remarque sur le hommes me fit sourire, j'aurai pu essayer de répondre à la question qu'elle se posait mais honnêtement je n'en savais rien moi-même, je me demandais encore aujourd'hui ce que Jessica avait pu me trouver de son vivant et comment j'avais réussi à la séduire.

Sa réaction à ma dernière remarque en revanche, lui valut un hochement de tête en signe d'approbation, effectivement, ça pour rajouter du piment, ça risquait d'en rajouter, je l'observai plus longuement lorsqu'elle parla de me faire une pâtisserie personnalisée, elle en parlait avec tellement de passion que je finis par me demander si j'avais moi-même déjà parlé de quoi que ce soit ainsi, si quelque chose m'avait passionné un jour à ce point-là.


« Excusez-moi, j'étais persuadé de m'être déjà présenté, Raylan Bran, sergent à la criminelle du C.P.D...Pour ce qui est de mes goûts en pâtisserie, je dois bien avouer que je n'en ai pas vraiment, je mange en général plus par nécessité que par envie... »

Je lui souris de façon assez gênée, vu tout ce qu'elle m'avait déjà dit sur son métier, sa passion, je me doutais bien que ce genre de révélation risquait de lui plaire moyennement, mais bon, je n'allais quand même pas lui dire la première pâtisserie qui me viendrait en tête pour finir par la manger en faisant la grimace le jour où elle me la ferait. Il y avait suffisamment de femmes qui m'en voulaient pour un oui ou pour un non dans cette ville sans que je n'ai besoin d'ajouter un nom à la liste de mes détractrices.

Je commençai donc à chercher les ingrédients sucrés que j'aimais bien, le soucis c'est qu'il y en avait beaucoup trop, vu comment je mangeais, autant vous dire de suite que je n'étais pas des plus difficiles sur la nourriture, du moment que ça se mangeait en général je ne prenais pas vraiment cas d'autre chose. Pour vous dire je me souviens qu'une fois j'avais même trempé un biscuit enrobé de chocolat dans de la mayonnaise et l'avais avalé sous les yeux dégoûtés de mes collègues, Martin en avait même rendu son petit déjeuner.

Bon ce n'était clairement pas la meilleure chose que j'avais mangé mais je me disais que du sucre et de la graisse n'allaient pas me faire de mal puisque je n'avais rien avalé depuis deux jours.


« Sinon je sais que j'aime beaucoup le citron ou encore le beurre de cacahuète mélangé au chocolat...c'est tout ce que je peux vous dire...je mange rarement des choses sucrées...bon en vérité je mange rarement autre chose que des chips ou des sandwichs... »

J'aurai pu ajouter un je mange rarement tout court, mais j'osais déjà à peine regarder sa réaction, j'étais quand même un cauchemar ambulant pour tout professionnel de la cuisine, bien sûr je mangeais leurs plats, mais je ne prenais jamais le temps de déguster quoi que ce soit, pour moi manger était secondaire, une sorte d'essence pour le moteur du corps, rien de plus, si je pouvais m'en passer je le faisais volontiers, c'était une perte de temps à mon sens.
Berth©️
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Oct 2017 - 15:39
Shandra Reyes
Citoyens
avatar
Messages : 176
Dolls : 255
Mon age : 26 ans
Mon Job : Propriétaire et gérante de la pâtisserie "Chez Esperanza"
état Civil : Célibataire, mais très amoureuse...
Mon Adresse : Officieusement South Side / Officiellement West Side
Date d'inscription : 09/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t172-shandra-s-phone
Un jour sans finShandra & Raylan« Excusez-moi, j'étais persuadé de m'être déjà présenté, Raylan Bran, sergent à la criminelle du C.P.D...Pour ce qui est de mes goûts en pâtisserie, je dois bien avouer que je n'en ai pas vraiment, je mange en général plus par nécessité que par envie... »

C'était étonnant de la part de Shandra, mais une certaine tendresse naissait pour le sergent. Il faut dire que le style brute de pomme et à se sentir mieux dans la merde que dans une situation normal les rapprochaient plus qu'il ne pourrait se douter. Par respect, elle s'empêchait de rire à certaine de ces remarques et pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait. C'était rapide certes, mais elle appréciait beaucoup cet homme. Après tout, le fait qu'ils se soient sauvé durant la fusillade a su rapidement les rapprocher. Néanmoins, il y avait pas mal de choses qui faisaient grincer des dents la jeune femme, comme la cigarette qui devait carrément fusillait les saveurs chez l'homme autant que ces pauvres poumons qui noircissaient à chaque bouffé prise. Une fois durant son adolescence, Shandra a été entraîné à fumer une cigarette, elle en a été si malade qu'elle n'en a plus jamais toucher. Quitte à passé pour une coincé, elle préférait nettement garder sa santé intacte ainsi que ses poumons, mais surtout le goût que son palais pouvait avoir quand elle goûtait une saveur nouvelle ou bien une qu'elle recherchait et qui était souvent lié à son enfance. Après tout, sa grand-mère ne lui avait pas offert tous ces secrets en matière de pâtisserie ou bien cette dernière n'en a pas eu le temps.

