RSS
RSS



 

Risibles Amours - Ivan & Dolcée

 :: Chicago :: East Side :: Road Hells Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 30 Oct 2017 - 3:41
Ivan Samaras
Mafia & associés
avatar
Messages : 26
Mon age : 25 ans
Mon Job : rappeur amateur / associé de la mafia
état Civil : célibataire
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 25


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
Street  ◈  Ivan Samaras & Dulcée Martin
Risibles Amours .
 


 



[/center]

J'


écrase l'enième clope de la journée , assis au bord de mon balcon , occupé a rien foutre , juste penser , je contemple la lune , poétique qui me fait face , seule source de lumière dans ma petite suite obscure . De toute évidence je crois que je n'aime pas des masses la lumière ces derniers temps , elle me donne mal a la tête , je préfère me glisser dans l'obscurité , me tapir dans le silence .  La seule chose qu'on peut espérer de moi dans ces phases mélancoliques c'est que cela booste ma créativité  pour mes textes , si donné que j'ai de la chance , parce qu'il m'arrive aussi d'être contre productif. En temps normal , je serais probablement sortit rejoindre quelques potes pour une des escapades nocturnes dont ils avaient le secret , une parenthèse méritée qui avait au moins le mérite , a défaut d'être reposante , de me distraire de mes sombres pensées .  Mais pensez en ce que vous voudrez , je n'ai plus le cœur a la fête .
Je sais qu'on dirait une adolescente fleur bleu a deux balles qui connaît son premier chagrin d'amour ou quelque chose de cet acabit mais c'est comme ca , je suis trop honnête pour faire semblant . Et puis j'ignore si c'est la maturité ou simplement une prise de conscience mais ça ne m'amuse plus autant qu'avant , j'éprouve une certaine lassitude , chose qui ne m'était jamais arrivée . Je sais très bien comment la soirée finira , mes démons prendront le dessus , je finirais totalement déchiré , a moitié incapable de marcher sans me vautrer dans mon vomit , sexy non ? Puis je ne sais comment je réussirais a me décoter une cible facile a grands coups de sourires charmeurs et de belles paroles , enfin de ce que j'arrive encore a prononcer . Entre temps je serais peut être a moitié en coma éthylique ou a deux doigts d'entamer une baston avec celui que je considère comme un frère , a qui je ne toucherais jamais en temps normal . Puis je me réveillerais avec la gueule de bois et peu de souvenirs pour me rappeler ce que j'avais fait mis a part la beauté blonde qui dormirait a quelques mètres a peine .  Et le même manège habituel recommencera . Ca en fait peut être rêver certains dit comme ça mais moi je n'en suis plus que désabusé  , c'est carrément pas comme ça qu'on m'a élevé

De toute évidence j'arrive plus a me regarder dans la glace parfois  . J'arrive plus a mentir aux autres de toute façon ça me répugne de devoir faire ça . Je ne parviens même plus a  mentir a moi même .  J'ai beau esquisser mon plus beau sourire , mes yeux me trahissent pour moi .  Des prétendus miroir du  reflet de l'âme , mouais , plutôt des traîtres ouais .   Traître , comme le mot qui résonne en moi quand je fais le triste constat de l'accumulation de mes péchés et mes erreurs passées . Le nombre de fois ou j'ai fuit sans me retourner , pour quelqu'un de loyal et courageux c'est consternant …   Traître c'est aussi le petit sobriquet pour lequel je pourrais affubler mon cœur qui a décidé d'en faire des siennes .   C'était pas semblable a ce que j'avais pu ressentir une paire de fois ., rien de sexuel ,  un truc purement spirituel . Je ne saurais l'expliquer , je ne crois jamais en bon carthésien a ce genre de trucs mais quand ca m'est tombé sous le nez et bien j'étais obligé de me rendre a l'évidence .   Le comble était que cette fille je ne la connaissais même pas , j'avais l'impression de ressembler a ce genre de groupie , ces jeunes filles encore naïves qui s'emmarouchaient de leur idole .  Et pourtant elle avait eu assez d'impact inconscient sur moi pour me pousser a une prise de conscience plus poussée . Et je me retrouvais la tout seul aux prises avec ma conscience , franchement a qui aurais je pu réellement me confier sur ce sujet .   En plus j'étais dans un bien pitoyable état pour quelqu'un qui devait se produire sur un open mic ce soir .  

 J'avais tendance a me foutre de l'avis des gens mais merde il me restait encore assez de dignité pour ne pas vouloir afficher au monde ,  qui plus est les rares personnes qui croyaient en moi ,  a quel point j'étais en réalité  pitoyable .  De toute façon a quoi bon se bercer d'illusions , il fallait être débile pour croire en quelqu'un comme moi , j'étais ni plus ni moins que de la même espèce que tous ses crétins qui peuplaient nos rues ,   soufflez un coup et vos espoirs a mon sujet s'envoleraient comme un château de sable , a la manière de ce qui fut mon innocence .

Je décide d'aller me rafraîchir les idées . Je me balançe en veine tentative de réveiller mon esprit embrué , de l'eau froide sur le visage . Je me redresse , contemplant dubitativement mon reflet .  Je faisais bien peur a voir , j'étais carrément creuvé , déconnecté de la réalité  et ceux en étant même pas déchiré dingue quand même . Et comme si cela ne suffisait pas , j'avais comme un enième flash de son visage de poupée qui me sautait a la face comme un screameur , bien que beaucoup plus agréable a contempler je devais l'admettre .  C'était juste que ça ne m'aidais pas a retrouver du poil de la bête . Ma seule maigre consolation au fait de devoir m'arracher de mon entre familière c'était que j'allais pouvoir faire plaisir a quelques fans venu m'accorder un peu de leur temps et puis c'était juste l'occasion de me vider la tête , me laisser emporter par l'ambiance si particulière de la salle ,  par la musique


Je finis par m'habiller rapidement , oui je passe les trois quarts de mes journées ces derniers temps en pyjama avant de me saisir du simple nécessaire de survie ,  mon téléphone , un crayon sait on jamais si je dois signer quelques autographes en chemin ,  je préfère me montrer courtois peu importe mon humeur    , mes écouteurs et mes clopes et descends , verrouillant mon appart confortable pour me retrouver dans chicago , le froid agressant ma peau . Je remonte la fermeture de ma veste et revisse ma casquette , couvrant un chignon fait a la va vite . Armé de mes air max favorites , un simple jean assorti a un sweat sur lequel est brodé le  blase de mon équipe ; je suis paré de ma tenue de guerre et puis ça me permet d'augmenter mes chances de passer incognito .
Etonnement quelques personnes sont de sorties mais je suis aujourd'hui relativement tranquille , je m'arrête pour deux trois photos mais rien de bien méchant . Je finis avec un brin de soulagement par atterrir jusqu'au petit lieu , un peu décrépit  sur les bords mais plutôt sympa  qui me servira de scène aujourd'hui . Je me fraye un chemin dans les coulisses , a force de l'emprunter je le connais presque par cœur .  Je salue quelques connaissances chaleureusement avant de m'engouffrer dans ma loge  me laissant tomber comme une masse sur ma chaise face a une espèce de coiffeuse comme on en voit au ciné . C'est vétuste mais j'ai un peu amménagé l'endroit , y a même un mini frigo , quelques photos des membres de mon groupe  , je m'y sens un peu plus comme chez moi , ce qui est quand même utile pour décompresser un peu avant d'entamer les choses sérieuses .  Ca n'a rien de fastueux  et je connais assez mes textes pour m'en tirer sans trop d'encombres mais je prends trop a cœur mon taff , je ne peux pas m'empêcher d'éprouver toujours la même montée d'adrénaline avant de rejoindre le devant de la scène .

On finit par venir me chercher après quelques minutes  et en moins de temps qu'il ne m'en faut pour avoir le temps de me faire chier je me retrouve sur le petit espace qui me serre de scène faisant face a un public assez réceptif .  Je rappe quelques textes  '' populaires '' avant d'enchaîner sur des trucs un peu plus élaborés  , a l'ambiance plus sombre , dont une composition de mon accabit produite très récemment . J'enchaîne sur un son un peu plus entraînant histoire de donner au public ce pour quoi il est venut. Je checke au passage quelques gars du premier rang , adresse mon plus beau sourire a quelques belles créatures présentes , j'en viens presque a penser a elle mais professionnel jusqu'à bout je ne me laisse pas démonter et me reconcentre  sur mon objectif de ce soir , assurer le show  . Je leur fait reprendre le refrain avec moi  histoire de s'amuser un peu et vint le moment ou je me retrouve obligé d'écourter ma prestation , je ne suis personne pour pouvoir prétendre m'accaparer l'attention de l'auditoire même si il est évident que certains ne sont venus que dans le but de me voir , quand on commence a se faire une petite réputation y a tout de suite plus de monde au balçon comme avec une bonne meuf .  

Je prends le temps de me poser un peu avant de sortir pour signer deux trois autographes a quelques fans enthousiastes , amassé dans la salle une fois le concert terminé . J'en suis a la moitié , plongé en même temps dans une petite discussion avec un pote a moi débarqué de nulle part  quand une impression bizarre me saisit . Je me retourne , relève la tête curieux  . Et la et  bien … je me retrouve a serrer les dents comme un débile , une vague d'adrénaline me parcourant brusquement . Pourtant  je tente de ne rien laisser paraître , tâche pas si aisée quand votre pote vous connaît si bien . Je relance un regard dans sa direction , cette fois ci nos  regards se croisent une fraction de seconde , suffisamment malheureusement pour me décontenancer quelque peu .  Je détourne tant bien que mal  mon attention sur ma tâche , ma main tremblant presque en signant le dernier autographe que j'esquisse machinalement .   Je ne suis pas fou c'est bien elle . En même  temps rien de bien étonnant  a ça , si elle était présente a un de mes sons , elle est probablement '' fan ''  ou apprécie au moins mon boulot ça fait  toujours plaisir de savoir qu'on s'identifie a mes textes .   J'espère juste qu'elle n'est pas une groupie en mal d'attention de toute manière ça ne changerait pas le fait que la situation m'exaspère ...    En fait c'est stupide mais mon pote partit , je ne sais pas si je suis censé la laisser venir vers moi ou non . Elle n'y ai pour rien dans cette histoire c'est juste moi qui me comporte de manière stupide  . Finalement je la laisse approcher , de toute façon je n'ai rien de mieux a faire que ça même si je suis décidé d'une manière ou une autre a écourter cet instant si il le faut

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Oct 2017 - 20:30
Dolce Martin
Citoyens
avatar
Messages : 9
Mon age : 19 ans
Mon Job : Etudiante en Philosophie
état Civil : Celibataire
Mon Adresse : North Side
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 19


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:

Dolce & Ivan.
 

Risibles amours




E
reintée, au-delà de toute fatigue, de toute considération possible. Dolce s’était levée aux aurores pour conduire sa mère à la mairie, quelque soucis administratif l’y auront retenu deux longues heures que la brune avait comblé en révisions et autres travaux universitaires. Anna exécrait les transports en commun, les effluves nauséeuses de transpiration, les aisselles à porté de nez et les corps moites nichés contre le sien qui, à chaque secousse, se pressaient davantage contre son dos ou sa poitrine.  Ainsi trouvait-elle davantage de confort à solliciter la petite voiture de sa fille lorsqu’elle se retrouvait contrainte au déplacement. Et comme jamais encore l’occasion ne s’était présentée à elle de passer son permis, elle comptait tout autant sur l’altruisme de son unique enfant pour la mener à ses affaires. « Quoi ? Tu n’as pas encore cours à cette heure-ci non ? Tu iras à la fac après. » Avait assuré sa mère, enfouissant son petit sac à main sous son bras. Évidemment, Dolce s’était pliée aux exigences de sa mère, non sans la gratifier de grognements mécontents. Mais enfin, l’affaire semblait importante et Sam était retenu au travail depuis la veille, une sombre histoire de renvoie abusif vraisemblablement … Ne restait plus que la petite Dolce. Elle avait attrapé ses clés et traîné le pas jusqu’à son étroit véhicule. Sa mère n’avait pas cessé de s’émerveiller de tout, s’amusant des décorations Halloween qui se mêlaient à celles de Noël, plus précoces. « Alors, mais parle un peu. » Car si sa mère haïssait les transports en commun, elle n’appréciait pas davantage les silences qui répondaient à ses exclamations. « Je réfléchis maman. » Avait soupiré la jeune femme, qui, tout au service qu’elle était de sa mère, ne pouvait néanmoins pas chasser de son esprit l’oral qu’elle devrait assumer en fin de journée. Puis sa mère avait disparu derrière les portes battantes de la mairie pour ne reparaître que deux heures plus tard. Il fallut la reconduire à la maison avant de rejoindre son université et déjà, la brune ne pouvait contenir les longs râles de fatigue qui perçaient trop régulièrement ses lèvres.

