RSS
RSS



 

Une rencontre compromettante.

 :: Chicago :: Downtown "Loops" :: The Loop :: Chicago theater Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 25 Oct 2017 - 12:35
Oliver Willowson
Citoyens
avatar
Messages : 78
Dolls : 50
Mon age : 30ans
Mon Job : Banquier en haute sphère
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : North Side
Date d'inscription : 14/10/2017
Age du Joueur : 30

http://chicago-city-rpg.forumactif.org/t712-oliver-s-phone#8746

La journée et surtout la soirée d’Oliver allait être importante sur un plan personnel. Il avait tout prévu il y a une grosse semaine. Aujourd’hui se déroulerait un spectacle qui intéresserait pas mal de gens de la haute sphère. En soi, le banquier ne s’en intéressait pas plus que ça mais il avait un intérêt à s’y montrer et surtout avec Sanjay. Beaucoup de gens susceptible d’avoir contact avec sa famille serait présent et peut-être cette dernière.

Le blond avait fait sa journée de travail comme à son habitude, n’oubliant pas à midi de faire envoyer un costume au gigolo qui devrait faire mine de sortir avec lui, avec un petit mot qui rappelait les consignes convenue et une avance sur salaire, comme souvent lorsqu’il le demandait afin de s’assurer que le jeune homme y voyait toujours l’intérêt. Il n’avait pas fait d’heures supplémentaires et était rentré après être passé chez le traiteur, il avait mangé et puis s’était préparer comme il le devait pour ce spectacle. Il avait bien pris son temps et envoyé chercher le jeune amérindien.

C’était le grand moment, ils étaient tous les deux arriver côté à côté, il avait fait exprès d’être un peu trop près de Sanjay, déposer un bisou sur sa joue. Il n’avait pas clairement exprimé le fait que ce soit son petit ami mais avait largement laissé sous-entendre le fait qu’il pouvait sortir ensemble. Il était ensuite allé s’installer dans sa loge. Le banquier avait fait exprès d’aller murmurer quelques instructions et aussi quelques phrases au jeune homme pour les autres qui pouvaient le regarder.

A l’entracte, il avait demandé au jeune homme de rester sur place pendant qu’il allait chercher deux boissons au bar. Il s’était installa sur un tabouret, attendant que le serveur termine les commandes précédentes. Il savait parfaitement que c’était le moment le plus prisé pour le barman. Il attendait donc sagement son tour, observant les gens autour de lui. Il y vit quelques belles femmes, dommage qu’il devait tenir son rôle de petit ami. Il aurait bien profité de leur compagnie. Enfin surtout après le spectacle, dans son appartement ou dans le leurs si cela était possible mais ce serait bien trop peu discret et cela se saurait forcément. C’était le seul inconvénient de son plan : Ne pas pouvoir draguer comme bon lui semblait ou bon lui semblait.

Son esprit dériva de nouveau sur sa rencontre avec le jeune homme, dans la cuisine de son frère, en train de se faire faire une gâterie de cette dernière. C’était là qu’était née toute l’idée. Après avoir bien sûr fait chanter sa sœur, la faisant encore chantée d’une certaine manière, même s’il était toujours réellement en train de douter sur ce qu’il devait faire avec son frère. Lui dire, lui faire comprendre ou bien encore tenir ça au silence tant qu’elle ne se trouvait pas un autre gigolo ? Et puis il y avait aussi la réaction de son frère qui restait une grosse inconnue pour lui. Il n’avait pas envie de le blesser, il ne voulait pas que ce dernier se rende compte qu’il l’avait toujours taquiné en lui disant qu’il était jaloux alors qu’il n’avait vu que la vérité. De l’autre côté, c’était son devoir de frère de le protéger comme il l’avait fait lorsqu’il était plus petit mais est-ce que le protégé, c’était lui dire la vérité ou lui mentir en s’assurant que sa femme ne referait plus ce qu’elle lui avait fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Nov 2017 - 14:33
Elisabeth Langton
Mafia & associés
avatar
Messages : 263
Dolls : 390
Mon age : 30 ans
Mon Job : Nettoyeuse
état Civil : Célibataire
Mon Adresse : Chicago (bouge continuellement)
Date d'inscription : 15/06/2017


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu: Libre
Mes relations:
https://chicago-city-rpg.forumactif.org/t209-elisabeth-s-phone

Oliver & Elisabeth.
Théâtre. En soirée.


