RSS
RSS



 

Tense investigation (Brooklyn)

 :: Chicago :: Downtown "Loops" :: Streets & Metros Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 3 Oct 2017 - 0:45
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 270
Dolls : 145
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Tense investigation

Vous savez ce qui est difficile quand on enquête incognito sur des contacts possiblement mafieux ? Le faire avec une partenaire ne vous lâchant pas d'un yota, bordel mais pourquoi le capitaine avait-il demandé à Brooklyn de m'assister sur cette enquête ? D'accord la dernière fois que j'avais tenté d'enquêter en solo j'avais finis sur le toit d'une voiture faisant une course dans la ville, d'accord cette voiture avait fini par exploser le véhicule de la femme d'un mec surveillé par les fédéraux qui mettaient la pression sur nous pour tout ce qui concernait le dit mec. Mais c'était quand même pas une raison pour me coller une baby-sitter ultra collante si ?

Je ne pouvais même pas fumer dans la voiture, cette nana avait une dent contre moi depuis le premier jour, faut dire que j'avais tout fait pour d'accord, mais je ne pouvais pas savoir qu'on finirait coéquipiers pour ma défense. C'était pour son bien que je faisais tout pour l'énerver depuis ce jour-là, plus elle était loin de moi, plus elle était en sécurité, mais ni le capitaine, ni Arthur ne semblaient avoir la même vision des choses que moi. Et voilà que je me retrouvais à devoir jouer le mec qui invite une femme au restaurant italien avec la femme qui avait le plus de raisons possibles de me coller une balle dans la tête de la ville, c'est vous dire si j'étais aussi détendu qu'un poulet devant un mec équipé d'une machette pour lui couper la tête avant de le déplumer.

Elle n'avait pas dit un mot depuis qu'on était partis du poste et ça commençait à me stresser un peu, je devais bien le reconnaître, si j'avais appris une chose dans ma vie, c'est qu'une femme en colère c'était plus effrayant que de se retrouver dans un hélicoptère sur le point de se crasher au sol. Et pourtant croyez-moi les copains on n'y faisait pas le fier.


« Tu comptes faire la muette toute la journée ? Non parce que ça va être compliqué de joué le déjeuner galant si c'est le cas... »

Qu'est-ce que j'avais encore fait pour la foutre en rogne moi ? Je m'étais excusé pour la banque, pour avoir insinué que la police de Chicago avait moins de moyens que celle de L.A. Bien sûr aussi pour la fois où je l'avais fait vomir suite à un interrogatoire en voiture, la fois où j'avais fini sur le toit d'une voiture sur l'autoroute avec les caméras de la TV locale braquées sur moi, la fois où j'avais piqué son déjeuner dans le frigo, celle où j'avais fais exploser une boutique d'armes, celle où j'avais disparu de l'hôpital alors que les médecins disaient que je risquais une hémorragie interne si je bougeais et plein d'autres fois également. Non, je ne voyais pas ce que j'avais fait de particulier cette fois, oh bordel, si en fait je voyais.

« Excuse-moi pour ce matin, je ne voulais pas dire que tu ne semblais pas très féminine...je te trouve très jolie, ravissante même...je voulais juste dire que tu n'avais rien à envier à un homme au niveau de...bon d'accord je m'enfonce...mets-toi à ma place, t'étais sensée être de repos et le capitaine t'as assignée à mon enquête, comment je pouvais deviner que t'attendais derrière la porte de son bureau moi ? D'ailleurs c'était entre lui et moi, c'est pas joli d'écouter aux portes... »

Est-ce que je vous ai déjà dit que je suis une bille au niveau des relations sociales ? Non ? Ben voilà je vous le dis, surtout avec les femmes d'ailleurs, j'étais meilleur avant, mais depuis Jessica c'était comme si les femmes avaient une sorte de cryptage indécodable pour moi. Enfin bon, je mimai le parfait gentleman et tirai sa chaise pour qu'elle s’assoit, une fois fait je me positionnai face à elle tandis qu'un serveur nous apportait les menus. J'en profitai pour observer l'attitude de quelques clients, les mafieux avaient certaines gestuelles reconnaissables en général, mais visiblement aucun d'eux n'était là pour l'instant. Bon, autant essayer de rattraper le coup avec ma collègue.

« Garçon, votre meilleure bouteille pour la plus ravissante des dames de cette ville s'il vous plaît... »

« Mais certainement monsieur. »
Berth©️
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Nov 2017 - 16:07
Brooklyn Clarke
C.P.D
avatar
Messages : 1290
Dolls : 1740
Mon age : 35 ans
Mon Job : Sergent au 13th district
état Civil : C'est compliqué
Mon Adresse : North Side.
Date d'inscription : 22/05/2017
Age du Joueur : 25


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t117-brooke-i-purify-sin

Brooke & Raylan
Kill me now, please.
 