Elle ne pouvait néanmoins pas s’abandonner à la paresse. Premièrement, parce qu’elle devrait assurer convenablement son oral et ensuite parce que ce soir Alpha Samaras participait à un Open Mic. Oh, ce n’était aucunement le premier auquel elle assisterait, certes. Mais elle escomptait bien quitter ses manières timides pour l’aborder. Que lui dirait-elle ? Elle se présenterait peut-être, lui conterait son admiration et le respect qu’elle conservait pour ses textes, pour son talent plus largement. Ce n’était rien. Rien que quelques confidences probablement communes pour le jeune homme mais … Mais quoi ? Dans le fond, la jeune femme connaissait bien la futilité de ses résolutions. Elle lui parlerait, et puis quoi ? Il la remercierait poliment, lui proposerait peut-être un autographe et disparaîtrait dans la foule. Non. Dans le fond, cette histoire de confidence, d’admiration, tout son projet de lui confier ses sentiments à propos de son travail … C’était de la connerie. Elle ne cherchait guère plus qu’un prétexte commode pour l’aborder. Ils ne se connaissaient pas. Lui du moins, elle en revanche se renseignait bien davantage sur le garçon. Elle ne pouvait décemment pas débarquer avec pour seul argument « Hey, j’avais envie de te parler parce … » Quoi ? Parce que quoi ? Il y avait nombre de plumes talentueuses qui ne suscitaient pas en elle un tel émois. C’est ce type, c’est tout. Elle vouait pour lui une admiration étrange et déplacée. Une sale groupie, peut-être que tout se résumait à cette seule qualification. Peut-être se moquait-elle dans le fond de sa musique et de son talent et peut-être enfin accordait-elle davantage de crédit à sa belle gueule qu’à sa plume … Non. Non, évidemment. Elle l’avait entendu avant de l’apercevoir. Mais elle devait néanmoins bien avouer que sa voix ne lui avait pas tant plu que ses yeux sombres, ses petites fossettes et … Elle s’égare encore.

Installée dans le large réfectoire de son université, Dolce déjeune avec ses copines qu’elle n’entend qu’à demi et qu’elle n’écoute aucunement. Elles se questionnent sur l’interrogation de fin de semestre. Elle est loin pourtant, trop pour que la brune ne la considère plus importante que le jeune rappeur qu’elle aborderait dans la soirée. A supposer qu’elle en trouve le courage car déjà, toutes ses résolutions s’envolent. Elles sont grotesques, et puis il sera probablement fatigué après sa prestation et ne quémandera rien d’autre qu’un peu de quiétude, de solitude, et ce n’est certainement pas en le contraignant à entendre ses bavassements qu’elle lui accorderait le repos. « N’est-ce pas Dolce ? » L’interpella l’une de ses copines qui bientôt la pressa de question en constatant son détachement. Et si la jeune femme tenta de se libérer des soupçons de ses amies, elle fut néanmoins contrainte de se contenter d’un haussement d’épaules machinal, un fin sourire contre ses lèvres pleines  quand l’une d’elle lança : « Juré c’est un cause d’un gars ! » Le reste de la journée se déroula à l’identique. Dolce, fatiguée, se traînait de salle en salle, tapant négligemment sur son clavier, ne s’intéressant que sommairement au discours de ses professeurs.

Elle fut surprise de constater qu’il était temps pour elle de s’avancer et de proposer son commentaire de texte, un commentaire oral. Une prise de position publique qu’elle devrait tenir devant toute sa classe. Elle n’était pas à l’aise. Euphémisme. Dans sa poitrine, son coeur s’arrachait à toute raison et tambourinait douloureusement. Ce n’était pas tant le fait de se présenter à tous ainsi qui la chagrinait. Non, elle craignait que l’on s’oppose à ses prises de position, à ses analyses qu’elle jugeait pourtant fort à propos. Mais après tout, elle n’excellait pas dans cette matière et peut-être n’avait-elle pas pleinement saisi tous les enjeux de ce texte qui n’était guère plus qu’un maigre extrait dans la mer d’idées qu’était l’ensemble de l’œuvre dont il était issu. Elle se lança. Maladroite, mal assurée, buttant sur quelques affirmations qui, une fois lancées à l’orale lui semblèrent grotesques et s’attardant davantage sur des points qu’elle s’était promis de résumer mais qui au final, lui semblèrent intéressantes. Elle se tu enfin, octroyant à la masse étudiante que de brefs œillades alors que le professeur prenait la parole. Trop de ci. Pas assez de ça. Pas suffisamment exploité. En surface … Visiblement, elle avait manqué une occasion de briller. Silencieusement, elle hochait une tête docile aux nombreuses remarques de son professeur, osant à peine intervenir pour défendre son propos. Enfin … Elle regagna sa place et pendant le reste du cours, chagrinée qu’elle était de sa prestation, elle ne pensa plus à l’artiste qui coutumièrement, occupait ses pensées.

Ce n’est que lorsqu’elle salua ses amies pour rejoindre sa petite voiture garée aux abords de l’université que l’image du garçon la saisi. Merde … Elle n’avait plus la tête à l’aborder. Elle était épuisée, et la boule gênante qui étreignait sa gorge la convainc presque de ne pas se rendre à l’open mic. Et bien, ce serait la première fois qu’elle ignorerait sciemment une représentation du rappeur. Elle aviserait en rentrant. Et c’est ce qu’elle fit. Constatant l’humeur éclatante de sa mère, les éclats de rires de son beau père et les conversations graveleuses qu’ils entretenaient avec des voisins venus pour le dîner, la jeune femme considéra fort à propos de s’éclipser pour la soirée. Évidemment, sa décision s’accompagna d’une vague de doutes qui la submergea si soudainement qu’elle la ré-évalua aussitôt. Bien, comment allait-elle s’habiller ? Une petite jupe, un haut court … C’est du moins ce qu’imposent la décence des soirées nocturnes. Mais à dire vrai, son visage agréable lui concédait quelque avantage, dont celui de n’enfiler qu’un unique jean et des chaussures plates pour se rendre en boite. Un short ! Évidemment ! Ce n’était point tant volage qu’une jupe, mais relativement agréable à regarder ! Oui. Un short étroit qui l’enserrerait jusqu’à la taille. Et un un petit top blanc, simple. Il était tôt … 20 heures peut-être … Trop tôt pour se présenter à l’entrée de la boite, et bien plus encore pour assister à la représentation du jeune homme. Alors ainsi vêtue, maquillée sobrement, la jeune femme installée sur son lit, les jambes croisées, le regard niché dans un vague incertain, patientait. Elle se projetait déjà, elle l’abordant, s’inquiétant de sa journée, de sa prestation, de sa carrière. Elle s’imaginait assurée, un sourire contre ses lèvres et la certitude que son intérêt était partagé …

Il s’écoula quelques heures encore avant que la brune ne s’immisce dans la boite. Si elle détestait sortir seule, elle n’était pas davantage à l’aise avec l’idée de partager avec ses copines la découverte de cet artiste.  Enfin … Le voilà qui monte sur scène. Elle le connaît maintenant. Elle connaît ses textes, l’enchaînement de ses musiques, la façon dont il s’arrête sur certaine phrase, sa manière de bouger et d’animer la salle. Elle demeure dans le fond de la salle, à couvert des spots lumineux qui balayent occasionnellement la foule. Elle le regarde de loin. Observe son assurance et fond pour la énième fois. Jamais elle ne l’aborderait. Comment avait-elle pu s’assurer de l’inverse ? Non. Oh tien ! Un titre qu’elle ne connaissait pas. Elle l’observe encore, plus qu’elle ne l’écoutae, car enfin elle pourrait l’entendre quand elle le désirerait, elle irait sur internet ou fouinerait sur spotify … Mais l’occasion de le voir véritablement ne se présentait pas si régulièrement. La représentation pris fin et il quitta la scène. Tsss … Déjà ? La jeune femme abandonna son verre à demi consommer sur la comptoir et quitta la boite pour tenter de rejoindre le rappeur. Toute volonté de l’aborder s’était volatilisée. Néanmoins, elle avait envie de le voir. Juste, de l’apercevoir en dehors de la scène, loin de son micro. Elle patienta une dizaine de minutes, à l’écart de la masse joyeuse qui entourait la sortie à l’arrière de la boite. Enfin, il franchit la porte et un sourire perça doucement contre ses lèvres doucement rosées. Il n’avait rien de différent de l’homme qu’elle avait précédemment contemplé sur scène. Mais elle ne le voyait qu’à demi, penché qu’il était sur les autographe qu’il signait. Il se tourne, soudainement. Un geste qui ne manqua pas d’étonner la jeune femme. Il l’avait aperçu. Il l’avait regardé. Elle en était certaine. Elle voulait l’être du moins. Peut-être l’avait-il reconnu. Elle assistait régulièrement à ses open mic et s’assurait le plus souvent pour être au devant de la scène. Le dernier autographe signé les gens se dispersent progressivement, le garçon qui semblait converser avec lui s’éloigne également. Ne demeure que quelques curieux, une cigarette entre les doigts qui papotent tranquillement. Que faire ? Il la regarde ! Comment agir ? S’en aller ? Non. Il l’avait vu, ce serait bien étrange de partir ainsi. De fuir. Il la considérerait à coup sûr comme une cinglée. Elle s’approche, les genoux tremblants, une assurance feinte contre ses lèvres oublièrent comment sourire naturellement. Elle fourre ses mains dans ses poches, ignorant comment tenir ses bras.

« Salut. » Lance-t-elle timidement. Elle pince sa lèvres entre ses dents, hésitante avant de reprendre. « J’voulais juste te dire que j’adore ce que tu fais. C’est … Enfin t’es doué. Et … Je … Je trouvais ça sympa de venir te le dire. Tu vois c’est … Enfin ... »

Quelle idiote ! Quelle idiote ! Quelle idiote ! Un rire contrit perça la barrière tremblante de ses lèvres. Sa voix doucement chevrotante, elle se dandinait doucement d’un pied à l’autre, agitée par la gène et ce petit quelque chose niché au fond de sa poitrine qui agitait son coeur en soubresaut désordonnés. Mon dieu, ce qu’il était beau. Plus que cela, aucun qualificatif ne saurait convenir au sentiment qui l’étreignait actuellement.




Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct 2017 - 0:02
Ivan Samaras
Mafia & associés
avatar
Messages : 26
Mon age : 25 ans
Mon Job : rappeur amateur / associé de la mafia
état Civil : célibataire
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 25


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:
[/table]
Risibles Amours .
 


