RSS
RSS



 

Hunting game (Elizabeth)

 :: Chicago :: Downtown "Loops" :: The Loop :: Shopping Avenue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 5 Juil 2017 - 13:54
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Hunting game

On pouvait dire bien des choses sur cette femme, moi ce qui me venait en tête c'était qu'elle n'avait vraiment pas froid aux yeux. Pire je dirais qu'elle avait commencé à susciter mon intérêt, et ce qui était vraiment pas mal c'est qu'elle n'avait pas dû se tortiller en petite tenue devant moi pour le faire. Je sais c'est un peu cliché, mais si ça peut vous rassurer, j'usais de capotes à chaque fois, ce n'est pas parce que l'emballage est joli que l'intérieur est bien entretenu. Ouais moi aussi je me demande pourquoi je vous raconte tout ça, je vais continuer l'histoire je pense.

La belle m'avait donc attaché au plumard, bon d'accord, rien qu'avec ça mon intérêt s'était un peu porté sur sa personne, je détestais être à la merci de quelqu'un, mais là, ça m'amusait pas mal en fait. Mais ne le lui dîtes surtout jamais, faudrait pas qu'elle croit que je suis si facile à dominer le reste du temps, remarque...ce serait marrant qu'elle essaye...Bref, excusez-moi les copains, je continue l'histoire tout de suite. Madame me dit alors qu'elle partait à la pharmacie, ce qui je vous l'avoue, me fit exploser de rires, avant de sentir mes côtes hurler de douleur, ce qui me vallut quelques plaintes de surprise, avant de continuer à rire en baissant un peu le volume et de m'essuyer un œil sur ma manche, effaçant la seule preuve de l'ampleur de mon fou-rire. Mais lorsque je me retrouvai la bouche entravée et la porte refermée, franchement je dois l'avouer, j'étais un peu surpris, bon en fait carrément sur le cul.

Elle s'était barré là ? Avec les clés ? Sans oublier ma foutue plaque, j'étais presque certain que ma nouvelle partenaire m'engueulerait pour ça, j'étais en revanche tout à fait d'avis à ne jamais parler de cet incident à Neilina, pourquoi ? Ben bonne question au fait, mais c'est un autre sujet, pourtant je pouvais vous citer des similitudes entre mon ex belle-sœur et cette cinglée intrigante. Je tentai de me défaire du lit, mais mes menottes ne cédèrent pas, mes côtes elles, si, bon d'accord j'en avais peut-être un peu trop fait en sautant du toit. Mais je l'avais choppé cet idiot, j'avais bouclé un connard capable de poignarder une femme, ça méritait peut-être quelques blessures. Par un jeu de mâchoire, je parvins à m'ôter l'entrave sur ma bouche, si seulement je n'avais pas eu ces douleurs aux côtes, j'aurai pu m'évader de bien des façons, de rage je donnai un coup en levant les bras et me rendit compte que le haut de la tête de lit s'était levée, ce n'était pas de la vraie fonte.

J'ôtai sans trop forcer le haut de la tête de lit et y dégageai la chaîne de mes entraves. Désormais je pouvais bouger, mais ça faisait mal un peu j'avoue, j'allai jusqu'à ma veste et en retirai une épingle que je gardais toujours juste au cas où, ben quoi ? Je vous ai dis que ce n'était pas la première fois que je me retrouvais attaché de la sorte. Je ne mis pas longtemps à me défaire des mes liens ayant déjà pas mal d'expérience dans le domaine. Bon, j'étais libre désormais, je me demandais quand même où était passé mon caleçon, sans déconner, quel type de détraquée piquait des caleçons ? Remarque c'était peut-être la mama gorille des urgences, le courant est passé si bien entre nous. Bon je faisais quoi moi ? Je me tirais ? J'avoue que ça m'embêtait un peu, elle avait ma plaque et mon flingue quand-même.

Je retournai m'allonger, jouant avec les menottes après avoir complètement dégagé le haut de la tête de lit, tiens la belle était revenue ?


« Ben ça dépend de ce que tu entends par sage, mais j'y peux rien, tu me manquais tellement...j'ai toujours adoré être attaché à un lit par une jolie femme, mais celle qui m'empêchera tout mouvement n'est pas née... »

Je lui montrai la tête de lit, avant d'attirer son regard sur mes menottes avec un sourire non contenu. Avait-elle seulement idée de ce que j'avais en tête ? J'espère tellement que oui.

« On va échanger maintenant...moi je t'attache au lit, et ne me dis pas que ça te déplairait...Bon plus sérieusement, pourrais-tu me rendre ma plaque et mon flingue ? C'est que j'y tiens beaucoup, c'est ce qui me permet de payer mes factures chaque mois...  »
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Juil 2017 - 15:03
Elisabeth Langton
Mafia & associés
avatar
Messages : 211
Dolls : 490
Mon age : 30 ans
Mon Job : Nettoyeuse
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Chicago (bouge continuellement)
Date d'inscription : 15/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t209-elisabeth-s-phone

Raylan & Elisabeth
Rues de Chicago.
Fin d'après-midi/Début de soirée.


Hunting Game




I
l fallait l'admettre : peu de personnes arrivaient à me surprendre. Je n'étais pas spécialement préparée à toutes les éventualités, la preuve étant, il avait réussi à se détacher. Je remarquais la tête de lit détachée et me dis que j'aurais dû vérifier si c'était réellement en fer forgé. Oui, là, j'étais une idiote, mais je restais un peu maline. J'allais m'en sortir, il fallait juste que je ne panique pas et que je reste calme. C'était d'ailleurs exactement mon attitude. J'avais peut-être montré un peu de mon étonnement, mais c'était vite passé. Raylan était toujours sur le lit, allongé, jouant avec les menottes.