Tense investigation




V
ous savez ce qui est pire que de se voir annuler sa journée de repos ? Devoir jouer les amoureux avec Bran. Je me faisais une joie de ne pas voir sa sale tronche de macho sexiste arrogant de la journée, et voilà que nous sommes assignés tous les deux sur un dîner galant. Il faut jouer les amoureux. Nan mais trop crédible. Le couple pas improbable quoi. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il a terminé son argumentaire par une réplique des plus sexistes : je ne sais pas être féminine. Parce que je m'attache les cheveux, ne porte pas de maquillage, des Doc Martens et des pantalons en cuir je ne suis pas féminine ? Ça veut dire quoi féminine ? Bref, j'avais les nerfs en pelote, il valait mieux que je la ferme ou alors son visage allait rencontrer mon poing. Je lui faisais le traitement silencieux. Je l'écoutais baragouiner son baratin sexiste, en regardant la route défiler. Superbe la route de Chicago. Magnifique ce feu rouge. Très rouge. Très lumineux. Continue de parler mon gars, tu parles que je t'écoute pas. Et non je n'écoutais pas aux portes, j'attendais de te voir pour qu'on se brief Ducon. Mais tant pis. Tu veux la jouer solo ben tu vas la jouer solo. Tu penses de moi que je suis une potiche alors je vais jouer à la potiche, à la pire potiche qui soit, tu vas péter un plomb avant moi mon con.

Oui, je suis vexée, et mon plus gros défaut quand je suis vexée c'est d'être facilement irritable et susceptible. J'ai essayé de travailler dessus, mais impossible. Si l'ordre ne venait pas de la hiérarchie, j'aurais envoyé Bran se faire foutre bien comme il faut ou j'aurais joué la nana infernale. Au lieu de ça je vais jouer à la potiche. Ça va être marrant. Il va largement péter un plomb avant moi. Je vais lui donner à goûter de sa médecine. Je n'espère pas le calmer, mais au moins mes nerfs seront soulagés. Je le laisse tirer ma chaise. Ouais, bien sûr, pour les apparences il joue au galant. Mais ça ne prend pas. Toujours sans un mot j'observe la foule du restaurant. Pas de mafieux à l'horizon. Ils ne devraient pas tarder. Le serveur ne tarda pas à revenir avec la bouteille. Saint-Emilion de 1976. Pas mal. Il ouvrit la bouteille devant nous et nous servit un verre à chacun, il s'apprêtait à repartir mais je le retins par le poignet et lui arracha la bouteille que je posais sur la table avec sourire. Sans un regard pour mon débile de partenaire je prends mon verre et le descends d'un trait cul-sec. L'âpreté de l'alcool monte à mon cerveau et commence doucement à calmer mes nerfs. Je prends la bouteille et me ressers un verre. Le serveur revient avec les cartes. Bien évidemment, il donne la carte des prix à Ducon. Quel sexisme dans ces restaurants. En soupirant mais toujours sans un mot je prends la carte et regarde le menu. Rien de bien intéressant, mais rien ne dit que je devrais manger ce que je prends. Toute façon c'est le CPD qui paye. Allez, on va prendre de la sole meunière sur son canapé de riz au citron. Ça ira bien. Je pose la carte quand mon regard est attiré vers l'entrée. Une nana canon habillée glamour avec un gars en smoking, accompagnés par deux gars en costards et lunettes de soleil. Si ça c'est pas du mafieux, je sais pas qui en est. Je donne un coup de pied sous la table à Bran pour attirer son attention. Si je peux lui faire mal au passage, tout le plaisir est pour moi. Je lui fais un signe de tête vers la petite troupe qui s'installe juste à côté de nous. Le hasard fait bien les choses. Je commence mon rôle de potiche. J'attrape la main de Bran et commence à minauder.

"Oh mon chéri c'est tellement beau comme endroit. T'as prévu une occasion spéciale hi hi hi ?"

Intérieurement je pleure de désespoir. J'étais censée être en pyjama dans mon lit devant Netflix. Et j'aurais mille fois préféré être en pyjama dans mon lit devant Netflix plutôt que là.










I'm on a road of broken dreams, and I need to know why, seek the truth through lies to be my guide. I'm in a world of doubt and trust. Can't deny, I lost my way here in this quest, can't lie. I can't believe what's happening, I don't know what to say. I cant believe I left to see this day. And I've tried so hard to hold on, but I keep on falling. And no matter how hard I run, I just keep returning. And I'm back to where I started from.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan 2018 - 19:57
Raylan Bran
C.P.D
avatar
Messages : 270
Dolls : 145
Mon age : ?
Mon Job : Poulet
état Civil : Veuf
Mon Adresse : West Side
Date d'inscription : 10/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Tense investigation

Je vous avoue que la voir enfiler les verres de vin ne me rassurait pas des masses, en fait c'est simple, je ne l'avais jamais vue alcoolisée, or vous savez quel est la pire appréhension lorsque l'on est en infiltration ou en surveillance avec un collègue ? Que ce dernier devienne imprévisible à cause par exemple d'une certaine alcoolisation. En tout cas soit elle n'avait aucune manière, soit elle avait décidé de jouer les débiles potiches invitées à sortir pour l'une des premières fois au restaurant.