 



[/center]

J'


Je suis exténué bien que mon humeur s'est quelque peu améliorée je dois avouer que ça m'a redonné  un coup de boost toute cette énergie . Je pourrais me contenter du stricte minimum , du playback quelques pas de danse mais je me sens porté par une vague d'énergie nouvelle , je me laisse carrément porter par la musique comme en transe , la preuve je ne ressens même plus la fatigue . C'est vrai que j'ai la tête ailleurs ces derniers temps mais ça  ne m'a pas empêché de profiter de l'instants , ces rares moments ou je me sens utile .  Parce que franchement a part glander et foutre la merde ou je passe , je ne contribue pas vraiment au bien de cette planète . Pourtant je nourris beaucoup de respect envers tous ses gens qui tentent comme ils le peuvent de changer la matrice  j'ai juste beaucoup trop d'égoïsme pour avoir franchit le pas .    Mais parfois je me prête a penser que je me suis peut être lancé dans le rap dans l'unique but de faire réagir , réfléchir les personnes qui ont l'esprit assez ouvert pour tenter de décrypter mes paroles . Et puis je leur donne l'opportunité  de décompresser de leur train train plus ou moins éprouvant . On vit dans un monde ou tout doit être consommé rapidement , on ne prend même plus le temps de s'arrêter pour apprécier les bonnes choses alors que je suis intimement convaincu que prendre le temps de ralentir la cadence diminuerait nettement le stress qui régit nos vies
Personnellement il est évident que je n'échappe pas a la règle , j'ai beau saquer dans mes textes des choses comme la société de consommation ou tout ces trucs qui me dépassent je suis juste un mouton , juste un peu plus conscient que les autres . Et puis j'ai tendance a céder a la pression même en étant relativement calme . Et dans ces moments la je trouve mon unique échappatoire dans la musique , la littérature , me plonger corps et âme dans l'écriture de mes textes

Etrangement la jeune femme que je vois s'approcher timidement , d'un pas incertain vers moi , me procure ce même effet , elle dégage quelque chose de particulièrement agréable , elle suinte la gentillesse et la douceur , je dois avoir l'air d'un ogre a côté d'elle .

Je vois bien que cela constitue un effort pour elle , je n'ai pas la prétention de  me considérer comme quelqu'un d'important même si aux yeux du monde je possède désormais le statut de célébrité mais il est toujours intimidant d'oser faire le premier pas vers quelqu'un qu'on n'a cotôyer jusqu'à présent  que de loin , d'autant qu'elle doit sûrement éprouver l'envie , naturelle de me faire bonne impression , la première impression est prétendument toujours celle qui prime .

Je ne vais  pas la mordre , même si je suis mal luné . De toute façon je ne m'abaisserai jamais a traîter mal ceux qui avaient contribué a me propulser la ou j'étais aujourd'hui , ça aurait été vraiment se comporter en gamin pourri gâté , inconscient des sacrifices endurés pour ce qu'il avait dans son assiette  . Et puis elle est carrément trop mignonne pour que je lui fasse du mal , elle ressemble  a ce genre de poupée dans leur etain de satin qu'on admire   derrière ces facades de grand magasin de noël ,  tellement jolies et frêles qu'on n'osait même pas les effleurer . Bon j'avoue que j'étais carrément pas dans une optique des plus chaleureuses , y avait des jours comme ça ou j'étais de mauvais poil sans trop de raison , elle avait beau attiré mon attention j'en restais pas moins grognon et gêné de sa présence  C'est vrai qu'on me prêtait souvent un certain côté lunatique ,  quelque chose dont je me rendais seulement compte . .   Je prends sur moi et lui adresse un sourire ou transparait de la sincérité .  

'' Salut . Lançe  t'elle timidement . Elle pinçe   sa lèvre entre ses dents , signe de nervosité attendrissant , je devais avouer que j'avais aussi ce genre de tics difficilement remédiable .J’voulais juste te dire que j’adore ce que tu fais. C’est … Enfin t’es doué. Et … Je … Je trouvais ça sympa de venir te le dire. Tu vois c’est … Enfin ... » elle balbutie , laissant échapper un éclat de rire , probablement nerveux mais agréable a entendre .  

Ma  première réaction est  de sourire .   Ca fait  toujours plaisir qu'on apprécie ce que je fait mais si je conçoit difficilement qu'on puisse me considérer comme un idole ou quoi que ce soit de ce genre   Et puis quelque part elle avait fait preuve d'un certain courage en se lançant pour venir me parler , j'apprécie  l'audace , sachant ce qu'on ressent avec cette satanée timidité . Il m' était déjà arrivé une paire de fois de me dégonfler au dernier moment pour rien du tout  même si j'avais du prendre sur moi par la force des choses que ce soit sur scène ou pour mon '' job '' si donnait qu'on pouvait nommer ça ainsi .   Pourtant elle  , je n'aurais  pas deviné au premier abord .  Sans la connaître je pouvais percevoir ce quelque chose qui se dégageait d'elle ,  qui vous poussez tout naturellement a lui sourire , a  se retrouver happer par son charme . Il  était certain qu'elle devait avoir attirer une sacré paire de garçons et puis sa timidité n'était pas un frein en soi , ça rajoutait au charme , la seule chose c'est qu'il devait avoir été tentant pour certains de la prendre pour plus naïve qu'elle ne devait l'être

'' Je suis content que t' apprécie mon travail , ça fait toujours plaisir de voir que certains se reconnaissent la dedans  .déclarais je  rompant le petit silence qui s'était instauré  Ca peut paraître superficiel mais tu sais c'est l'avis des fans qui prime avant tout et souvent c'est super constructif donc c'est grave cool que t'es pris un peu de temps pour venir me voir . Les journalistes , le blé tout ça je m'en tape un peu en fin de compte , c'est pas ça qui me procure le plaisir de ce que je fais .  expliquais je , me sentant comme obligé de lui raconter tout ça

Je m'interromps  quelques secondes ayant peur de paraître un peu pédant ou je ne sais quoi du genre , étrangement je me soucie beaucoup plus de ce que je peux paraître devant elle que devant les autres  .J'en profitais  pour jauger du coin de l'oeil le visage de mon  interlocutrice  qui  il fallait avouer   n'était pas trop désagréable a regarder , plus jolie qu'il ne s'en souvenait . Mais je m'interrompt  bien vite de peur de la mettre dans l'embarras , ça m'amusait un peu cette manière qu'elle avait de rougir sans trop de raisons  mais bon la n'était pas non plus le but de la traumatiser .  Il n'était pas désagréable de lui parler j'aurais même étais curieux de tester ses connaissances mais je commençais a sérieusement étouffer la dedans , la moiteur de mes mains et mon coeur qui battait un peu trop vite a mon goût étaient la pour me rappeler a l'ordre

'' Ecoute …. je commence sans vraiment lui laisser le temps de répondre , de toute façon je suppose qu'elle est bien trop intimidée pour oser répliquer quelque chose
. Ce n'est pas que ta présence me gêne mais je suis attendu quelque part alors je ne suis pas sur d'avoir le temps de te signer quelque chose désolé     J'insinue d'un ton sec , plus que de rigueur .   Je la bouscule légèrement avant de commencer a  me frayer un chemin jusqu'à l'extérieur , quittant la pièce avec empressement  m'allumant une clope , maigre remontant en chemin , histoire de décompresser de toute cette accumulation de stress .   Il avait fallut que je sorte impérativement de la  , j'avais eu l'impression momentanée d'étouffer comme ça avait pu m'arriver de par le passé . Ca n'avait probablement rien d'une  coïncidence que ça me reprenne a un moment comme celui ci , en vue de ce qui avait pu m'arriver dans le passé  .   Mais malgré cela et le fait que la journée avait été quelque peu éreintante  , je n'avais certainement aucune raison justifiant mon comportement de la sorte .  J'avais été digne d'un parfait connard , insensible au malheur des autres , comme si j'avais voulut donner raison a cette foutue voix dans ma tête qui m'énumérait tout ce que j'avais pu foirer dans ma vie et tout cela   sans l'aide de personne …
Je me passe nerveusement la main dans la chevelure dont je défi le chignon , signe de nervosité chez moi .  Je tire une grosse bouffée , pensif .  J'avais du passer pour un taré , une de ces stars qui se prenait pour plus important qu'ils ne l'étaient réellement .     Je m'exaspérais , c'était vraiment pas mon genre de me comporter de la sorte , j'achevais un peu plus de trahir les principes  pourtant chers a mon cœur .  J'étais fière , assez pour ne pas vraiment adorer le fait de devoir admettre mes tords mais la ma conscience me soufflait que je risquais de passer une mauvaise nuit   si je n'allais pas  m'excuser . Finalement au terme d'une minute d'hésitation mon bon côté gagna la bataille intérieure qui se jouait en moi et je finit par retourner précipitament sur mes pas , écrasant ma cigarette au passage . Je devais avoir l'air d'un demeuré  , en réalité je ne me serais jamais imaginé me retrouver a courir après une femme , que je connaissais pas en plus pour aller lui clamer mes plus plates excuses , sincères en plus mais il y avait un début a tout .
J'accélère le pas , j'espère juste sincèrement qu'elle est encore la quelque part dans les parages . Avec un peu de chance oui , d'autant qu'un mince laps de temps s'était écoulé entre maintenant et notre échange mais sait on jamais , peut être s'est elle évaporée dans l'obscurité
. Je me demandais en même temps ce que j'allais bien pouvoir lui servir comme excuse . Aussi gentille soit elle , j'avais probablement du heurter sa dignité  et puis ce n'était pas ma priorité mais on ne savait jamais ce dont elle était capable de raconter a la presse . Elle n'avait pas la tête de quelqu'un de ce genre mais on ne savait jamais ce dont les gens étaient capables pour un peu de fric et de reconnaissance et puis je m'étais trop souvent mépris sur le fond réel de ceux que j'avais pu considéré comme de véritables amis . Mais bon ça devait surtout plus tenir de ma paranoïa habituelle qu'autre chose .   Bientôt je me retrouva a pousser les battants des grandes portes vitrées    de l'entrée me retrouvant happé par le froid  .    Je tourne la tête faisant appel a ma concentration pour espérer repérer quelque chose dans l'obscurité déjà bien installée , percée uniquement par la lumière faiblarde des réverbères.    Je finis par chance par apercevoir une silhouette se détachant du paysage et je presse le pas bien décidé a obtenir ce pour quoi je suis venu .   Je finis presque par me retrouver a courir jusqu'à atteindre la place ou elle se trouve .   J'ai du mal a respirer , l'endurance me manque un peu et c'est sûrement du au pique d'adrénaline qui m'a parcouru , sur ce court moment je me suis senti a mi chemin entre un super héro et Usain Bolt , triste a dire mais je ne suis hélas rien de tout ça .     Je reprends mon souffle et la toise quelque peu gêné moi aussi

'' Attends . l'intimais je . T'es peut être un peu pressée et je sais que tu t'attendais sûrement pas a ce que je te rattrape ici maintenant , a vrai dire j'ai pas vraiment l'habitude de faire ça non plus . Mais je tenais  vraiment a te dire . Je … je suis désolé  .    Je m'interromps quelques secondes qui me parurent interminables . Je n'étais pas particulièrement bavard mais je n'aimais pas ce genre de silence .