« Tu ne bougeais pas beaucoup lorsque tu étais menotté, tu as déjà oublié ? lui rétorquai-je en me dirigeant vers le bureau, déposant mon sac aux pieds de ce dernier et retirant ma veste, dos à lui, avant de me retourner. Aurais-je le droit à une douche avant ? questionnai-je innocemment. »

J'étais quand même dans de sacrer beaux draps. Je ne faisais pas le poids face à lui, même s'il était blessé, je n'étais pas au meilleur de ma forme. J'attrapais une bouteille d'eau dans le frigo, l'ouvris et pris mes médicaments, face à lui, comme si c'était normal. Ce fut à ce moment-là qu'il exposa son idée et mes sourcils se haussèrent, un sourire étirant mes lèvres. Mais c'était qu'il était vraiment joueur cet inspecteur en plus !

« Hmm.. Je ne sais pas, tu pourrais me laisser dans une situation assez délicate. »

Le plus rapidement possible, j'attrapai mon sac à main, ouvris le coffre-fort et refermais la porte, le verrouillant. J'avais bien fait de changer le code en arrivant dans la chambre. Aucune chance qu'il ait pu le voir. Je me relevai, toujours souriante, face à lui.

« Oups ! Il s'est enfui, dis-je en faisant une grimace. Heureusement, pas besoin de faire des cascades. »

Affichant une mine moqueuse, quelqu'un toqua à la porte. Le plus naturellement du monde, j'ouvris et laissais entrer l'homme de service, poussant le chariot où mon dîner se trouvait et nos alcools. Je le remerciai, fouillais la veste de Raylan et sortis un billet de dix dollars de son portefeuille, le donnant en pourboire. Je fermais la porte derrière l'employé et retournais à côté du lit pour organiser la table où manger.

« Je te dois dix dollars, fis-je le plus naturellement du monde comme s'il n'y avait aucun problème. »

Je lui servis un verre de whisky, attrapais son joint et son briquet et lui tendis le tout. Puis, j'attrapais mon entrée, tomate mozzarella huile d'olive et basilic, les couverts et m'installais sur le bureau.

« Tu es flic depuis longtemps ? demandai-je avant de couper un morceau de tomate et de mozzarella et de les mettre en bouche. »




Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Juil 2017 - 19:19
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Hunting game

Cette femme était mon Nemesis comme on dit, c'était pas possible, franchement si les gens en général me trouvaient arrogant, elle, elle l'était peut-être bien plus que moi. Et le pire, c'est que je ne pouvais rien faire, j'avais beau faire le malin, impossible de me lever seul du lit, tout du moins dignement, et je n'avais pas eu le temps de me rouler sur le côté pour me retrouver sur mes pieds qu'elle était déjà rentré. Ma partenaire allait se foutre de ma gueule un sacré moment si jamais cette histoire lui venait aux oreilles, le sergent Bran bloqué sur lit incapable de bouger par une femme, non, il ne fallait surtout pas qu'elle apprenne cette histoire, jamais. Bon, il était temps de mettre fin à ce jeu dont j'ignorais les règles, tout du moins c'est ce que je m'étais dis qu'elle ne foute son sac à mains dans le coffre-fort, là mon sourire s'effaça soudainement, il n'y avait pas ma plaque et mon flingue dans son sac ?

Bordel de merde, le jeu ne finirait que lorsqu'elle le déciderait, je profitai de la venue de son repas pour me rouler sur le côté, atterrir sur mes pieds et me relever tant bien que mal, pourquoi je ne me droguais pas à la morphine moi déjà ? Sérieusement ça ne m'aurait pas déplu d'en avoir, mon cannabis ne suffisait pas et ne suffirait probablement jamais à calmer la douleur. Oh ça va, bien sûr que non je n'avais pas de l'hôpital, sans les médecins et infirmières, je restais persuadé que j'aurai eu beaucoup moins mal, tout du moins ça le faisait moins avant l'épisode infirmière Barracuda.


« Ben voyons, pour ce prix-là il t'a fait une gâterie j'espère... »

D'accord, c'est vrai qu'en réalité je m'en foutais un peu, je ne gagnais pas tant que ça par rapport à ce que je me faisais à l'armée, mais je n'avais pas non plus tant que ça de dépenses, juste la redevance TV, l'électricité et mes impôts. Bien sûr il y avait la bouffe et les clopes aussi, mais ça ne m'empêchait pas d'avoir des réserves de côté, pas en prévision de quoi que ce soit, ne me prenez pas pour quelqu'un que je ne suis pas, mais surtout parce que je ne savais pas qu'en faire. J'observai la belle s'installer et allai directement prendre ma bouteille avant de l'ouvrir et d'en prendre une bonne rasade et de souffler en guise de satisfaction.

« Dois-je dire merci pour ça ou est-ce que c'est ma carte qui paye l'hôtel ? »

Je ne pris pas le risque de me rasseoir ou de m'allonger, vu comment je venais de galérer à me lever une deuxième fois, j'avais jugé que c'était mieux comme ça. Je décidai d'adosser mon épaule au mur de façon à observer par la fenêtre à la place. J'ignorais complètement où j'étais, mais ça semblait être une place banale loin d'attirer l'attention, l'endroit idéal pour disparaître quelques temps. L'idée qu'elle pouvait être habituée à ce genre de planque me traversa l'esprit, je l'avoue, mais rien ne me disait qu'elle puisse être autre chose qu'une jeune femme ayant décidé de s'amuser suite à une agression qui aurait pu lui coûter la vie si la lame s'était enfoncée ailleurs.

« Alors, j'ai un peu de mal à croire que tu sois traumatisée par ton agression au point d'enlever un flic sympa et beau-gosse pour te protéger...bon d'accord, peut-être pas si beau gosse que ça...pourquoi avoir enlevé un flic ? C'est risqué comme action... »

Je tournai mon visage vers tandis que je reprenais une gorgée d'alcool, j'étais curieux de savoir ce qu'elle avait commandé à manger aussi, était-elle du genre repas gras mais assez nourrissant pour ne plus avoir faim ou plutôt repas équilibré avec de la verdure ? Dans l'un ou l'autre des cas, voir sa nourriture risquait de me filer la nausée avec mes blessures, mais un autre verre passerait cet effet indésirable.