Une rencontre compromettante




I
l m’était rare d’avoir une mission au théâtre. C’était un lieu bondé, forte chance d’être reconnue, d’avoir plusieurs témoins. Ce n’était pas une mission simple, mais j’avais plus d’un tour dans mon sac. J’avais mis une perruque blonde et ma robe légèrement bouffante et longue recouvrait parfaitement la robe prêt du corps que j’avais en dessous. Malgré le temps frais qui allait s’installer, je n’avais pris aucun manteau. Même si les personnes à la consigne voyaient des centaines de personnes, je n’allais pas prendre le risque qu’ils reconnaissent le numéro et se souvienne d’une blonde à l’entrée et d’une brune à la sortie. Ma cible était à quelques mètres de moi et pour ma plus grande chance, il se dirigea seul au bar pour prendre un verre avant le spectacle. Je me dirigeai vers lui, l’accostant, commençant mon petit numéro de charme et il ne lui en fallait pas plus pour être conquis. Cependant, le spectacle allait commencer. Pour ne pas paraître suspect, je lui donnais rendez-vous dans une pièce réservée au personnel, au bout du couloir menant aux toilettes à l’étage menant aux balcons. Vu son regard et son sourire gourmand, je savais qu’il avait mordu à l’hameçon.
Je suivais à moitié la pièce qui se jouait, regardant par moment ma cible. J’étais à quelques rangées derrière lui, il ne m’avait pas vu. Je croisais mes jambes dans un sens puis, les croisais dans l’autre, assez régulièrement, faisant croire à une envie pressante auprès de mon voisin. Je préparais le terrain, évitant tout soupçon à mon égard. Puis, je commençais à m’éventer maladroitement avec ma pochette, faisant croire à un coup de chaud. Dix minutes après ce petit manège, je me levais doucement, discrètement et me dirigeais vers la pièce que j’avais indiquée. Elle n’était aucunement protégée et n’importe qui pouvait l’ouvrir et s’y introduire. Il y avait plusieurs étagères, très hautes, pleines de dossiers ou de cartons, ou de produits. Une sorte de grande réserve. J’allais au bout, sortis l’arme à feu muni d’un silencieux au bout de l’arme coincée autour de ma cuisse droite et la cachais dans mon dos. Ma cible entra quelques minutes après, le regard avide de luxure. Je lui souris, telle une prédatrice qui allait lui faire voir les étoiles et lui fit signe de s’approcher avec ma main gauche. Je me décalais vers la droite, dans une rangée, mon arme cachée toujours dans mon dos. Alors qu’il me promettait un coup exceptionnel, je le tirais de ma main gauche, le plaquant contre une rangée qui vibra et lui mit une balle dans le cœur. L’homme tomba pile-poil comme je le voulais, le corps ne serait retrouvé que lorsqu’on voudrait quelque chose dans cette rangée. Au sol, j’ajoutais une balle dans son crâne et posais l’arme sur une étagère. Il était temps de se changer, il me restait plus de la moitié du temps avant que la pièce ne recommence. Je quittais ma perruque puis, ma robe et mis le tout dans un sac-poubelle, l’arme à feu avec. Je sortis un petit miroir de ma pochette, recoiffant mes cheveux impeccablement avec un petit peigne de voyage, les laissant habiller mon cou sans bijoux. Je replaçais ma robe collante, qui épousait chacune de mes formes, vérifiais mon maquillage et mis le sac-poubelle dans une petite trappe qui servait à mettre les poubelles dans une grande benne.

Je quittais la réserve comme si de rien n’était et pris l’escalier sur ma gauche, qui était un escalier encore réservé au personnel. J’atterris derrière le bar et aucune personne sur ma route. Ma démarche était calme, posée, naturelle, comme n’importe quelle femme. Je regardais tout de même derrière moi pour vérifier qu’il n’y avait personne et alors que je me retournais, ma trajectoire s’était légèrement déviée et je percutais un jeune homme, qui avait l’air dans ses pensées.

« Oh ! Excusez-moi, je suis désolée, je ne regardais pas où j’allais ! Je ne vous ai pas fait mal ? Je ne vous ai pas renversé un verre sur vous ? »

Voyant qu’il n’y avait aucun verre à côté de lui, je fis un soupire de soulagement et lui sourit doucement, presque timidement, malgré l’absence de rougeur sur mes joues. Questions sommes toutes innocentes et assez ridicules, mais complètement plausibles pour une femme percutant un jeune homme et qui était un peu naïve sur les bords et perturbée par le fait d’avoir percuté quelqu’un.




Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago Outfit :: Chicago :: Downtown "Loops" :: The Loop :: Chicago theater-