'' J'ai eu une journée un peu difficile , je pense que tu peux le comprendre . Mais ça ne m'autorisais en  rien de t'avoir traité de la sorte , a me barrer comme un voleur avec un air super blasé   . Je peux aisément concevoir que ça porte a confusion  ; assez pour t'avoir foutu dans l'embarras ...   Alors voilà je suis désolé  , je suis carrément stupide des fois . je m'interromps lui adressant un coup d'oeil  C'est pourtant pas mon genre de me la jouer a la Mariah Carrey  . Lâchais je avec un pouffement de rire nerveux  adressant dans la foulée  un sourire sincère a la jeune femme

Je la toise , je remarque a son air qu'elle sourie  . je me surprends a l'admirer quelques instants , c'est  bien mon genre de m'émerveiller sur ce genre de détails futiles mais en même temps je trouve que ça la rend d'autant plus agréable a regarder

Je lançe un regard a l'horizon soudainement gêné par notre échange .   Quelques rires me parviennent , je distingue des groupes d'individus qui a leur démarche , ont déjà l'air quelques peu emméchés.  J'ai l'habitude des énergumènes de ce genre , des camés , je suis pas un toxico mais je suis assez bien placé pour connaître leur motivation a ce genre de comportements , c'est pas bien méchant .  Rien ne sert de faire des amalgames mais c'est plutôt ce qu'ils peuvent être amenés a faire dans cet état qui m'effraie .... On va dire que vu la carrure relativement fluette de la jeune femme qui se tient face a moi je me doute qu'elle puisse être vraiment en état de se défendre si l'un d'eux venaient a vouloir s'amuser un peu . C'est peut être une inquiétude infondée et étrange , surtout a l'intention d'une jeune femme que je connais pas , c'est vrai j'aurais pu me montrer égoïste comme tous ses types qui dégainent leurs téléphones au lieu d'appeler les urgences , opération qui prenait a tout péter 2 minutes de temps dans une vie , visiblement trop pour ces gens . Mais je suis d'humeur héroïque et puis je sais pas ,  on m'a appris a faire preuve d'altruisme dans la vie surtout que j'ai envie de la revoir , si possible en bon état  . Allez quoi , de toute évidence quelques instants passés en sa présence ne vont pas me tuer . Je serais probablement amener a devoir faire un détour jusqu'à chez moi mais je me débrouillerais .  Je reporte mon attention sur elle , qui n'a pas bougée

'' Ca va sûrement te paraître totalement incongru comme proposition mais vu que je suis décidé a me faire pardonner et  qu'il n'est pas vraiment recommandable de se balader a cette heure tardive dans ce genre d'endroits , je me vois dans l'obligation de te proposer ma compagnie pour te raccompagner . Déclarais je en esquissant un sourire malicieux .  Je me demande de ce qu'elle doit penser , probablement que je la drague ou que j'ai une idée derrière la tête , pourtant pour une des rares fois de ma vie je n'ai aucune arrière pensée . Bien que ça ne m'aurait pas déplut de passer ma soirée avec elle … je me reprend,  c'est  certainement pas le moment de me laisser avoir par ce genre de pensées .


'' Je te promets que si tu accepte de supporter ma compagnie le temps de ce trajet  je t'offrirais cet autographe ou cette photo pour laquelle tu  dois surement être  venue . [/color]  J'insinue ,  essayant de me faire des plus convaincant .

'' Ca sera en tout bien tout honneur évidemment je t'autorise a te munir d'un spray au poivre si ça peut te rassurer . C'est vrai après tout on se connaît pas
. Je précise amusé .     Je lui adresse un haussement de sourcil intéressé ,  une lueur de défi dans le regard . Je suis curieux d'entendre ce qu'elle va me répliquer même si dans tout les ça ma proposition est non négociable  ...



[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov 2017 - 19:17
Dolce Martin
Citoyens
avatar
Messages : 9
Mon age : 19 ans
Mon Job : Etudiante en Philosophie
état Civil : Celibataire
Mon Adresse : North Side
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 19


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:

Dolce & Ivan.
 

Risibles amours




S
on sourire … Un instant, le souffle de la jeune brune mourut dans sa gorge alors que son petit cœur désordonné ratait un battement. Ses maigres confidences étaient à n’en point douter la source de ce sourire. Ainsi étirées, ses lèvres creusaient de petites fossettes contre ses joues.  Il était beau. Et un instant, la brune ne s’inquiéta pas de sa réponse tant ses yeux se perdaient à leur contemplation. Et puis, qu’allait-il lui dire ? La remercier de son soutien ? La belle affaire. Elle l’appréciait comme nombre de personne ici. Comme beaucoup d’autres filles également. Car elle n’était pas sans ignorer l’intérêt certain qu’il engendrait chez la gente féminine. L’intérêt qu’il suscitait chez elle également. Sa mère d’ailleurs souvent se moquait de cette admiration naïve qu’elle lui vouait. « Je sors ! » Annonçait la jeune femme, apprêtée, les joues poudrées, les lèvres rouges. Et toujours, sa mère lui répondait, un sourire amusé chatouillant malicieusement ses lèvres : « Tu sors voir ton Jules ? Comment s’appelle-t-il déjà ? Ivan ? » Et jamais la petite brune ne trouvait à surenchérir, se contentant de dissimuler sous sa chevelure bouclées la rougeur qui doucement, caressait ses joues. Son Jules ! Quelle idée ! Elle lui avait pourtant longuement conté sa situation. Ivan était un jeune rappeur qu’elle appréciait bien. Pour ses textes, évidemment, et qui n’était pas déplaisant au regard. C’était tout ! Alors pourquoi sa mère s’entêtait-elle à penser, pour une raison obscure, qu’il puisse un jour se passer … Elle reposa ses orbes sombres sur les yeux bruns du garçon. Se passer quelque chose ? Haaaa, et voilà. Ses joues la brûlaient. Elle était persuadée qu’elle s’était tintée de rose. Quelle idiote. Elle pinça ses lèvres, cherchant du regard un endroit commode ou poser ses yeux. Mais rien ne contentait son regard comme les lèvres fines, finement étirées du jeune homme.

Sa voix … Posée, quoi qu’un peu fatiguée par sa prestation récente. Séduisante. Plus douce qu’elle ne l’était lorsqu’il s’adressait à une foule agitée. Pourquoi l’idolâtrait-elle autant ? Il était fort beau. Certes. Elle ne pouvait contenir ses oeillades appuyées, ses yeux qu’elle perdait dans les siens, sur ses lèvres qu’elle fixait avec trop d’assiduité … Pourquoi cela paraîtrait superficiel ? Non. Non, c’était une bonne chose, qu’il s’intéresse aux personnes qui l’ont mené jusque là. C’était une bonne chose qu’il leur cède une part si importante de ses réussites. Et puis, sans mentir. La jeune femme ne pouvait contenir ce petit sentiment d’orgueil qui la saisissait. Après tout, elle le suivait depuis quelques années déjà, c’était une fervente supportrice, fidèle.

Elle allait lui répondre, ses lèvres se séparèrent sensiblement pour lui assurer que non. Non. Il n’était pas pédant. Qu’il était loin de cela. Qu’il lui paraissait humble et proche de la réalité. Et sans doute était-ce pour cela qu’elle l’appréciait autant, qu’elle lui accordait son admiration. Qu’elle le supportait depuis longtemps, qu’elle le cernait un minimum pour être certaine que rien de ce qu’il pourrait affirmer ne le confondrait avec une personne imbue. Que … Mais elle fut coupée. Il la devança avant même que le moindre son ne perce ses lèvres légèrement maquillées. « Je suis attendu quelque part ... » Oui. Évidemment. Quelle idiote ! Elle le savait pourtant qu’elle le chagrinerait plus qu’autre chose. Mais quoi ! Il devait avoir nombre de choses à faire, de personnes à visiter ou que savait-elle encore ?! Et elle qui le retenait. A dire vrai. Elle se sentait vraiment bête, intrusive … Elle s’imposait ainsi à lui alors que le pauvre avait terminé sa petite séance d’autographes d’après représentation. Il ne devait aspirer qu’au calme. Elle se sent … Quoi ? Un petit peu honteuse. Ridicule. Oui ! Voilà qu’elle mettait le doigt sur ce petit ressenti qui venait l’étreindre progressivement : la honte. Imaginons. L’artiste qu’elle admirait la congédiait parce qu’elle se permettait de venir l’enquiquiner après une représentation probablement fatigante. Elle ne dit rien. Ne pensa pas même à se circuler lorsque le garçon la dépasse, la bousculant légèrement. Quelle idiote ! Elle en aurait pleuré si elle n’avait pas craint qu’on la dévisage. Bon. Et bien rentrons. Elle n’avait pas envie de poursuivre sa soirée. Elle voulait simplement retrouver sa voiture garée à quelques rues de la boite, s’y enfermer, et pleurer comme une collégienne recalée par son crush. Ce qui en soit représentait assez bien sa situation actuelle. Elle lança un regard alentour, tentant de faire fi des sourires moqueurs qu’elle lisait sur certains visages. Ouais. Elle s’était vraiment faite ridiculisée. La mine basse, elle se fraya une avancée jusqu’aux larges portes de l’établissement. Elle voulait partir, rentrer chez elle et s’enfouir sous trois épaisseurs de couvertures pour ne reparaître qu’au lendemain, lorsque sa petite peine sera pansée. L’air frais est agréable. Elle chasse momentanément cette boite de nuit, son artiste adoré qui lui refuse un autographe qu’elle ne désirait même pas. Non. Elle voulait simplement lui confier ses sentiments vis à vis de son travail, de son talent. Lui confier à quel point elle appréciait sa musique et admirait sa plume. Elle voulait simplement lui offrir un peu de bonté sans quémander la moindre chose en échange. Elle désirait simplement … Enfin … Bref. Elle ne le chagrinerait plus. Sa journée était vraiment merdique ! Et elle se permettait de le penser. Merdique ! A chier ! Une journée … De merde. Ok, elle ne trouvait aucun synonyme adéquat. D’abord, elle se retrouvait à se lever à pas d’heure pour emener sa mère à la mairie, elle révisait dans sa petite voiture étroite, pour ensuite regagner son université deux heures plus tard, se faire ridiculiser par son professeur lors d’un oral qu’elle avait assumé face à une classe entière. Et maintenant … Maintenant l’artiste qu’elle appréciait fort bien la chassait misérablement. La bousculant au passage comme si elle n’avait été rien de plus qu’un petit animal indésirable ! Non, c’était une mauvaise journée. Elle chassa rageusement les petites perles salés qui brillaient au coin de ses yeux. Putain de journée ! Un commentaire est lancé au loin. Il se fait tard, les premiers gars éméchés sortent de leur terrier. Hors de question que l’un d’eux ne vienne la titiller ! Elle se montrerait bien moins conciliante. Non mais sérieusement. C’était une vilaine journée ! Elle pressait le pas, enserrant sa poitrine de ses bras grelottant. C’est qu’il faisait froid dehors, et que son seul désagrément ne parvenait même pas à chasser les bourrasques fraîches qui lui glaçait les os. Mauvaise journ… Oh …

Elle s’arrête de penser. Immédiatement. Ses yeux sombre s’arrondissent de surprise alors qu’elle les pose sur le garçon visiblement essoufflé qui se présente à elle. Ivan. Elle fronce ses fins sourcils, incertaine de comprendre cette soudaine apparition. Qu’allait-il lui dire ? L’avait-elle à ce point déranger ? Non. Non, elle n’avait guère envie de revivre une nouvelle ridiculisation. Pourtant, il semblait avoir fait l’effort de la rejoindre. Pour une raison que la petite brune ignorait encore. Ses lèvres s’entrouvrirent sur un un oh silencieux. Ainsi s’était-il épuisé pour lui présenter ses excuses ? Comme s’il y avait la moindre chance pour qu’elle ne lui tienne rigueur de son comportement. Elle se doutait bien que le garçon n’était pas un mauvais gars. Elle en était certaine même. Non. Elle avait été un tout petit peu … Un petit peu triste, à dire vrai. Mais à aucun moment elle ne s’était figurée devoir lui pardonner quoi que ce soit.

« Ne t’inquiète pas. Je ne t’en veux pas. C’était bête de ma part de t’embêter après ta scène. » Répondit-elle simplement. Elle aussi avait eu une vilaine journée, elle pouvait décemment comprendre ses agacements. Elle était touchée, au-delà des mots de cette petite attention. Ivan était quelqu’un de bien, un vrai gentil. Elle ne s’était pas trompée à son sujet.