« Pas que je sois contre l'idée de me faire enlever par une jolie femme...mais tu m'intrigues au point de me donner envie de comprendre ce qui se passe dans ce joli minois... »
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Juil 2017 - 19:12
Elisabeth Langton
Mafia & associés
avatar
Messages : 211
Dolls : 490
Mon age : 30 ans
Mon Job : Nettoyeuse
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Chicago (bouge continuellement)
Date d'inscription : 15/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t209-elisabeth-s-phone

Raylan & Elisabeth
Rues de Chicago.
Fin d'après-midi/Début de soirée.


Hunting Game




S
ouriant à sa remarque, je lui rétorquais simplement que ce n'était pas mon genre de mec avant de préparer son verre et ma table. Je m'installais tranquillement et entamais aussi bien mon entrée que la conversation. Qui fut un échec total. Non seulement le verre de whisky ne servait à rien, mais il n'en avait rien à foutre de ce que je disais. On va mettre ça sur le coup de la douleur qu'il devait avoir. Je n'étais absolument pas vexée de toute façon.

« Non, c'est moi qui paie, lui dis-je après avoir terminé mon entrée, engloutie en un rien de temps. »

J'avais plus faim que je ne l'imaginais ! Je m'essuyais la bouche et pris la bouteille de vin, remplissant la moitié de mon verre. Je bus deux gorgées et ouvris la cloche de mon plat : escalope de dinde, recouverte d'une sauce à la crème, avec des frites et une portion de verdure que je laisserais sûrement de côté. J'entamais la viande, coupant un morceau, ramassant un peu de sauce avant de le mettre en bouche. Un vrai délice ! J'en oublierais presque le flic à côté de moi. Continuant mon repas, j'écoutais ses questions, non s'en parfois sourire en coin.

« Pas plus risqué que de se faire voler sa plaque et son flingue, rétorquai-je malicieusement. »

J'attrapai mon verre de vin et bus une grosse gorgée avant de continuer mon plat et de terminer ma viande. J'avais même laissé un peu de sauce pour tremper les frites dedans. Tout en croquant dans une frite, je relevai la tête vers lui tandis qu'il mettait le goulot au niveau de sa bouche pour prendre une dose d'alcool. Soit ça faisait bad-boy, soit ça faisait alcoolique. Je n'étais pas encore décidée.

« Oh ! Je ne m'y risquerais pas, ricanai-je. Les hommes n'ont jamais compris les femmes, ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer, bien que je suis sûre que derrière le beau gosse que tu es se cache un homme intelligent. »

A la fin de ma remarque, je croquais dans ma dernière frite, souriant en coin et terminant ainsi mon plat de résistance. Passer de la pommade à répétition sans masser pouvait être too much. Il fallait que je songe à changer rapidement de tactique sinon ce petit jeu allait rapidement s'essouffler.

« Pour être honnête, j'ai simplement été curieuse, lui dis-je en attrapant mon verre de vin pour boire quelques gorgées avant de le reposer. L'ambulancier était, en effet, très explicite sur toi et le fait qu'un ex-commando devienne un simple inspecteur me laisse assez perplexe. »




Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Juil 2017 - 22:38
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Hunting game

Je souris, ben voyons, le traditionnel dilemme de la compréhension entre hommes et femmes, sérieusement ? Elle était vraiment en train de me faire ce coup-là ? Fallait croire que oui, cette nana était vraiment surprenante, ça faisait au moins dix minutes qu'on parlait et je n'avais encore pris aucune baffe dans la tronche, pire elle semblait s'amuser de mon arrogance et aimer me renvoyer cette dernière directement dans la poire.

J'aime autant vous le dire les copains, ça c'était nouveau, même ma femme et sa sœur n'avaient jamais fait autre chose que s'amuser de mes vannes, et c'étaient les personnes qui avaient réussi à se rapprocher le plus de moi dans ma vie pourtant. Mais elle, elle était en train de monter la barre d'un cran, l'issue de notre petit jeu pouvait se révéler plaisante comme catastrophique, pourtant je devais bien avouer que je ne m'étais pas amusé à un jeu de répliques depuis la mort de Martin, bon d'accord c'était lui qui avait commencé avec sa manie de comparer notre duo à des plats, mais j'avais rapidement adopté son jeu, surtout pour me foutre de lui en fait, mais on s'amusait bien c'était ça l'important non ?

Deux gamins adultes lâchés sur les criminels, c'était vraiment le bon temps. Je ravalai une gorgée de Whisky en y repensant, j'avais perdu plus qu'un ami lors de son assassinat, j'avais perdu un frère, mais bon ne vous en faîtes pas, j'ai appris toute ma vie à cacher ce genre de blessures aux autres. Et puis là, la demoiselle me donnait d'avantage envie de jouer que de m’épancher sur la triste réalité de ma vie merdique, si j'avais voulu le faire, j'avais déjà la psy affectée au commissariat qui me collait souvent aux basques, d'ailleurs en y repensant je me demande si c'était bien pénétrer mon esprit qu'elle voulait celle-là, je vous jure, des fois on aurait cru qu'elle préférait que ce moi qui pénètre un truc à elle autre que l'esprit.

Bref je m'égare, je jouais donc le jeu de la belle, jeu qui soit dit en passant n'aurait certainement rien eu à voir avec celui auquel on jouait si mes côtes ne s'étaient pas mises à me prévenir d'un problème à chaque mouvement.


« Je vois...tu m'as imaginé en uniforme et donc tu t'es sentie obligée de venir en secours au preux soldat blessé...c'est flatteur... »

J'ouvris la fenêtre de l'hôtel et allumai enfin mon joint, si l'alcool n'était pas assez puissant seul pour la douleur et le cannabis pareil, peut-être que les deux en même temps ça ferait l'affaire. J'en inspirai toujours une grande bouffée et ne mis pas longtemps avant de sentir l'effet apaisant, enfin tout du moins sur mes blessures, parce que dans la tête ça me faisait surtout penser à tous mes problèmes, bordel j'étais pas prêt de reprendre cette variété, pas plus que de racheter un joint déjà roulé, bon sang mais quelle dose ils mettaient là-dedans exactement ?