« Ravie de vous connaître monsieur Bran. Je m'appelle Shandra Reyes... » Elle lui sourit puis plisse légèrement les yeux en se mordant la lèvre. « Et bien... Je dois dire que vous manquez beaucoup concernant le fait de manger. Je suis gourmet et gourmande. J'apprécie les bonnes choses et je ne mange pas que par nécessité puisque l'on sait que le corps à besoin plus d'eau que de nourriture. Mais, l'un ne va pas sans l'autre n'est-ce pas ? » Elle lui fait un petit clin d'œil amusé.

Shandra se souvient de ces moments difficiles où elle n'avait que des pâtes à manger et parfois cela lui montait au nez de faire toujours la même chose. Mais heureusement, que la difficulté ça la connaît et tant qu'elle avait de la farine, des œufs et du lait, elle savait qu'elle n'était pas perdue. Sa grand-mère faisait de délicieuses choses avec peu de moyen et le ventre de la famille était toujours rempli. Cependant, elle avait aussi un petit bout de terre où elle cultivait des légumes et cela aidait énormément. Cependant, ne demandez plus à Shandra de manger des courgettes. Elle en a eu à toutes les sauces, salade et autres... Bien que cela lui a remplit l'estomac, aujourd'hui ce dernier refusait tout ce qui était à base de ce légume. Néanmoins, on ne pouvait combattre certaines envies qui se faisaient très fortes.

« Sinon je sais que j'aime beaucoup le citron ou encore le beurre de cacahuète mélangé au chocolat...c'est tout ce que je peux vous dire...je mange rarement des choses sucrées...bon en vérité je mange rarement autre chose que des chips ou des sandwichs... »

La jeune femme se redresse un peu tout en le regardant. Au moins, elle avait une réponse sur les goûts de l'homme, mais elle ne peut s'empêcher d'avoir un air de désapprobation. Sandwich et chips. Bien que parfois cela pouvait aider, la jeune femme était plus pour faire de bons repas, mais il est que seul, à quoi se préparer un bon déjeuner ou diner.

« Donc quelque chose de citronné... J'imagine facilement une douceur au cœur quelque peu acidulé et amer, mais loin d'être désagréable. Il faut que je trouve quelque chose qui surprenne... Comme vous... » Elle se laissait facilement emporter dans sa recherche de douceur, mais Shandra a dû se donner une petite claque mentale pour revenir à la réalité. « Ceci dit mon ami... Il n'y a pas que des pâtisseries que je devrais vous faire. Vous passez à côté de pas mal de chose... Un jour peut-être que je vous ferai un bon repas. Une recette qui me vient de ma grand-mère. »

La jeune femme se penche légèrement sur le côté avec un sourire mutin sur les lèvres puis elle ne put s'empêcher de rire.

« Laissez-moi deviner, manger est une perte de temps pour vous. Vous engouffrez plus que vous n'appréciez le plat. » Elle se retient une nouvelle fois. « Je commence à saisir le personnage et j'avoue que j'aime beaucoup, ça change des hommes qui font semblant d'être sympa. Autant tout de suite montrer son sale caractère. J'ai un... ami comme ça, on se prend la tête comme jamais, mais je peux toujours compter sur lui... » Son regard se fait un peu plus sombre sur l'instant, elle ne savait toujours pas comment entrer dans le nouvel univers de Dante, il semblait vouloir l'éloigner et la croire toujours comme une gamine qui fait rire autant qu'elle peut prendre la tête.

« Un vrai casse-tête... C'est ce qu'est mon ami et vous aussi... vous prenez la tête, mais on ne peut pas s'empêcher de chercher à vous comprendre et au final, la plupart de ces personnes sont celles sur qui je compte le plus parce qu'elles sont toujours présentes. » Elle sourit. « Pas toute certes, mais une bonne partie est comme ça. »

Au loin, on pouvait entendre les sirènes de la police et des ambulances, ce qui fit sursauter un peu la jeune femme. Instinctivement, elle observa la direction de l'homme mort sur le trottoir d'en face qu'un commerçant avait recouvert d'un drap blanc par respect pour ce dernier, mais aussi pour le dissimuler aux yeux des autres déjà assez tétanisé.

« On dirait que vos renforts arrivent... »


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago Outfit :: Chicago :: Downtown "Loops" :: Streets & Metros-