Elle esquissa un fin sourire. Satisfaite et … Plus que cela. Une petite chaleur au coeur la poussa à lui sourire doucement. Il ne semblait guère à l’aise avec les excuses, la brune en fut d’autant plus touchée. Et puis, lui parler était toujours un plaisir. Oh. Il était tellement … Agréable. Encore une fois, elle se perdit à l’observer. Elle profitait de cette proximité pour le détailler sans qu’il ne lui fusse possible de le dissimuler. Oh. Ses cheveux, il les avait détaché. Il fallut qu’elle se fasse violence pour ne pas y glisser ses petits doigts fins. Bon. D’accord. C’était établit. Dolce était une véritable groupie qui ne considérait pas justement l’artiste véritablement doué qui se présentait à elle. Mais ce sourire ! Elle l’aurait volontiers étouffé sous ses lèvres. Rah ! Il avait l’air si serein lui, et elle bouillonnait de le voir si près. Des rires au loin semble l’interpeller. Mais elle s’en moque. Elle continue de l’observer. Elle ne remarque qu’alors les cernes qui soulignent ses yeux sombres. Il est fatigué, à n’en point douter. Il ne la regarde plus, son regard se perd dans un vague lointain. Un instant, la brune s’interroge. Il tente probablement de trouver un moyen plus courtois de s’échapper. Qu’il le fasse. Elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Elle l’estimait déjà bien assez de s’être excusé. Elle qui ne lui en voulait même pas.

Quoi ? La … La raccompagner ? Ah oui. Ca lui paraissait incongrue. Loin d’être désagréable néanmoins. Il s’intéressait à elle ? Non. Il cherchait un moyen commode de se faire pardonner. Mais elle ne lui en voulait aucunement ! Son sourire s’élargit, car il ne pouvait faire autrement face à la perspective de passer un peu de temps en sa compagnie. Juste elle. Et lui. Han. Hé bien il semblerait que ses aspirations se réalisent finalement. Elle allait acquiescé lorsqu’elle se rappela qu’elle était venue en voiture … Oh … Non. Elle allait décliner son offre ? Non. Non. Elle devait trouver un moyen de … De poursuivre cet échange. Elle tardait à répondre, mais le jeune homme la devança.

« Mais je ne suis pas venue pour ça ! »
S’insurgea-t-elle machinalement, sans même pouvoir contenir cette maigre exaspération. Mince, elle ne voulait pas lui répondre ainsi. Elle pinça ses lèvres, gênée ? Non. Étrangement, elle ne l’était aucunement. Un rire léger, sincère et non contrit perça enfin ses lèvres. « Je voulais juste te dire à quel point je t’appréciais. Je n’attendais rien de toi. » Expliqua-t-elle, doucement, enfouissant ses mains froides dans les poches de son short. Un rire, plus sincère cette fois secoua doucement ses frêles épaules à la dernière intervention du garçon. Un spray au poivre ? « Si tu me raccompagnes jusqu’à ma voiture je te promets de ne pas m’en servir. » Lança-t-elle alors qu’elle s’avançait doucement dans la rue. Elle était … Quoi ? Stressée ? Son petit corps tout entier était secoua par de maigres soubresauts. De froid bien sûr, mais d’excitation également. Elle se trouvait à ce moment même en présence de son petit coup de coeur. De l’artiste qu’elle appréciait et suivait depuis désormais quelques années. Elle lui jetait quelques œillades dérobées. Il lui avait emboîtée le pas.

Il s’enfoncèrent dans une rue dérobée, derrière la boite de nuit, là où les lumières n’éclairent que faiblement le trottoir. Pourquoi avait-elle garée sa voiture si loin ? Elle connaissait pourtant ces coins et savait qu’il n’était guère recommandée de s’y perdre seule. Oh, elle n’était pas seule. Elle lança un regard au garçon, il l’observait. Elle ne put réprimer un léger sourire, mais demeura silencieuse. Des voix. Elles se rapprochaient. Des hommes, à n’en pas douter. Un petit peu éméché. Complètement éméchés ! Elle les entendait s’exclamer au loin. Ils les avaient entraperçus visiblement puisqu’ils s’approchaient d’eux, des exclamations plein la bouche. Oh non. Mais pourquoi elle ne pouvait pas seulement profiter d’un petit bout de soirée. Elle chercha du regard la présence du garçon à ses côtés. Ses sourcils se froncèrent doucement.

« Hé ma jolie !  Un peu d’temps à nous accorder ?» Lança le premier, titubant jusqu’à elle, faisait fi de la présence d’Ivan à ses côtés. Le second ne surenchérit pas, mais s’approcha d’un peu trop près, enroulant ses doigts moite autour de son bras, sans doute pour la convaincre de céder à ce qu’ils imaginaient  être une proposition agréable.

« Hé me touche pas toi ! » S’emporta doucement la jeune femme qui se dégageait relativement aisément de la poigne importune. Mais elle remarqua à la mine contrarié de l’inconnu que le geste ne lui convenait guère. Elle chercha du regard Ivan. Oh, elle n’attendait pas qu’il prenne sa défense. Mais au moins constituerait-il un petit soutient ? Elle était toujours effrayée de ces comportement trop … Explicites ? Intrusifs ? Et cette rue qui se jetait à perte de vue … Comment allait-elle se dégager de cette situation ?





Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov 2017 - 21:54
Ivan Samaras
Mafia & associés
avatar
Messages : 26
Mon age : 25 ans
Mon Job : rappeur amateur / associé de la mafia
état Civil : célibataire
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 25


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:

   
Ivan & Dolce

Let me touch you


Il se sent un peu grotesque de s'être donné tant de mal , relativement parlant évidemment il avait pas fait grand chose dans les faits mais c'était déjà un effort de sa part . Il entendait des tréfonds de son esprit la voix parfaitement clair de ses potes , moqueurs , le traiter de canard .  Mais il était allé trop loin pour la lâcher maintenant et puis il ne pouvait décemment pas la laisser partir seule dans la nuit noire . Elle était une grande fille , sûrement aisément capable de se débrouiller seule mais on ne savait jamais sur quoi on pouvait tomber . Il  y avait aussi  autre chose … Il avait un peu de mal a se l'avouer mais il était clair que la compagnie de la jeune femme ne lui était pas désagréable . Quelque chose d'étrange flottait dans l'air entre eux il ignorait si c'était de l'attirance ou simplement l'aura positif de la jeune femme qui se tenait près de lui . Il avait facilement décelé ses petits regards plus ou moins discrets qu'elle lui adressait a mi chemin entre la curiosité et l'admiration  Ca le laissait un peu pantois , il n'était pas né de la dernière pluie , il se connaissait un certain succès avec la gente féminine surtout depuis qu'il s'était constitué une petite célébrité  mais il ne comprendrait définitivement jamais l'admiration qu'on pouvait nourrir sur quelqu'un d'aussi banal que lui .   Il avait connut beaucoup de gens ayant pu lui donner une source d'inspiration mais jamais il ne se rappela avoir '' idolatré '' personne bien qu'il  était tout a fait humain de ressentir le besoin de s'identifier a quelqu'un  de même qu'il était désormais bien placé pour savoir que certaines attirances inconscientes étaient hors de contrôle .  il sort brusquement de ses pensées alors qu'il voit les lèvres de la jeune femme,  attirantes , esquisser des mots , une phrase ..  Son cerveau fatigué et légèrement éméché mettait un peu de temps a réagir


'' - Ne t'inquiète pas je ne t'en veux pas . C'était bête de ma part de t'embêter après ta scène
'' l'entend t'il dire d'une voix douce ,  ou il percevait une légère mélancolie sous- jacente  .   C'est vrai qu'en y faisant un peu plus attention , il pouvait voir une once de tristesse , une lueur briller dans ses yeux . Il se demandait comment ce détail avait il bien pu lui échapper . Il se sentit gagner par une vague de culpabilité . C'était tout lui ça , agir impulsivement sans se soucier des conséquences , de l'impacte que pouvait avoir ses paroles sur les autres . Il avait déjà fait pleuré bien des femmes , sa mère compris , fait dont il n'était pas fière et il ne voulait pas compter la jolie jeune femme comme une  nouvelle victime potentielle de son égoïsme .  Elle était pure , innocente même si il devinait en la regardant qu'elle ne vivait pas la vie de château . Il était assez aisé pour lui de distinguer les cicatrices silencieuses , transparentes qui marquées la peau des individus , en étant lui même recouvert , et au sens propre , il s'était adonné a des pratiques obscures dans l'espoir d'évacuer cette douleur lancinante qui s'accumulait en lui . Mais rien n'y avait fait , il avait finit par flairer le danger et il avait eu cette chance de pouvoir s'arrêter , seul ses traces lui rappelant cette sombre époque .  Il chassa ses pensées aussi vites qu'elles survinrent , il s'était encore laissé happé , ça lui arrivait plus souvent ces derniers temps . Il devait avoir cet air lointain comme en transe , l'espace de quelques infimes instants qui  lui paraissaient comme  une éternité . Et a la manière dont elle le détallait en silence ça n'avait pas du lui échapper …  La vue de la jeune femme qui esquissa un sourire discret , qu'il jurait  sincère lui remit un peu de baume au cœur .  Il était satisfait par la  pensée qu'il avait pu égayer un peu sa journée , de par sa seule présence .  Il la voit le contempler , la laissant  faire sans mot dire  . Il la vit s'attarder un peu plus  sur ses traits fatigués et les cernes entourant ses yeux . Il se demandait bien par curiosité , a quoi elle pouvait attribuer cet épuisement , peut être a une nuit agitée , chose auquel il n'était pas étranger même si il n'avait plus eu ce plaisir depuis plus d'une semaine , une éternité presque …

Il réalisa la nature de ce qu'allait  impliquer  sa proposition  ,il allait être amené  a passer un petit bout de chemin seul en sa compagnie . Et il se trouvait bien plus gêné qu'elle n'aurait pu l'imaginer a l'évocation de cette pensée .    Bientôt il en vint a lui proposer , dans une optique de bonté soudaine  ,  un autographe . .      Elle répondit a cela , spontanément , une pointe d'énervement transparaissant , la jeune femme la mine pincée , presque offusquée .   Il rigolait un peu  intérieurement surtout en remarquant un air gêné prendre place sur son visage . Puis il l'entendit rire ,  un son cristallin qui résonnait agréablement a ses oreilles

- '' Je voulais juste te dire a quel point je t'appréciais . Je n'attendais rien de toi  '' Expliqua t'elle , exprimant d'autant plus , son naturel , sans une once d'hypocrisie .  Et ce même son qu'il appréciait tant parvient jusqu'à ses oreilles a nouveau , le poussant de manière contagieuse a rire a son tour  .

'' Un spray au poivre ?  Si tu me raccompagne jusqu'à ma voiture je promets de ne pas m'en servir '' répliqua t'elle  sur le même ton malicieux  . Il appréciait bien ce trait de personnalité nouveau , qu'il percevait chez la jeune femme .   Il lui servit son air joueur caractéristique avant d'acquieser a sa requête , se mettant avancer a quelques mètres a peine d'elle , se calant sur sa cadence de marche   , comme s'il tentait de dissuader quiconque de s'approcher un peu trop près de la jeune femme .