Je repris une bouffée, puis une autre, avant de tendre ma sucette agissant à la fois pour et contre le cancer, quoi c'est vrai, allez voir les études sur le sujet si vous ne me croyez pas. Bref, je lui tendis le pétard quoi.


« Si tu veux tout savoir, je n'ai pas quitté mes hommes pour la police...comme d'habitude dans ce genre d'histoires, je l'ai fait pour une femme...je sais que c'est pas très original mais au final on est là tous les deux blessés dans un hôtel à avoir cette discussion...et toi ? Mis à part tes ravissantes petites fesses, ta ligne mannequin et ta répartie impressionnante, tu fais quelque chose dans la vie ? »

Ne soyez pas choqués les copains, il faut toujours dire aux femmes ce qui nous plaît chez elles, ça passe ou ça casse, mais ainsi on n'est jamais comme un con à se faire des films ou à se poser des questions. J'étais flic après tout, je préférais poser les questions aux autres moi, pas à moi-même, le résultat serait bien trop difficile à avaler si je l'avais fait.

« Un métier sportif j'imagine...ne me regarde pas comme ça chérie, les femmes n'ont normalement pas un corps comme le tient en mangeant ce genre de plats sans se soucier de leur ligne...et ne me dis pas que t'es boulimique, tes ongles sont impeccables, impossible que tu te fasse souvent vomir...et je te préviens de suite, si t'es gogo danseuse ou un truc du genre, je veux une preuve... »

Ben quoi ? C'était pas parce qu'elle me tenait en gardant ma plaque et mon flingue que j'allais perdre le nord, mes côtes était foutues mais mes deux cerveaux eux allaient très bien...
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Aoû 2017 - 2:29
Chicago Outfit
Maître Du Jeu
avatar
Messages : 724
Dolls : Infinité
Mon age : 247 ans
Mon Job : M.J
état Civil : Maître du jeu
Mon Adresse : Chicago
Date d'inscription : 23/01/2014
Age du Joueur : 247


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t143-suggestions-des-mem

Warning Mise en Danger



Bonjour, bonsoir,

Nous rappelons qu’en lançant un personnage vous vous engagez dans une aventure en duo ou à plusieurs, que nous vous invitons à modérer vos lancements et à la tenue régulière de vos sujets ainsi que de la survie de vos personnages. Si vous recevez ce message c’est pour diverses raisons : votre personnage semble délaissé, perdu ou oublié, pire abonné aux membres fantômes.

À daté d'aujourd'hui "27.08.2017", votre sujet est en danger et nous le Clôturons le "03.09.2017" sans reprise d'activité.

Cause de votre mise en danger :

un mois sans mouvement.

Bonne continuations à vous






Top Site !


oBS oBS PRD bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Sep 2017 - 17:12
Elisabeth Langton
Mafia & associés
avatar
Messages : 211
Dolls : 490
Mon age : 30 ans
Mon Job : Nettoyeuse
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Chicago (bouge continuellement)
Date d'inscription : 15/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t209-elisabeth-s-phone

Raylan & Elisabeth
Rues de Chicago.
Fin d'après-midi/Début de soirée.


Hunting Game




C
'était assez étrange. Je savais que je risquais gros à côtoyer un policier, inspecteur de surcroît, mais je devais apprécier le danger. Cela ne m'effrayait pas. Je n'avais peur de rien en fait, pas même de mourir. Cela ressemblait à un comportement assez téméraire, mais il n'en était rien. Je restais quelqu'un de prudent, la preuve étant, je ne lui avais donné que mon prénom et vu le nombre d'habitants à Chicago, il était fort probable que je ne sois pas la seule Elisabeth. Décidant de faire une pause sur mon repas, laissant le dessert de côté, et celui qui se trouvait sur la table, non en face de moi, je gardais mon verre de vin dans ma main droite, callant mon dos contre le dossier de mon siège. Ma tête se redressa et mon regard se posa sur Raylan.

« Oh ! Pas qu'en uniforme, je dois l'admettre, fis-je remarquer. »

Pourquoi être subtile lorsqu'on avait pleinement conscience de faire de l'effet ? Je n'étais pas aveugle, il n'était pas habitué à autant de répartie de la part de quelqu'un, pas spécialement une femme d'ailleurs. Résultat, ça rendait les choses encore plus amusantes pour le coup. Alors qu'il allumait son joint, je bus deux gorgées de mon vin, laissant un fond dans mon verre. Je sentais l'alcool parcourir de plus en plus mon corps et je me demandais s'il avait été prudent d'en boire malgré mes médicaments... Je posais doucement mon verre sur la table, appuyais mes avant-bras sur les accoudoirs et entrelaçais mes doigts, attendant plus de détails sur ce mystérieux policier ex-commando. Je l'écoutais attentivement avant de me lever pour prendre le joint qu'il me tendait. Je n'avais jamais essayé, c'était l'occasion, même si j'avais déjà fumé... pour certaines missions.

« Elle doit en valoir le coup, commentai-je, nullement rebutée par le fait qu'il soit potentiellement pris. »

Je ris à gorge déployée. Même si j'en étais sûre, j'avais bien la confirmation qu'il m'avait plus que mater pour le coup. Était-il vraiment encore avec cette femme ? J'en doutais et ma curiosité fut de nouveau piquée. Que s'était-il passé pour qu'ils ne soient plus ensemble ? L'avait-il trompé ? L'avait-elle trompé ? N'arrivait-elle pas à vivre avec le fait que son petit ami pouvait mourir sous une balle du jour au lendemain ?
Avant de répondre, j'attrapais le joint, laissant une trentaine de centimètres entre nous. Il était plus grand que moi, donc je dus lever légèrement la tête pour planter mon regard dans le sien. Son regard m'intriguait. Il était à la fois beau, mélancolique et vitreux. Je n'arrivais pas à tout analyser et malgré moi, cela me perturba. Je tirai une bouffée, doucement, avant de l'expirer. Je savais que le mélange alcool/produit illicite/médicament n'était pas terrible, pas terrible du tout même, mais juste une late n'allait pas me rendre H.S.. Je lui tendis de nouveau, sans le quitter des yeux.