Personnellement je penchais pour la deuxième option, elle se plaignait beaucoup trop souvent de mes mauvaises manières pour ne pas en avoir. Je regardai le serveur avec un sourire obligé et un haussement d'épaules lorsqu'elle attrapa carrément la bouteille de vin. Le jeune italien se pencha alors à mon oreille tandis que madame regardait le menu.


« Whisky monsieur ? »

« Ouais deux, sans glaçons, mettez-les dans un seul verre s'il vous plaît, je vous remercie... »

« Bien monsieur. »


Sympathique le gamin, ou alors avait-il deviné que j'allais passer une journée de merde ? J'observai ma collègue pour vérifier s'il l'avait deviné. Cette dernière reposait tranquillement son menu tandis qu'une vive douleur m'apparut soudainement au tibia, me faisant sursauter légèrement et grimacer. Je n'eus pas vraiment besoin de chercher l'origine de cette dernière, le regard de Brooke me disait tout ce que j'avais besoin de savoir pour trouver l'agresseur de mon pauvre tibia qui n'avait rien demandé à personne.

Bien, visiblement la surveillance commençait à payer, ce semblait être un gradé chez les affranchis étant donné ses gardes et ses poufs, mais pas suffisamment pour diriger une partie des activités, sans quoi tous les clients seraient déjà hors du restaurant. Il ne nous restait plus qu'à observer qui allait venir parler avec lui. Tandis que j'y réfléchissais, je sentis un truc sur ma main, reportant mon attention sur Clarke et là, je manquai franchement de tomber dans les pommes ou de détaler la queue entre les jambes en me chiant dessus. La voir aussi mielleuse, même si je savais que c'était un rôle, franchement ça me foutait plus les pétoches encore que la fois où j'avais été capturé par l'ennemi chez les Deltas.

Je me forçai à sourire me servant de mon autre main pour tenter de lui faire discrètement lâcher la première, j'avais l'impression d'être un moustique accroché à une toile d’araignée pour le coup, attendant la mort sans pouvoir m'échapper. Je sais, vous vous dîtes sûrement que je suis assez difficile avec Brooklyn, mais que voulez-vous ? Je ne pouvais pas l'éloigner pour la mettre en sécurité par rapport à moi, je devais au moins faire en sorte qu'elle me déteste assez pour que ma mort inévitable ne la touche pas.

Car oui, j'étais assez clairvoyant sur le sujet, je prenais toujours tous les risques pour que plus jamais personne ne meurt à cause de moi. Si j'avais eu de la chance de rester en vie jusqu'à présent, ça ne durerait probablement pas.


« Je savais que ça te plairait ma chérie, attends on va garder un souvenir...garçon s'il vous plaît pouvez-vous ? »

Je lui tendis mon portable avant de me lever pour aller me placer à côté de la belle, si ça ressemblait à un couple souhaitant faire un simple selfie, juste derrière nous se trouvait notre cible du jour, la photo nous permettrait sûrement de trouver qui était notre mini ponte se sentant l'âme d'un mac afro-américain des 90's plutôt que d'un mafieux, en tout cas c'était l'impression que ça donnait. Le serveur vint nous montrer la photo et je récupérai mon portable.

« Oh ma chérie il faut qu'on envoie ça à tes parents, ils vont adorer ! »

Putain c'était vraiment pas de la tarte de jouer au parfait couple débile avec elle, mais je devais bien avouer que j'aurai galéré à obtenir cette photo sans attirer l'attention des gardes du corps si elle n'avait pas été là. Je retournai me positionner avec enthousiasme tel le petit chéri aimant que j'étais sensé être.

« Oh pardons mon brave excusez-nous, je voudrais un Spezzatino de bœuf avec vos petits pains grillés là en entée pour nous deux s'il vous plaît...et toi chérie, quel plat te fait envie ? »

Pour l'instant la cible ne se doutait de rien, j'envoyai rapidement la photo prise du portable à un collègue, lui demandant de me retrouver le nom de tous ceux qu'il pouvait derrière nous. Quelques secondes plus tard mon portable vibra, ainsi que celui de Brooke ? Merde qu'est-ce qu'il se passait encore ? Je vis alors la photo pour le moins explicite de couple que je venais d'envoyer suivie d'un petit message indiquant « couple de l'année ». Je ne pris pas plus d'un dixième de seconde avant de comprendre que ce n'était pas une photo mais la démo de la nouvelle affiche qu'on allait retrouver au bureau demain.

« L'enculé... »

« Votre scotch monsieur, vos gressinis arrivent...vous savez, vos petits pains crousrtillants... »

« Ah super ! Merci jeune homme ! »


Tandis qu'il s'éloignait, je risquai rapidement un regard vers ma collègue, son portable avait vibrer et j'ignorais si cet enfoiré lui avait aussi envoyé le modèle d'affiche. Je devais savoir à quel point le feu montait en température dans son crâne là si tel était le cas. D'habitude quand je faisais une connerie pour l'emmerder j'étais soit plus éloigné, soit avec d'avantage d'issues de secours...
Berth©️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago Outfit :: Chicago :: Downtown "Loops" :: Streets & Metros-