Surtout que les rires presque hystériques qui lui parvenait de derrière avait le don de le mettre un peu mal a l'aise , crispant quelque peu ses muscles alors qu'il observa une réaction similaire de la part de la jeune femme , qu'il attribuait peu être a quelque chose d'autre , le froid peut être ou la nervosité que lui infligeait sa présence ..  Ils se tenaient a une distance proche mais respectable , l'un de l'autre . Il sentait parfois son regard se poser sur lui , répondant de la même manière sans même qu'il n'en soit réellement conscient , leurs regards se croisant l'espace d'un instant , lui donnant l'impression surréaliste de l'existence d'une sorte de connexion entre eux , invisible mais bien palpable .  Il était serein en sa présence ,  il allait prendre la parole pour détendre un peu plus l'atmosphère quand des voix comme des échos lointains vinrent rompre le silence . Il lança un coup d'oeil alerte derrière lui , étant tenté d'intimer a la jeune femme d'accélérer le pas bien qu'il ne voulut pas l'alerter tout de suite , pas la peine de la mettre dans un état de stress pour rien , c'était peut être juste des types chez qui l'alcool rendait un peu trop avenant .  Sauf que bientôt tout en continuant leur chemin comme si de rien n'était , ayant malgré tout accéléré légèrement le pas , il sentit la présence des deux énergumènes , qui commençait doucement mais sérieusement a lui taper sur le système .  Ses sens se mirent dans une sorte d'état d'alerte en voyant les deux hommes se rapprocher , détournant leur attention sur la jeune femme . Elle était jolie , c'était certain que ça n'aurait pas manqué d'attirer leur curiosité bien que c'était carrément osé d'y aller quand même malgré sa présence . Peut être ne l'avaient ils pas remarqué ou c'était de la provocation pur et dur , quoi qu'il en soit ça ne lui plaisait guère ...  Il était curieux de savoir comment elle allait réagir mais en même temps , prêt a réagir dès que la situation le prêterait , son cerveau donnant l'impulsion a son corps crispé comme un coureur sur la ligne de départ

'' Hé ma jolie un peu de temps a nous accorder? Lança le premier , pas très baraque mais assez grand , plus qu'Ivan d'environ 5 bons centimètres , au moins ,  assez pour impressionner une jeune femme acculée .  Il titubait , pas vraiment capable de marcher droit et l'idée qu'il avait pu  paraître de cette manière , l'emplissait de honte  . Le second ne dit rien mais se rapprocha encore plus  ,  dépassant l'autre qui était déjà de son avis suffisamment prêt pour le faire tiquer . Comme si cela ne suffisait pas , le voila qui resserra ses doigts de sa main moite autour du poignet de la jeune dans un mouvement maladroit mais dominateur . Bon la ca y est , ils avaient réussit a le foutre en rogne , si il ne se contrôlait pas il n'était pas certain que ça n'aurait pas dégénéré en bain de sang ...  Bien que dans un état second il se demandait bien comment ce genre de comportement  pouvait leur paraître  même une seconde comme une proposition agréable . Même complètement déchiré si il voulait satisfaire ses besoins primitifs d'individu masculin et bien il partait a la chasse , a la recherche d'une jeune femme dans la même optique de fin de soirée . Ce genre de truc ça ne lui était jamais passé par l'esprit et il ne l'avait jamais toléré de la part de ses potes , aussi proche soit il d'eux .  

'' He ne me touche pas toi'' répliqua la jeune femme d'un ton sévère , laissant le jeune  homme un peu surpris . Elle dégagea sans trop de mal son bras de la poigne du crétin , probablement déjà bien agacée par sa journée . Il la toisa avec un brin de fierté , satisfait face a la perceptive qu'elle avait  recalée  d'elle même comme une grande  le lourd qui lui faisait face . Mais il n'oubliait pas que ce genre de situation pouvait dégénérer a tout instant ,  confirmation qu'il eut en saisissant l'air pas franchement satisfait qui se dessina sur le visage du type ,  sa fierté en ayant pris un coup .  L'issue de la situation lui était désormais parfaitement claire , avec un peu de chance il pouvait toujours espérer s'en tirer sans trop d'accrocs mais il était prêt si besoin est , a foutre son poing dans la tronche de ce type , et son copain si plus est  . Il n'en demandait rien mais avec un peu de chance la jeune femme sortirait son naturel de tigresse pour se joindre a  lui et décocher un coup de pied bien sentit entre les jambes d'une de ses ordures .  Il la vit détourner le regard vers la rue sombre qui semblait s'étendre a perte de vue , inquiète  et il ressentit  le besoin soudain de la rassurer . De même qu'une certaine vexation , elle ne pensait quand même pas qu'il allait la laisser en plan ?  Sans plus réfléchir il recula faisant mine de débarquer de nulle part avant d'interpeller la jeune femme se rapprochant d'elle , sa main dans son dos en un geste qui se voulait rassurant
'' Hey  Il se passe quoi la ? ''   Il  lâche sévèrement  , accentuant volontairement le ton grave de ma voix , bien qu'il sentit au fond de lui   une grosse part de nervosité qui n'avait rien de feinte  . il  lâcha la jeune femme pour s'approcher  de manière un peu menaçante , se voulant dissuasif  vis a vis des deux types  , soutenant leur regard .

Les deux hommes se regardèrent échangeant un regard complice  avant de reporter leur attention sur Ivan qui les toisait avec attention
L'un s'approcha comme il l'avais imaginé , respectant une distance réglementaire bien que son attitude était évidemment destinée a le défier . Malgré tout il ne rentra pas dans le  jeu s'en tenant a sa position .

L'autre se racla la gorge avant de prendre la parole brisant le silence pesant qui faisait ressentir le malaise palpable de la situation

''C'est ta meuf'' ? Demande t'il , son regard passant d'elle a Ivan .

Il réponds a l'affirmative  joignant le geste a la parole . En moins de temps qu'il ne lui en faut pour réellement réfléchir a ce qu'il fait ,il se colla contre elle , son bras autour de sa taille dans un geste protecteur . Ajoutant même un baiser sur son front sous les ricanements légèrement moqueurs des deux types , il passait pour un canard mais au moins s'il n'était pas suffisamment convaincant comme ça il ne savait plus quoi faire ...

'' Désolé gros on savait pas''  . Dit il en saisissant son partenaire par le bras ,  ce dernier tentant de se dégager vainement , histoire de calmer le jeu en l'intimant gentillement de se reculer


 Il lui adresse un sourire faussement sincère

'' Y a pas de blem .  vous pouviez pas savoir''.  réplique t'il  d'une manière beaucoup plus calme même si sa voix tremblait légèrement sur les bords  trahissant son énervement grandissant   

'' On voulez juste s'amuser un peu '' Précise t'il , un sourire carnassier étirant son  visage , lui conférant cet air de prédateur , qui étais familier a Ivan , pour l'avoir  déjà vu sur son propre visage dans le reflet du miroir


'' Je connais les bails  , y a pas de mal a ça'' [/i].  Il  s'interrompt  prenant le temps de réguler sa respiration , un peu trop saccadée a son goût .'' La prochaine fois  évitez juste de chasser sur mon territoire ''  Leur conseille t'il sans se  départir , un peu difficilement , de son air qui se voulait amusé . Allez en boîte pour ça , ça manque pas de go qui demandent qu'a s'amuser .   Il  lâche en riant

Le type s'approche , provoquant en chaîne une série de réactions en lui , son corps se crispant sous le coup de sa  nervosité sans qu'il ne le contrôle réellement  ,  finissant tout simplement par lui  tendre  sa main qu'il checka en signe amical  .  

Quelques secondes de silence passèrent avant que les deux gars  ne se décide raisonnablement  a se reculer 

'' T'a bon goût . Profite Ivan ''.  Se moque t'il en détaillant brièvement , quelques secondes qui parurent  interminables  au garçon , la  jeune femme  avant de filer  avec son acolyte  s'engouffrant dans la nuit noire aussi rapidement qu'ils  avait déboulés


Il attendit  qu'ils s'éloignent avant d'enfin oser relâcher la pression , son corps se décrispant d'un coup ,  laissant  de sa bouche s'échapper un soupir de soulagement  . Il détourna rapidement son attention  vers la jeune femme toujours nichée contre lui  , esquissant  un mouvement de recul , plus pour ne pas la mettre dans le malaise qu'autre chose .  Il serait mentir de dire qu'il ne nourrissait pas de l'inquiétude a son attention . Elle n'avait rien heureusement  mais il avait cru la sentir trembler contre lui , rien  d'anormal en vu de la situation mais ça avait eu le don de lui foutre les nerfs , a l'intention de ceux responsables de cet état .  Et puis merde il y avait aussi que l'incident aurait pu prendre une tournure nettement plus dramatique s'il n'avais pas été présent et il y avait ces crétins qui l'avait appelé par son nom révélant une certaine familiarité entre eux qu'il aurait bien caché a la jeune femme , quelque peu honteux d'être affilié a ce genre d'individus , pas foncièrement méchant juste débiles au possible  .

Il se remémora la scène , bien qu'il n'avait pas la prétention de se voir a la manière d'un héros  , une once de fierté a l'idée qu'il avait de par sa seule présence réussit a dissuader les deux gaillards se faisant malgré tout sentir .



Il pris quelques instants pour s'allumer une cigarette , en proposant une au passage a la jeune femme qui lui répondis sans trop de surprise a la négative . IIl se posa avant de lentement se remettre en marche , l'incitant d'un geste a s'approcher plus près de lui  . il prenais le risque de la gêner mais il ne pouvais réprimer ses instincts protecteurs ., posant sa main sur son dos en guise de maigre signe de réconfort .  Il lui adressa  un coup d'oeil curieux

- '  Tu va bien ? demande t'il réellement soucieux de son état  .  Il s'interrompt un instant  . Tu t'es pas laissée démonter tu sais , j'ai étais épaté  . Moi c'est pas la première fois que je vois ça , j'aurais été paré a frapper , heureusement je n'ai pas eu a le faire  '' déclare t'il .  Entre son coup de nerf précédant et sa déclaration , il avait un peu peur de l'effrayer de par son naturel un brin impulsif . Il se donnait du mal pour se contenir , d'autant qu'il ne voulait pas lui laisser cette impression mais au fond de lui l'idée de les tabasser ne lui aurait pas déplut , action qui aurait au moins eu le mérite de le détendre un peu après cette accumulation d'adrénaline
Code by Fremione.

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov 2017 - 21:15
Dolce Martin
Citoyens
avatar
Messages : 9
Mon age : 19 ans
Mon Job : Etudiante en Philosophie
état Civil : Celibataire
Mon Adresse : North Side
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 19


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:

Dolce & Ivan.
 

Risibles amours




S
érieusement, comme si sa journée ne l’avait pas suffisamment fatiguée, comme si la honte et le chagrin ne suffisait pas à troubler son petit coeur chafouin. Non, il fallait ajouter à cela l’apparition soudaine de deux joyeux lurons, deux petits gars bien éméchés. Oh, et il était nécessaire qu’il les importunes, sans quoi les jouissances n’auraient pas été à leur comble ! A dire vrai, Dolce était davantage agacée qu’effrayée. Elle se doutait bien qu’au cas échéant, Ivan prendrait sa défense. Non pas qu’elle attende quoique ce soit de sa présence. Non. Mais ce n’était guère plus qu’un peu de bon sens, il n’allait pas la laisser aux mains de ses importuns. Et cette odeur, c’est effluve âcre de fond de bouteille qui la saisissait à chaque fois que l’un ou que l’autre se balançait trop près d’elle … Quoi ? Pourquoi il la toisait ainsi ? Il avait pas de quoi faire le malin sérieusement. Il était courroucé de son refus ? Et quoi ? Qu’escomptait-il ? Qu’elle lui tombe dans les bras ? Sérieusement ! Ajoutons à cela un faciès franchement désagréable et une haleine à faire tomber un cheval et c’était un rect assuré ! Un recalage assumé et immédiat ! Mais ce serait biaisé la vérité si l’on assurait que la petite brune ne nourrissait pas une légère crainte. Disons un crainte mitigée. Elle n’avait pas envie d’être brutalisée, par plus qu’elle ne désirait déclencher une hypothétique altercation entre Ivan et ces deux gars. C’est vrai quoi, cette option ne lui paraissait pas non plus totalement dénué de sens. Elle allait tout bonnement s’éloigner, poursuivre son bout de chemin. Bon, elle se doutait bien que les deux zigotos ne lui lâcheraient pas la grappe, mais au moins aurait-elle eu le mérite de ne pas les provoquer. Mais une légère pression lui fit pivoter la tête. Ivan s’était avancé et avait déposé sa main contre son dos. Elle tenta, vainement probablement, de camoufler la rougeur sur ses joues et de la chasser la soudaine rigidité qui raidissait son dos. Trop. C’était bien trop de proximité pour la jeune femme. Déjà, elle rencontrait son petit coup de coeur artistique doublé de … Bah d’un coup de coeur sentimental … Son petit crush dirons-nous. Bon. Elle le rencontrait, après l’avoir congédié de manière plus ou moins respectueuse, le voilà qui lui file au train pour la retrouver, s’excuser et lui proposer sa compagnie. Et là, voilà qu’il posait une main rassurante dans son dos. Rassurante ? Hm. Il y avait quelque chose d’assez autoritaire dans ce chaste touché. Sans doute essayait-il d’intimider les deux gugus qui n’en parurent guères troublés. Un gars même sembla y trouver quelque amusement car il s’avança encore. Yeurk, ce qu’il puait l’alcool. Elle ne put réprimer une légèrement grimace qui fronça doucement son petit nez.