« On est très observateur à ce que je vois, dis-je malicieusement. Mon métier n'a rien de sportif, je suis consultante et généralement, on me demande de dire à telle personne qu'elle est virée. »

Je me passais de lui dire avec une balle entre les deux yeux. C'était très imaginé, mais ça restait véridique en dépit du fait que j'avais vraiment imagé la chose. Néanmoins, c'était un métier convenable et totalement plausible. Et surtout, qu'on ne pouvait pas tracer. Les consultants allaient et venaient d'une entreprise à une autre. Cette couverture était vraiment idéale.

« Après, il n'est pas nécessaire d'être gogo danseuse pour danser pour quelqu'un, relevai-je en étirant ma bouche dans un sourire en coin. Je t'aurais bien fait une démonstration, mais je crois que ce n'est pas le bon jour. Une prochaine fois ? »

C'était au-delà d'une perche, mais j'avais malgré moi une réponse en tête.
Tout à coup, j'entendis un téléphone sonner. Le son provenait du coffre-fort et ce n'était pas le mien, ce qui signifiait que c'était l'autre idiot qui recevait un appel. Mes yeux quittèrent les siens et ma tête se tourna vers l'origine du son.

« Je pense que c'est le bon moment pour que je prenne ma douche... avant que tu décides de me menotter je ne sais où, déclarai-je en le regardant de nouveau, un sourire en coin. »




Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Sep 2017 - 16:01
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Hunting game

En valoir le coup ? Si seulement elle savait, que dalle, je ne me souvenais pas de son prénom et à peine de son visage, ce qui me revenait en mémoire c'était simplement qu'elle avait tenté de me faire l'épouser en me faisant croire que je l'avais foutue en cloque. Néanmoins si cette question portait sur cette petite blondie, ce n'est pas à elle qu'elle me fit penser, mais à Jessica, encore et toujours ce petit rayon de bonheur qui m'avait été arraché par son psychopathe pourri et gâté de frère.

Mais elle parvint à me sortir de mes pensées, non pas en évoquant quelque mot que ce soit comme le faisaient les autres, mais en plongeant son regard dans le miens, je pouvais lire de l'intérêt dans ses iris, il y avait également autre chose, si je ne parvenais pas à définir ce que c'était, je peux vous assurer que cela éveillait mon propre intérêt. C'était la première fois depuis le plus grand malheur de ma vie que cela m'arrivait et pourtant je ne la connaissais pas, pas comme je l'aurai dû pour qu'elle me fasse cet effet. Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire en coin en apprenant qu'elle était payée pour virer des gens, avouez que c'était pas franchement quelque chose de commun ça, pire même, c'était vraiment intriguant et attirant, je devais bien le reconnaître.

Mon regard ne s'était pas détaché du siens et n'était pas prêt de le faire, venait-elle réellement de me dire qu'elle n'avait rien à envier à une gogo danseuse ? Bordel, je dû avaler deux ou trois gorgées de whisky d'un coup pour ne pas simplement lui sauter dessus pour le coup. Tout en moi me hurlait de le faire, vraiment tout, si ce n'était l'anneau de raison qui restait planté à mon doigt malgré la mort de sa propriétaire. Mon téléphone sonna et si elle se détourna à cause du bruit, ce ne fut pas mon cas, mon regard n'étant plus captivé par le siens, j'eus tout le loisir d'observer le reste, son cou, ses épaules, sa poitrine cachée par ses vêtements, son abdomen, ses hanches, ce petit couloir vers son entre-jambes formé par ses cuisses. Heureusement elle se retourna vers moi et comme aimanté mon regard fut de nouveau captivé par le siens.


« Ce ne serait qu'un juste retour des choses que je te menotte, tu ne penses pas ?... »

Je me penchai doucement vers elle, approchant mon visage du siens progressivement, mon regard toujours planté dans le siens, au final mes lèvres se rapprochèrent des siennes, allant jusqu'à les effleurer.

« Par contre pour la douche... »

Je m'amusais de mon souffle s'écrasant sur sa bouche, tandis que le siens faisait de même sur la mienne, puis soudainement je lui pris mon joint et lui collai la bouteille de whisky dans les mains avant de m'écarter rapidement.

« Je suis preums ! »

Un sourire à la fois amusé et taquin arboré sur mon visage je me dirigeai jusque la salle de bain sans me retourner, ce n'était pas l'envie de le faire qui me manquait, mais si je venais à le faire j'étais certain que cette fois mes lèvres ne se contenteraient pas d'effleurer les siennes et que mes mains ne se contenteraient pas de toucher une bouteille ou un joint. Une fois dans la salle de bain, je fermai la porte, rallumai ma cigarette magique et tirai tellement fort dessus que je la finis en quelques secondes seulement. Bordel mais c'était quoi exactement mon problème ?

D'autres mecs auraient tué pour être à ma place, je crevais d'envie de céder à mes pulsions, mais c'était une femme dangereuse pour moi, elle éveillait mon intérêt, comme Jess l'avait fait avant elle et Nel aussi, c'était d'ailleurs ce qui m'avait fait rapidement la ranger en amie un peu plus chieuse que les autres. Si jamais je venais à céder elle aurait le pouvoir de prendre bien plus que ce que je voulais bien lui offrir et je n'étais franchement pas certain que les ruines qu'il me restait à la place du cœur ne puissent supporter le risque d'un ouragan porté par trois femmes, après tout si je venais à lui céder à elle, qu'est-ce qui allait m'empêcher de céder à l'autre à qui je résistais depuis des mois ? Qu'est-ce qui allait m'empêcher d'aller sur la tombe de ma femme avec un flingue et de lui faire honte en me foutant en l'air par une culpabilité certaine qui viendrait se mêler à l'anéantissement déjà actuel de mon être ?