« C’est ta meuf ? » Lâcha l’un. Comment sa meuf ? Oh ce qu’elle pouvait détester ce qualificatif. C’était dégradant à souhait ! Elle avait l’impression d’être relégué à un petit bout  de viande exposé sur un étalage : premier arrivé, premier servi. Et tout s’arrêtait à une espèce de consommation rapide de chaire fraîche. M’enfin, au moins aurait-elle la satisfaction de connaître la réponse d’Ivan. Beh, que ce soit simulé ou non, l’idée même qu’un potentiel rapprochement puisse avoir lieu la contentait pleinement. Et même ces deux énergumènes ne lui semblèrent plus si détestables soudainement. Il avait confirmer. Il l’avait dit ! Il se faisait actuellement passer pour son petit ami. Dooonc, c’est comme s’ils étaient ensemble non ? Bon, c’était largement extrapolé mais là, dans ce court laps de temps et pour ces deux gars qu’ils ne connaissaient aucunement ni l’un ni l’autre, ils étaient ensembles. Bon, ok, elle avait largement tiqué sur le terme meuf, mais au final, elle se retrouvait contenter par cette situation. Chassant un instant sa timidité, elle se risqua même à blottir davantage son petit corps contre celui plus large d’Ivan. Hé beh quoi ? Elle se contentera d’accuser la peur si jamais le garçon s’en offusque plus tard. Sa surprise fut immense lorsqu’elle sentit le corps dans son dos chasser tout espace entre eux et se blottir contre elle. Un bras s’enroula autour de sa taille et la brune se calait toute entière contre Ivan. Et là .. Oh, il pouvait bien se passer n’importe quoi, la jeune femme s’en moquait bien. Son petit corps en tremblait presque d’excitation, et ce dans les sens les plus triviaux qu’on puisse attribuer à ce terme. Ce n’était que circonstanciel, elle le savait bien. Et jamais en d’autres lieu le jeune homme ne l’aurait serré ainsi contre lui. Mais cette proximité dépassait de loin toutes les hypothèses de scénarios possibles qui s’étaient présentés à elle lorsque les deux gars s’étaient soudainement détachés de la pénombre pour venir les enquiquiner. Ce n’est que lorsqu’elle sentit ses lèvres contre son front qu’elle s’autorisa à déposer ses petites mains sur celle déposée contre sa taille. Hm, quitte à pousser le vice il aurait pu simplement l’embrasser non ? Merde ! Elle s’en voulu presque aussitôt d’avoir pensé à cela ! Elle fut surprise de ne ressentir qu’une gène partielle, presque étouffée derrière une tonne de contentement. Elle laissait ses doigts courir doucement sur le dos de sa main, glissant sur ses phalanges pour rejoindre son poignet et recommencer ce petit manège, inlassablement. Et puis, Ivan était dans son dos, tendu, le regard probablement braqué sur les deux gars, c’est à peine s’il la remarquait. En tout cas c’est ce qu’elle conclut. D’ailleurs, elle-même ne pouvait pas assister à ses réactions ne ressentait que peu de gène à agir ainsi.

Les gars semblent se plier à l’aveu d’Ivan. Ils s’excusent … Au près d’Ivan. C’est toujours appréciable. C’est à elle qu’ils ont fait du tort hein. C’est sur elle qu’ils ont posé leurs sales coups d’oeil. Mais au moins l’atmosphère semblait-elle se détendre légèrement. «  Y pas de blem’ » Pour toi ouais … Pour elle … C’était différent hein. Et l’atteinte à sa fierté de femme hein ? On en parle ? Mais, engagé qu’elle était quotidiennement dans tout pleins de débats féministes, elle ne trouvait pas réellement la force de s’offusquer de la situation. Non, on corps était bien trop proche de celui d’Ivan. Plus que proche. Il était littéralement blottit contre le sien, et cela valait bien quelque désagréments. La voix d'Ivan semblait mal assurée. Enfin non … Ce n’était pas ça. Elle paraissait crispée. Etait-il énervé ? Pourtant la situation s’améliorait non ? Oh ! C’était elle qui l’embêtait avec ses caresses contre sa main ? Elle cessa immédiatement. Et voilà qu’une nouvelle fois, la honte tintait ses joues, et bizarrement, elle n’avait plus du tout envie de demeurer là, coincée entre ses bras. Elle s’était permis bien trop de familiarités et le jeune homme s’en était probablement agacé. Quelle idiote ! Encore !  Et … Wait. What ?! Il venait de dire quoi ce gros moche là ?! S’amuser un peu hein ? Elle allait lui latter les couilles, se serait vite fait ! S’amuser un peu. Non mais elle aurait tout entendu. On s’amuse avec un partenaire non consentant. Et encore, partenaire impliquait une acceptation mutuelle. Pff, quels crades ! Des ratés. Elle devrait leur briser les couilles maintenant avant qu’une autre fille, moins chanceuse ne croise leur route ! Ah bien. Parce qu’Ivan aussi avait aussi ce genre de plan chelou ? Bon, peu de chance que la fille soit non consentante. Mais … Quoi alors ? Elle demeurait un petit objet attrayant ? Amusant ? Ou peut-être était-ce simplement pour détendre l’atmosphère hein. Oui. Probablement, Ivan devait être quelqu’un de bien. Non ? Hm. « Evitez de chasser sur mon territoire » Hm. OK, bon ça, c’était pas cool non plus, femme objet tout ce que tu veux. Mais bordel, ce que c’était satisfaisant. Un brin excitant, admettons le. Mais très satisfaisant. Ah, au moins se souviendrait-elle de ses propos lorsque le jeune homme se séparerait d’elle agacé par ses familiarités. Un check et on s’en va. Ah. Bah d’accord.

« Gros chiens. » Pesta la jeune femme entre ses dents, doucement, sans même trop s’en apercevoir alors que les garçons s’avançaient plus avant dans la rue et disparaissait dans la nuit.

Une foule de sentiments la saisit. Premièrement, la gène et la honte causées par la proximité instaurée par Ivan, proximité qu’elle avait voulu pousser mais qu’il lui sembla être mal venue au vu de ce qu’elle pensa être de l’agacement chez Ivan. Et puis il y avait ce petit quelque chose de satisfaisant, ce bras encore enroula autour de sa taille, le baiser qu’elle avait reçu sur le front, ce corps contre le sien. Et enfin, l’énervement, la fatigue, l’éreintement ! Sale journée ! Sales rencontres. Elle en aurait pleuré de fatigue. Ivan se recula finalement, alors qu’un soupire de soulagement perça ses lèvres.

« Mais attends, tu les connais ? » Interrogea la jeune femme soudainement. Ils l’avaient appelé par son prénom. Pas son nom de scène, comme elle le ferait, elle ou n’importe qu’elle autre fan. Non. Par son prénom. Elle fronça ses fins sourcils, déposant ses orbes sombres sur le garçon qui reprenait machinalement sa marche. Elle lui emboîta rapidement le pas. Ils se connaissaient ? Ces sales types et lui ? Et puis ils semblaient lui vouer au moins un certain respect, pas véritablement comme des potes … C’était étrange cette affaire. Il s’alluma une cigarette, en proposant une  à la jeune femme. Elle déclina, elle ne fumait pas. Ca sentait mauvais et ça jaunissait les dents, pas de quoi l’intéresser. Une main contre son dos, il la rapprochait de lui. La menace était pourtant partie. Un regain de satisfaction la saisit, et, si ses joues se tintèrent de rouges et ses yeux se fixèrent au loin pour soigneusement éviter ceux du garçon, au moins fut-elle heureuse de ce petit intérêt que lui porta Ivan.

« Ca va. » Répondit-elle, trop vivement peut-être, trop souriante probablement. Mais cette proximité la rendait toute chose. Elle mordillait doucement sa lève, gênée à souhait. « Je n’ai rien fait moi, c’est toi qui a fait le mec et qui les a fait fuir. » Rit-elle doucement, la gêne la faisant légèrement buter sur les mots. C’était la meilleure diction qu’elle pouvait fournir, elle en était vaguement honteuse, mais la nuit les entourait. L’atmosphère était particulière et elle se sentait pousser quelque courage qu’elle aurait perdu le jour levant.  « T’as l’air un peu … Brusque. Je pensais pas en vrai. » Dit-elle. Comme dis précédemment, la nuit instaurait une proximité étrange qui désinhibait légèrement la petite brune. Mais c'est vrai. Ivan régissait assez brusquement, plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Silence. La jeune femme en profita pour combler davantage l’espace qui les séparait. Elle ne chercha même pas à se trouver une excuse. A vrai dire, elle était avide de ce bref contact qui avait blottit leur corps. Et le vide qu’avait imposé son recul était si incommodant qu’il en chassa presque sa réserve. Par moment, elle sentait sa main le frôler accidentellement, bercée par sa marche. Ils rejoignirent bientôt la voiture de la brune. Rapidement, trop rapidement au goût de Dolce qui prit de longue secondes à ouvrir sa portière. Elle s’appuya contre son petit véhicule pour finalement poser ses yeux sur le jeune homme.

« Tu veux que je te raccompagne quelque part ? Chez toi ou ailleurs hein … » Rit-elle, plus gênée qu’autre chose. « Tu sais, échange de service. Tu me défends, je te ramène chez toi. » Sourit-elle. Elle espérait qu’il accepterait. Vraiment. Elle espérait trouver davantage d’excuse pour demeurer à ses côtés. Encore un peu. Juste, un tout petit peu.









Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Nov 2017 - 3:45
Ivan Samaras
Mafia & associés
avatar
Messages : 26
Mon age : 25 ans
Mon Job : rappeur amateur / associé de la mafia
état Civil : célibataire
Date d'inscription : 29/10/2017
Age du Joueur : 25


Mon P'tit Carnet
Disponibilité de jeu:
Mes relations:

   
Ivan & Dolce

Let me touch you

Le jeune homme continua  a marcher , retirant a la manière qu'il l'avait fait quelques minutes avant , sa main pour ne pas la brusquer plus que nécessaire   . A vrai dire c'était un peu a contre cœur , il y prenait goût a cette proximité

- '' Mais attends tu les connais  '' ?  Entendit il de la bouche de la jeune femme , question qu'il tenta d'esquiver faisant mine de ne pas avoir entendu ,  trop concentré sur la tâche  '' compliquée '' d'allumer sa cigarette .   Il aurait pu prétendre le contraire mais c'est vrai que la manière dont ils l'avait interpellé révélait leur familiarité et ce de manière difficilement contestable même si il  avait clairement honte de pouvoir être assimilé d'une quelque façon a eux , du moins dans cet état .. . En temps normaux peut être qu'il n'en aurait eu que faire , peut être même aurait il apprécier d'être reconnu comme appartenant a leur milieu .  On lui avait appris a ne pas avoir honte de ce qu'on est  , d'ou l'on vient .  Mais la c'était différent , tous ses principes il avait  envie de les envoyer valser . La  simple perceptive de comment pouvait  le percevoir la jeune femme lui importait  plus que de rigueur , il était honteux a l'idée qu'il aurait pu la rencontrer  dans un état tout autre , dans des circonstances tout autre comme a certaines de ses sorties de soirées , ça lui laissait un acre goût de bile au fond de la gorge .
De toute façon il ne pouvait cacher longtemps , il pourrait toujours espérer parler tout en esquivant soigneusement  ce qui ferait tache .. D'autant qu'égoïstement il avait assez  d'orgueil pour se prêter a trouver le fait de son image idéalisée , agréable .  Il recouvrait curieusement ce sentiment d'être quelqu'un de bien  , chose qu'il avait perdu depuis un bon moment  et  pour rien au monde il ne souhaitait que cela change .

Puis sans qu'elle ne s'en rende véritablement compte elle lui fournit une esquive , répondant a sa question , action qui par la même occasion  eu pour effet de le ramener a l'instant présent  

'' Ca va  '' . Répondit elle vivement , souriante  .

Il la toisa l'espace d'un instant avec perplexité , il devait avouer qu'il s'était attendu a ce qu'elle se trouve un peu plus secouée que cela mais il était préférable de la voir avec le sourire qu'au bord des larmes . Peut être se contentait elle simplement de jouer a faire semblant même si il avait l'impression de voir  de la sincérité dans ses yeux brillant .  Il se sentait presque honteux de lui mentir  d''autant que malgré leur connaissance récente leurs échanges semblaient naturels

'' Je n'ai rien fait c'est toi qui a fait le mec et les a fait fuir '' rit elle doucement , quelque peu gênée .   Il lui sourit , il était agréablement surpris de découvrir  cette face cachée de sa personnalité , qui s'affirmait doucement .

Pour ce qu'il en était de son comportement  , il  était partagé entre la gêne d'avoir du agir de cette manière , pas franchement classe et  plus encore qu'il y ai eu une part de vérité la dedans  Et  la fierté d'avoir d'une certaine manière sauver la belle demoiselle en détresse d'un triste sort et réussit a imposer un minimum de respect aux deux types qui étaient connus pour être de belles têtes brûlées quand ils le voulaient .


'' T'a l'air un peu … brusque …  Je ne pensais pas en vrai .  Dit elle . Il devait avouer qu'il s'en trouvait un brin décontenancé  , son ton avait était sincère , spontané il ne s'y attendait pas . Mais ça ne le dérangeait pas tant que ça au fond . Il préférait la voir comme ça , son air gêné et son quasi mutisme étaient adorables mais ça leur permettrait de crever un peu l'abces .

Il releva le regard qu'il avait baissé un court instant , plantant ses yeux dans ceux de la jeune femme , sentant le voir un sourire malicieux s'épanouir sur son propre visage

'' Y a plein de choses qu'on pense connaître  .''    Dit t'il un brin philosophe .  '' Je me sens un peu obligé d'être comme ça dans des situations de ce type , si on élève pas la voix on se fait écraser .  J'espère juste ne pas t'avoir effrayée '' .   Insinue t'il un peu soucieux .''  Mais je peux en dire de même de toi  , que je ne le pensais pas , tu m'a soudainement  l'air plus … assurée que je ne l'aurais imaginé , c'est plaisant   '' . il déclara , un peu  gêné par sa propre déclaration même si il n'en montra rien . . Il laissa le silence planer mais a ses yeux rien de pesant , plutôt apaisant bien au contraire  , sa gêne s'étant vite estompée comme elle était venue .  Il n'était pas sot , il s'aperçu très bien du petit manège de la jeune femme qui semblait vouloir combler l'espace entre eux . Il devait avouer que cette idée ne lui était pas non plus étrangère ,  il n'y avait rien de curieux a qu'il ce soit montré convaincant , il avait presque cru se convaincre lui même , comme si cela lui avait été naturel bien qu'il devait avouer que le frôlement de leur mains , détail auquel il avait prêté attention , le rendait nerveux . Ils parvinrent bientôt jusqu'à la voiture , le carrosse moderne de la princesse qui n'en avait pas la tenue .  Il vit la jeune fille qui ouvrit avec précotion sa voiture comme si quelque chose allait se jeter hors de cette voiture ou qu'elle n'était tout simplement pas désireuse de rompre ce contact .   Il se retrouva un court instant , hésitant  , allait elle lui proposer de le ramener , oserait il lui demander ? Il s'accommoderait de ce qu'elle déciderait même si il était déjà blasé a l'idée du chemin qui l'attendait , dans le froid .

-  '' tu veux que je te raccompagne quelque part ? Chez toi ou ailleurs ? '' Proposa t'elle gentillement .   Le dilemme reprit ,  il avait toujours eu un peu de mal a se décider , son impulsivité ne survenait jamais quand il en avait besoin , toujours dans les pires instants … il avait presque envie d'en rire mais il se contint ,  il préférait éviter de passer pour plus taré qu'il ne l'était aux yeux de la jeune femme .   Puis son esprit , peut être un peu motivé par sa part d'égoïsme , prit le dessus . Après tout si elle lui proposait cela c'est qu'elle n'était pas dérangée par l 'hypothèse d'un instant de plus a ses côtés , peut être étais ce même une faveur  , a vrai dire que ce soit de par le contexte ou  le fait qu'il y voyait un moyen de se faire pardonner , il n'avait pas vraiment d'excuses a fuir .
Puis il saisit la maladresse de la proposition  le sous entendu  et il ne put s'empêcher de joindre son rire au sien   retenant ses effusions de nerfs , sûrement en pelotte en vue des événements  successifs survenus en si peu de temps . Mais il était assez déterminé a ne passer pour plus dingue qu'il ne devait déjà paraître aux yeux de la fille , pour y parvenir sans trop de mal .

'' Tu sais, échange de service. Tu me défends, je te ramène chez toi ''    Ajouta t'elle comme pour se justifier , vainement il n'y en avait nullement besoin .

Il finit donc par accepter , trouvant un compromis entre sa fierté et son envie de passer du temps avec elle .  Il pris place sur le siège passager , la place du mort pensa t'il sombrement .  

'' Si tu voulais venir chez moi il suffisait de le dire plutôt  '' . Insinua t'il , malicieusement , observant la jeune femme avec un air moqueur .  Au moins l'idée de la taquiner un peu avait le  don de le distraire.

Il hésita un bref moment , se demandant si son intervention n'allait pas la gêner  plus qu'autre chose mais il décida de rester sur sa lancée , tester gentillement ses réactions pour voir un peu plus du bref aperçu , fort intriguant qu'il avait eu le loisir d'observer et puis ce petit jeu qui s'était instauré doucement lui était amusant .

'' Tu ne peux pas nier tu sais '' . Affirma t'il , d'un air  faussement sur de lui .   '' c'est chelou quand même comment tu le tenais a la perfection ton rôle de copine . T'a du te laisse prendre au jeu . ''     insinua t'il en lui  jetant un regard de lover  qu'il maitrisait quasi a la perfection , un sourire en coin l'accompagnant  .   Il se demandait devant l'air interloqué de la jeune femme combien de temps  allait il donc pouvoir rester sérieux .

Il s'attarda un peu trop longtemps a contempler la jeune femme , reportant  pudiquement son attention sur son téléphone . Fouillant son journal d'appel , il n'y trouva rien d'autre qu'un appel d'une certaine Laura a qui il se garda bien de répondre , c'était certainement pas le moment … Il reçut brusquement un sms de Mohammed , présent a la soirée qui lui demandait ce qu'il pouvait bien foutre a cette heure tardive ce qui lui rappela le fait qu'il allait devoir inventer un mensonge qui tiendrait la route pour justifier son absence , cette  sortie  ayant été prévue il y a trois jours de cela ou une bonne partie de la clique l'attendait sûrement  . A vrai dire il n'avait même pas su si il avait réellement envie de s'y rendre ou non , il se sentait bien mieux dans cette voiture étroite au côté de cette demoiselle qu'il avait rencontré il n'y a même pas une heure ..  Il avait toujours aimé les situations qui sortaient de l'ordinaire , l'imprévu  . C'était peut être pour ça qu'il appréciait déjà la jeune femme parce qu'elle avait l'air tout sauf ordinaire sans qu'il ne puisse s'expliquer réellement pourquoi .
En attendant , ce qu'il y avait  eu entre elle et lui  ce soir c'était pas grand chose mais il avait toutes les raisons d'omettre '' malencontreusement '' de préciser ce petit détail  a ses potes , hors de question que ses rares amis ne viennent mettre leur grain de sel a une possible petite amitié entre eux , leur reconnaissant un talent certain dans l'art de foutre la merde . Comme si il n'y parvenait déjà pas assez bien seul …

.    Son esprit soucieux  finit de lui même par divaguer jusqu'à cet incident qui lui trotait dans la tête , rien d'étrange a cela . Ce qui l'était un peu plus était qu'il se sentait obligé de se justifier auprès de la jeune fille , ne serait ce que pour sa propre conscience ...

'' Tu sais pour les gars … commença t'il ,  la jeune femme devant ressentir sa gêne sans trop de difficultés .  Il se sentait stupide de prendre tellement a cœur quelque chose de tellement sans importance .  T'a du remarquer qu'ils me parlaient familièrement , je les connais c'est vrai mais rien de bien sérieux . Rajouta t'il vite  '' '' c'est peut être rien du tout mais  c'est juste que je suis pas vraiment fière de cotoyer   des gars comme ça  , même juste dans les cadres des ressois .    C'est cool quand est déchiré mais quand tu vois ça d'un œil extérieur …     '' Il  s'interrompt , gagné par une envie brusque de se maudire  ou se tapir sous terre , dans un trou de souris n'importe ou ailleurs .  . Encore mieux  ce qui devait a la base  constitué son mea culpa ,  le faisait désormais passer pour un alcoolo doublé d'un imbécile de première catégorie ; ce genre de gars qui n'avaient rien de mieux a foutre que finir les soirées déchiré , s'octroyant la compagnie de filles de joies ..

Il n'aimait pas cette sensation de gêne , que dire de honte qui l'avait submergé en un rien de temps . Pour tuer  le temps ou au moins se donner l'illusion qu'il ne venait pas de s'humilier ,  cela quitte a passer pour un type malpoli , il se permit de trifouiller les boutons de son auto radio d'un coup de main distret , en prenant soin de ne pas tout détraquer si possible , il en était bien capable . Tout cela avant de s'interrompre en plein geste , se retournant avec un air joueur vers la jeune femme aux airs pensifs .
'' Parle moi un peu de toi  '' .  demanda t'il a son intention   ne trouvant rien de mieux a dire et puis de toute manière ça lui paraissait assez judicieux d'essayer d'en savoir plus sur la jeune femme , encore inconnue qui se tenait près de lui .    
'' Je veux dire , tu m'a tout l'air d'une jeune fille  sage ,  gentille et sympa ,  le genre  de fille qui s'amuse mais qui fait pas de vagues , celle qu'on est obligée d'aimer  …. ''    il scrute son visage a la recherche d'une quelconque réaction , bien curieux de savoir comment elle étais susceptible de prendre ça .   Toute  foi  j'aime pas trop les apprioris , je  préfère me faire mes propres avis '' .  Déclare t'il croisant ses bras derrière sa tête ,  un peu plus détendu bien qu'il ne la lâcha pas du regard , comme en guise  de défi , d'incitation a continuer .. Elle était faite comme un rat ,  impossible de se dérober a son sens de l'observation aguisée bien qu'il se pensait aussi coincé , dans le même bateau ..  Elle allait devoir répondre a ses questions , de même qu'il répondrait a sa curiosité , un échange de bons  procédés en somme ...
Code by Fremione.

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago Outfit :: Chicago :: East Side :: Road Hells-