Je finis par enlever rapidement mes vêtements, me fichant de la douleur dans mes côtes, l'eau me remettrait mes idées au clair, je l'espérais tout du moins. Sans plus de cérémonie je fonçai sous le jet...
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Oct 2017 - 10:29
Elisabeth Langton
Mafia & associés
avatar
Messages : 211
Dolls : 490
Mon age : 30 ans
Mon Job : Nettoyeuse
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Chicago (bouge continuellement)
Date d'inscription : 15/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t209-elisabeth-s-phone

Raylan & Elisabeth
Rues de Chicago.
Fin d'après-midi/Début de soirée.


Hunting Game




O
n disait que l'on pouvait lire et apprendre plus en observant un regard qu'en ayant une discussion. Les mots pouvaient être manipulés aisément, le ton pouvait être convainquant, la gestuelle pouvait rendre la chose réelle, mais le regard pouvait trahir. C'était la partie la plus compliquée à maîtriser, car cela demandait une maîtrise parfaite de ses émotions. J'avais été entraînée des années et pourtant, ses yeux me captivaient plus que de raison. J'essayais de percer des mystères, des choses non dites, mais pour la première fois, je ne savais pas. C'était l'inconnu. Je n'arrivais pas à savoir ce que je voulais, ça me perturbait et ça me faisait me poser mille et une question. Ce n'était pourtant qu'un policier, un inspecteur, un homme dont je ne devais surtout pas m'approcher, et pourtant, je passais plus de la moitié de la journée avec. Qu'étais-je en train de foutre ?
Mon regard quitta le sien, perturbée par la sonnerie d'un téléphone dans le coffre. Cela avait brisé ce moment étrange et je repris contenance. Ma tête se tourna de nouveau vers lui, le regardant de nouveau.

« C'est vrai, avouai-je. Mais tu n'es malheureusement pas en état... une prochaine fois peut-être, ajoutai-je avec un léger sourire en coin, presque provocateur et pleins de promesses imaginaires. »

Soudain, il combla progressivement l'espace entre nous, penchant son visage vers le mien. Malgré moi, mes yeux firent des allers-retours entre son regard et sa bouche. Pour la première fois, je désirai qu'un homme m'embrasse... et mon cœur s'accéléra en dépit de mon self-control. Je n'en fus que plus perturbée et le fait de ressentir ça, pour la première fois, me perturba encore plus. Nos lèvres s'effleurèrent et pourtant, mon regard ne quitta pas le sien, lui donnant l'autorisation, le provoquant presque, de le faire, d'un simple regard. Mais la seule pression que je ressentais était son souffle sur mes lèvres dû à sa respiration. Il avait inversé les rôles sans que je ne le voie et sans que je ne fasse quoi que ce soit pour reprendre l'avantage.
Tout à coup, il me colla sa bouteille de whisky dans les mains et s'écarta rapidement, un sourire taquin et amusé collé sur le visage, se dirigeant vers la salle de bains. Je le laissais faire, remettant mes idées en place avant de poser la bouteille sur la table la plus proche. Qu'est-ce que je foutais nom de Dieu ?!

Secouant la tête légèrement, je m'accroupis et ouvris le coffre, vérifiant le portable de l'autre homme que j'avais récupéré. Merde ! Il avait eu des messages et ce n'était vraiment pas bon signe. Quelle idiote ! Ils avaient dû tracer le signal et savaient précisément où nous étions. Nous aurions dû bouger depuis longtemps, j'ai été trop bête de penser que nous étions dans une planque, je n'avais absolument pas retiré la puce du téléphone, résultat...
Je sursautai en entendant trois coups à la porte. Mon instinct, ou mon sixième sens, me soufflait que ce n'était pas le room service. J'attrapai mon sac et le glissai en dessous du lit avant de me diriger calmement vers la porte, attrapant mes chaussures au passage. Je jetai un rapide coup d'œil au judas : personne. C'était très mauvais. Je m'écartai et réussis à me glisser sous le lit, sentant ma blessure me tirailler un peu. Quelques secondes à peine plus tard, la porte fut défoncée et deux hommes entrèrent dans la chambre, sûrement armés. Entendant le son caractéristique de la douche, ils se préparèrent à enfoncer une nouvelle porte et malgré moi, j'espérais que Raylan s'en sorte sans nouvelle blessure...




Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Oct 2017 - 18:07
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Hunting game

Contrairement à ce que j'avais espéré, le jet ne me fit pas mettre d'avantage d'ordre dans mes idées, bon faut dire que l'herbe que j'avais fumé n'aidait en rien à ne pas avoir envie d'arracher les vêtements de ma kidnappeuse improvisée, bon sang d'habitude il fallait que mon cerveau soit significativement plus embrumé que ça pour que j'ai ce genre de pulsions. J'avais l'impression de tromper ma femme, je sais bien qu'elle était morte et qu'il fallait que je tourne la page, mais là ça allait trop vite, ou pas assez peut-être ?

Bordel j'étais complètement paumé. Tandis que je tentais de reprendre mon calme, le bruit caractéristique d'une porte ouverte à grand coup de pied me sortit immédiatement de mes pensées. Néanmoins, même si à présent j'étais sur mes gardes, vieux réflexes hérités de mes années dans différents commandos armés, je décidai de laisser l'eau couler, pas besoin que ceux ou celles qui venaient de pénétrer par effraction ne sachent que j'étais conscient qu'ils ou elles étaient là. Par contre je me demandais bien ce qu'on pouvait me vouloir pour faire une telle entrée, non je ne voyais pas, bordel de merde ! J'avais oublié Elizabeth !

Elle était à l'intérieur de la pièce elle ! J'enfilai rapidement mon pantalon, mon arme, où était mon arme ? Merde, elle l'avait foutue dans un coffre. Bon il fallait que je trouve un truc, n'importe quoi ! Je n'eus malheureusement pas le temps de chercher d'avantage, la porte de la salle de bain s'ouvrit avec fracas et je me retrouvai avec deux bonhommes armés devant moi, c'était décidément pas mon jour. Mais ce qui m'inquiétait le plus c'était de savoir ce qu'ils avaient fait à la jolie brune.


« Dîtes les gars, vous forcez souvent la porte des douches ? Non parce que dans ce cas vous devriez vous mettre au football, les mecs nus dans les vestiaires c'est pas ce qui manque... »

« Putain mais t'es qui toi ? Il est où Juan ? »


Juan ? Une erreur de leur part ou autre chose ? J'observai rapidement leurs tatouages, les mêmes que l'agresseur de ma sexy complice de fuite. Ne croyant pas vraiment aux coïncidences, je commençais à me demander ce que la brunette avait fait pour se foutre dans une telle merde, et bordel mais comment l'avaient-ils retrouvée ?

« Juan ? Attendez, Juan, Juan...oh ce serait pas le mec d'à côté ? Comme vous il aime mater les mecs sous la douche... »

L'un d'eux me mis un coup de crosse au visage, visiblement ils n'avaient pas envie de rire. Le deuxième m'empoignai par la nuque et me fit sortir de la salle de bain avant de me pousser au sol, mes côtes me faisaient un mal de chien. Putain il allait falloir qu'ils me descendent ou j'allais leur faire regretter les jupons de maman moi.

« Il est où ? Chico... »

« Chico ? Non mon pote c'est señor pour toi... »

« Quoi ? T'as un flingue braqué sur ta gueule, réponds ! »

« Un flingue ça ? Tu veux rire, ma mère se servait de ce modèle pour déboucher l'évier... »

« T'es con ou quoi ? Dis-moi où est mon hermano gringo ou je te transforme en gruyère ! »

« Un mexicain qui vante les mérites de la cuisine française, je sais bien que c'est pas glorieux d'être un connard de chicanos mais là tu ferais de la peine à ta mère... »


Ma petite réflexion me valut un deuxième coup de crosse dans la poire, aussi je dus cracher un peu de sang et jouer des yeux pour me les remettre en face des trous, mais ça avait payé, il colla son arme à mon front.

« Tu crois que j'hésiterais à te trouer le crâne ? »

« Ben en fait...ouais, mais c'est pas ça ton plus gros problème... »

« T'es une grande gueule toi, c'est quoi alors mon problème ? »

« Tu tape comme une gonzesse amigo... »


J'attrapai rapidement le canon de son arme et l'écartai de mon visage pour ensuite frapper du poing sur le côté de son genoux, le craquement significatif et le hurlement de douleur qu'il poussa me gratifièrent l'idée que mon coup était bien placé. Je brandis ensuite l'arme vers son copain et lui tirai dans le pied avant de me lever, non sans douleur, et d'aller écraser son poignet le forcer à lâcher son arme que j'écartai en la poussant plus loin du pied.

« Et tu parles trop aussi...bon les copains je vais être direct, si vous êtes sages je vous embarque pour agression sur agent de police, sinon je vous montre que moi je sais taper et que je ne fais jamais l'erreur de trop parler quand il ne faut pas...Elizabeth ? Où est-elle ? »

J'appuyai de mon pied sur le pied troué de l'amateur de tatouages moches, mais alors, vraiment moches, au moins il ne risquait pas de se faire violer en prison. Comment on pouvait porter des horreurs pareilles sur sa peau?
Berth©️
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct 2017 - 16:18
Elisabeth Langton
Mafia & associés
avatar
Messages : 211
Dolls : 490
Mon age : 30 ans
Mon Job : Nettoyeuse
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Chicago (bouge continuellement)
Date d'inscription : 15/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t209-elisabeth-s-phone

Raylan & Elisabeth
Rues de Chicago.
Fin d'après-midi/Début de soirée.


Hunting Game




L
e moins que l'on puisse dire, c'était que j'avais vraiment des idées de merde. Je ne savais pas si c'était l'effet de la drogue ou des médicaments ou de l'alcool ou de tout ce petit cocktail, mais je sentais peu à peu des sueurs sur mon visage, mon ventre me faisant mal. Je n'avais pas choisi l'endroit le plus propre également, à croire que sous les meubles, le ménage n'était pas nécessaire. Il y avait tellement de poussière que mon nez me grattait et je sentais peu à peu que de l'eau tentait de l'apaiser. Surtout, ne pas renifler.
J'entendis la conversation de Raylan avec les hommes, essayant de s'en tirer. Il avait une bonne répartie, je ne doutais pas qu'il allait s'en sortir, même si ces gros bras avaient des ordres assez clairs et qui ne laissaient aucunement place à de la parlotte.
Je sursautais malgré moi lorsque je vis Raylan au sol. D'une main, je saisis son arme de service, prête à lui donner si j'en avais l'occasion. Cependant, il restait relativement loin de moi et j'étais impuissante. Ou alors, c'était ce que je me disais pour couvrir le fait que je préférais sauver ma peau quitte à laisser un inconnu se faire à moitié ou complètement tuer pour un truc qu'il n'aurait pas commis. Était-ce ce qu'on pouvait appeler un cas de conscience ? C'était étrange, mais ma raison me disait que ce que je ressentais provenait de l'herbe et de l'alcool mélangés. Ma main libre alla jusqu'à mon abdomen, appuyant légèrement pour tenter de contenir la douleur qui commençait sérieusement à croître. Je sentis un liquide visqueux sur mes doigts et je sus immédiatement que ma blessure venait de s'ouvrir. Je soufflai silencieusement, une bouffée de chaleur m'envahissant.
Mes yeux, bien que de plus en plus larmoyants à cause de la poussière, tentèrent de suivre la bagarre qui éclatait. Raylan avait clairement inversé la situation, n'hésitant pas à tirer sur les hommes. Un pistolet glissa non loin de moi. J'entendis mon prénom et je le saisis.

« Je suis là, informai-je en poussant mes chaussures hors de sous le lit. »

Glissant doucement sur le côté, vers les fenêtres, loin des hommes, je me redressai avec énormément de difficulté, me tenant le ventre et l'arme à feu dans l'autre main, le canon vers l'autre homme. Je n'étais pas gauchère, donc ma tenue de l'arme était très maladroite et vu les poussières que je devais avoir dans les cheveux, sans parler de mes yeux certainement rougis par l'agression de la poussière, j'avais sans aucun mal l'air d'être une femme apeurée par la situation.

« Je pense qu'avec les coups de feu, quelqu'un a dû appeler la police, mais... tu veux appeler du renfort toi-même ? demandai-je en jetant un coup d'œil vers l'inspecteur, mais très bref, ne voulant pas quitter l'autre homme des yeux. »

Lentement, je me baissai, m'accroupissant, mon bras gauche toujours tendu, prête à tirer sur le criminel. De mon autre main, j'attrapais le badge et l'arme de service de Raylan et les déposais sur la table de chevet avant de me relever et de me remettre dans ma position initiale, la douleur grandissante.

« Une ambulance ne serait pas de trop aussi... je crois que ça sera pour une prochaine fois nous deux... osai-je en faisant un rapide sourire en coin, malgré la situation, je n'allais pas perdre une occasion de taquiner mon cher policier. »

Je sentais mes forces devenir de plus en plus faibles, mais il était hors de question que je tombe dans l'inconscience.




Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Oct 2017 - 20:12
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 211
Dolls : 210
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Hunting game

Je pense que dire vive l'alcool, la drogue et l'adrénaline dans ma situation n'aurait pas été outrageant, c'était clairement les trois choses qui m'avaient aidé à tenir face à ces connards, enfin, peut-être aussi le fait qu'ils avaient persévéré à me frapper au visage plutôt que sur l'hématome énorme que j'avais à l'abdomen. Toujours était-il que j'allais le regretter plus trad, et pas seulement pour la douleur, pourquoi je m'attendais à voir le capitaine débarquer en personne pour me passer une sifflante ? Je fus tout de même rassuré en voyant la jolie brune sortir de sa cachette, même si sa coiffure était foutue, son chemisier aussi, et merde !

Elle saignait à nouveau et avait l'air plutôt paniquée. Elle cherchait même à jouer de comédie pour se calmer, décidément cette femme avait vraiment beaucoup trop d'atouts dans sa manche pour me plaire, heureusement que j'avais choisi la douche, sinon blessure ou pas, j'aurai probablement fini par tenter de l'entraîner dans ce putain de lit. Mais c'était pas vraiment le moment de penser à ça, alors pourquoi diable est-ce que j'y pensais moi ? Bordel vivement que toute cette situation s'arrête avant que je ne finisse par déraper.

Je me connaissais plutôt bien, et je pouvais vous jurer que s'ils l'avaient touchée, je les aurai refroidis sans autre forme de procès, exactement comme j'avais refroidis le meurtrier de ma femme.


« C'est gentil chérie, mais... »

Je m'approchai d'elle pour prendre mon flingue et mon badge, avant de carrément me coller à elle, gardant mes yeux dans les siens. Soudainement je palpai la poche arrière de son pantalon pour y prendre mon portable, comme si le fait que je vienne de la tripoter était parfaitement normal. Je la poussai ensuite doucement sur le lit, le tout sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. J'allai ensuite récupérer mes menottes sur la table avant d'attacher les deux amateurs puis enfiler ma chemise et enfin revins vers elle.

« Pour appeler j'ai besoin de mon portable et toi tu restes allongée... »

Je composai alors le numéro très célèbres des urgences et demandai à joindre le 13th district du C.P.D.

« Central, ici le sergent Bran, matricule Whisky Charlie 050235 Tango Delta...je demande des renforts et une ambulance au croisement du 15th et du 16th sur North Side, au motel...Boom Boom... » Je passai ma main sur le micro de mon téléphone avec un regard vers Elizabeth. « Sérieux ? » J'enlevai ma main à la suite pour continuer ma demande. « Deuxième étage chambre 254, civile blessée, deux suspects armés arrêtés et menottés et agression sur agent de police... »

« Bien reçu sergent, les renforts sont en route ! »

Je boutonnai ma chemise et m'approchai de la belle, déchirant un large morceau de drap pour le coller directement sur sa plaie après avoir relevé un peu son haut.

« Où est-ce que t'as mis le portable de leur copain ? Celui que t'as dû remarquer après l'hôpital et dont tu t'es dit que tu réglerais ça plus tard...ils ne nous seraient pas tombé dessus sans signal GPS chérie, ce portable est une preuve et il me la faut, ne t'en fais pas, tu ne seras pas incriminée...reste avec la main plaquée là-dessus s'il te plaît, il va falloir que je trouve une explication à peu près crédible pour mes supérieurs, ils risquent de m'en vouloir de ne plus me trouver à l'hôpital... »

« Et nous ? Tu vas nous coffrer c'est ça ? Raciste va ! C'est parce qu'on est des latinos c'est ça ? »


Je me tournai lentement vers celui qui avait osé ouvrir sa gueule, mon regard en disait plutôt long sur ce qui risquait de lui arriver s'il l'ouvrait encore. Je revins ensuite vers la belle et passai ma main sur son visage pour replacer une mèche de ses cheveux, inutile parce que sa coiffure était définitivement foutue, mais je m'étais laissé aller à cette envie, je lui sourit alors de façon rassurante.

« Voilà ce qui se passe quand on flash sur le mauvais gars chérie, on en prend plein la gueule et pas son pied...au moins c'est pas banal comme rendez-vous, même forcé... »
Berth©️
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago Outfit :: Chicago :: Downtown "Loops" :: The Loop :: Shopping Avenue-